Analyse d’une photographie

Femmes juives à Umschlaglatz

Un groupe de femmes à Umschlagplatz (Cliquer pour agrandir) - © Ghetto Fighter's House
Un groupe de femmes à Umschlagplatz (Cliquer pour agrandir) - © Ghetto Fighter's House
La scène présentée sur cette photographie se déroule à Varsovie, précisément à Umschlagplatz, la gare de transbordement qui était située à l'extrémité nord du grand ghetto. Ici un groupe d'une vingtaine de femmes est encadrée par des membres de la police juive dont on distingue deux policiers aux extrémités droite et gauche et sept autres en arrière plan. Cette photographie m'a impressionné et m'a laissé un sentiment très étrange lorsque je l'ai vue, car ce qui transparaît quand on scrute le visage de ces personnes, ce n'est ni la crainte ni la peur mais comme une impression de soulagement. C'est comme si les femmes de ce groupe était restée à attendre quelque part non loin de là et que, certainement après des heures d'attente dans l'inquiétude et l'angoisse du lendemain, une décision avait été prise et que le groupe venait de se mettre en mouvement. Parmi elles il règne une certaine animation, les femmes regardent de toute part, plusieurs discutent. On remarque plusieurs choses sur cette photo. Au centre, une femme est légèrement penchée, elle porte à sa bouche une miche de pain, sur son bras droit on distingue clairement le brassard blanc avec l'étoile de David que les juifs devaient obligatoirement porter. A sa gauche, sa voisine tient bien serré sous son bras une miche de pain, elle regarde la femme située sur sa droite qui semble porter un morceau de pain à sa bouche. L'action doit se passer juste après une distribution de pain, c'est ce qui semble avoir rassuré le groupe. En effet, afin d'inciter les juifs du ghetto à se rendre volontairement à Umschlagplatz, les autorités faisaient savoir qu'en vue du déplacement de populations du ghetto vers les territoires de l'est, il était procédé à une distribution de pain pour toute personne qui se rendrait de son plein gré à la gare de transbordement. Déjà soumis à des épreuves extrêmes et à la famine dans le ghetto, la perspective d'une miche de pain était inespérée et beaucoup de juifs se rendirent en effet à la gare. Ces actions s'inscrivaient durant les grandes déportations de l'été 1942. Mais ici il semble que l'action se déroule à une autre saison. Continuons l'analyse de cette photo. Derrière la femme qui va mordre dans sa miche on en aperçoit une autre en discussion avec ses voisines. On ne distingue ni hommes, ni enfants dans le groupe. Mais le plus saisissant sur cette photo se déroule à droite. Un petit groupe de cinq femmes entourent le policier juif et discutent avec lui. Elles semblent vraiment rassurées, des sourires se dessinent même sur le visage des trois premières. J'imagine qu'aux questions posées, le policier a dû les réconforter, peut être les renseigner sur leur destination vers l'est. Il est clair qu'un sentiment de soulagement s'échappe et se répand parmi le groupe. Certainement dans la demi heure qui suit, les femmes grimperont sans résistance dans les wagons d'un train aligné à proximité, en serrant contre elles leur miche de pain. Ce qu'elles ignorent c'est qu'en se dirigeant vers Białystok, le train bifurquera en gare de Małkinia, de là, il s'arrêtera au bout de quelques kilomètres à la lisière d'une forêt, les wagons seront ensuite poussés et les portes s'ouvriront sur les quais d'une fausse gare qui avait été aménagée en bordure du camp d'extermination de Treblinka. Ce qu'il y a de terrible dans cette photo, c'est que les femmes que nous voyons, relativement détendues et convaincues que de meilleurs jours s'ouvriront pour elles, mourront dans les heures qui suivent.
Groupes de juifs assis dans la rue Stawki devant la gare de Umschlagplatz  (Cliquer pour agrandir)
Groupes de juifs assis dans la rue Stawki devant la gare de Umschlagplatz (Cliquer pour agrandir)