Visite de la rue Twarda

Un foyer de vie juive à Varsovie

Le grand quartier juif de la Varsovie d'avant guerre, celui de Muranów, était situé entre la vieille ville et le quartier de Żoliborz (Joli bord) situé au nord de la capitale. Cependant, nombre de juifs résidaient également un peu plus au sud, dans le quartier de Śródmieście Północne (centre-ville nord), dans le secteur de la place Grzybowski (autrefois le village de Grzybów). C'est aujourd'hui l'un des rares vestiges de la vie juive qui subsiste de cette époque. Sur la place Grzybowski et rue Próżna se déroule chaque mois d'août le festival Singer de la culture juive. On trouve également le long de cette place, le théâtre juif et le siège de la fondation Szalom, aujourd'hui démolis; une tour devant s'élever en lieu et place et abriter de nouveau, une fois édifiée, théâtre et fondation. Si la rue Próżna, aujourd'hui présentée aux visiteurs comme rue symbolique de la vie juive d'avant-guerre, ne témoigne dans sa partie ouest, à travers certains immeubles brillamment restaurés, une certaine bourgeoisie juive, la rue véritablement représentative de cette vie juive passée était la rue Twarda, celle qui s'élance de la place Grybowski vers le sud-ouest, non loin de l'avenue de Jérusalem (Aleje Jerozolimskie), dans le quartier voisin de Mirów.
Localisation de la rue Twarda à Varsovie
Localisation de la rue Twarda à Varsovie (Cliquer pour agrandir)

La rue Twarda était véritablement un foyer de vie juive où se trouvaient de nombreux ateliers, fabriques et commerces juifs, ainsi que plusieurs maisons de prières et deux synagogues, dont la synagogue Nożyk au numéro 6, préservée par miracle, à côté de l'actuel bâtiment de la communauté juive de Varsovie (Twarda 6).

C'est durant le XVIIème siècle que la future rue Twarda prit cette direction nord-est vers le sud-ouest en partant de la place qui autrefois se trouvait au milieu du village de Grzybów. La rue a pris ce nom (Twarda, dur) en 1770, en référence au sol dur de la route qui longeait des zones humides.

Développement de la rue Twarda

En 1783 fut établie la première brasserie, 8 années plus tard, 47 familles étaient recensées. Vers la fin de ce siècle, elle rejoignit la rue Żelazna (rue du fer) pour courir ensuite plus au sud. On dénombrait déjà 14 maisons en briques et 24 maisons et manoirs en bois de part et d'autre de cette rue en terre. La rue fut coupée à son extrémité actuelle sud-ouest avec la construction de la ligne de chemin de fer Varsovie-Vienne. Les pavés furent installés lors des travaux de terrassement en 1864-1866. C'est notamment pendant la seconde moitié du XIXème siècle, que l'on construisit une partie des immeubles qui étaient encore visibles avant la guerre. Durant le XIXème siècle, le quartier se développa, et avec, la communauté juive. Cependant les juifs étaient déjà présents dans le secteur autour de la place Grzybowski, depuis leur expulsion de la vieille ville au début du XVIIème siècle. On trouvait alors dans la partie sud de la rue de nombreux ateliers d'horlogerie. C'est en 1881 que les premiers tramways à cheval empruntèrent la rue Twarda. L'assainissement fut installé en 1889. En 1900, la spécificité juive de la population de la rue Twarda était déjà établie; on dénombrait 46 maisons juives et 21 maisons chrétiennes. En 1902 fut inaugurée la synagogue Nożyków (Twarda 6), à 150 mètres de la synagogue Serdyner (Twarda 4) qui était déjà présente depuis la seconde moitié du XIXème siècle. 1908 vit l'arrivée du tramway électrique numéro 22. Durant la première guerre mondiale, les immeubles 4, 7 et 22 servirent de refuges pour les sans-abris; des maisons de prières se trouvaient également aux 4 et 22. En 1926, on recensait 18 maisons de prières. Les cinémas Antinea et Cyla se trouvaient aussi dans cette rue. La cour de l'immeuble du 1 de la rue Twarda abritait le marché Icek Borowski.

La vie religieuse

C'est en 1815 que fut ouverte la première synagogue dans une maison en dur, elle pouvait accueillir une vingtaine de fidèles. La communauté juive était représentée par les mouvements orthodoxes dès l'arrivée des juifs dans le faubourg de Grzybów, puis vinrent s'installer les juifs hassidiques au XIXème siècle et les mouvements progressistes se développèrent durant la seconde moitié de ce siècle, en fait à l'image du monde juif dans les grandes villes polonaises.
Au milieu de l'entre-deux guerres, on dénombrait 13 synagogues et maisons de prières seulement dans la rue Twarda. Les synagogues étaient situées aux numéros 4 (synagogue Serdyner) et 6 (synagogue Nożyk), les maisons de prières se trouvaient dans les immeubles 1, 3, 8, 10, 12, 13, 14, 15, 16, 18, 22, 24, 48-52, 52.
La synagogue située dans l'immeuble 22 appartenait à l'association Chevra Shas et était alors très renommée, dès le milieu du XIXème siècle. Selon les sources, il semble qu'elle ait été fondée par Dawid Maliniak, un juif hassidique, commerçant dans le faubourg de Grzybów (avant son rattachement en quartier à la ville de Varsovie).
Maisons de prières et synagogues dans la section ouest de la rue Twarda
Maisons de prières et synagogues dans la section ouest de la rue Twarda (Cliquer pour agrandir)
Cette concentration de lieux de prières illustre la forte prédominance de population juive religieuse dans la rue Twarda, en particulier dans la première section de rue qui s'étire jusqu'au croisement de la rue Ciepła. Mais la population juive restait fortement implantée jusque vers les numéros 50 à partir desquels on recense plus de noms à consonance polonaise, d'après l'annuaire des abonnés du téléphone de Varsovie pour l'année 1938-1939 (Voir en fin d'article le lien vers la page où sont présentés tous les abonnés).
La rue Twarda présentait alors cette apparence particulière des quartiers juifs des villes d'Europe centrale et de Pologne, faite de juifs à longues barbes et en caftan portant casquettes et chapeaux qui déambulaient dans les rues, de succession de boutiques et d'échoppes tenues par des juifs en chemise et penchés sur leur ouvrage comme nous l'a si bien témoigné Roman Vishniac à travers ses extraordinaires photos du yiddishland prises dans les années 30. C'est d'ailleurs l'une de ses photos qui est présentée ci-dessous, prise à hauteur de l'immeuble 18 (suivi des 20, 22...) de la rue Twarda.
Un vieux juif, portant ses livres de prières, se dirige sans doute vers l'une des synagogues (4 ou 6) de la rue Twarda. En chemin, il passe devant le numéro 18. A droite, on aperçoit le magasin de nettoyage et teinturerie de Józef Targoński, et juste après, le magasin de vente de boissons de Froim Rajchcajg
Un vieux juif, portant ses livres de prières, se dirige sans doute vers l'une des synagogues (4 ou 6) de la rue Twarda. En chemin, il passe devant le numéro 18. A droite, on aperçoit le magasin de nettoyage et teinturerie de Józef Targoński, et juste après, le magasin de vente de boissons de Froim Rajchcajg - Photo Roman Vishniac

Le rabbin Kanał I. habitait au Twarda 12, le rabbin Lewinzohn Icek Hersz habitait lui dans l'immeuble Twarda 22, le rabbin Kohn Michal Moszek logeait au 32. En 1896, un article de la presse juive décrit l'existence d'une synagogue (Sztybel - Shtiebel) située dans une arrière-cour au numéro 2 de la rue Twarda, animée par le rabbin Iciele en provenance de Radzymin (nord-est de Varsovie) et dont la plus grande pièce était utilisée par les femmes pour prier. Iciele qui logeait au premier étage officiait également comme juge rabbinique. Dans ces arrière-cours et également sur les balcons, on pouvait apercevoir de très nombreuses cabanes en bois (kuczka - pl) édifiées à l'occasion de la fête de Souccot. Les différentes strates de la société juive du quartier se retrouvaient réunies pour la fête, les riches, les pauvres, les religieux de diverses confessions. Tout se déroulait dans la stricte observance des préceptes religieux, à commencer par la cacherout (le code alimentaire).
Durant l'entre-deux guerres, une synagogue se tenait également au numéro 21, elle était animée par un tzadik (maître spirituel dans le mouvement hassidique) venu de Parysów (sud-est de Varsovie). Une autre maison de prière hassidique avait aussi été établie au numéro 32 par le reb Mojsze Lejb Twerski, un rebbe à la tête de 200 juifs hassidiques répartis entre les rues Twarda et Nalewki (grand quartier juif au nord de Varsovie).

La synagogue Serdyner

En 1861, les époux Aron et Perla Serdyner furent à l'origine de l'établissement d'une synagogue orthodoxe au numéro 4 de la rue Twarda, suite à une donation qui transférait la propriété de la parcelle et des bâtiments attenants à la communauté juive, après leur mort. Il s'agissait d'un bâtiment, la synagogue, situé au milieu d'une grande cour asphaltée, sur une parcelle où se trouvaient également un beth midrash et une école talmudique, qui restaient ouverts sans interruption, ainsi qu'une maison de prières pour femmes.
Localisation de la synagogue Serdyner dans la rue Twarda
Localisation de la synagogue Serdyner dans la rue Twarda (Cliquer pour agrandir)
Ruines de la synagogue Serdyner en 1945
Ruines de la synagogue Serdyner en 1945 (Cliquer pour agrandir)
On ne dispose pas de documents plus précis sur l'origine de ce bâtiment, mais il semble qu'il existait déjà vers le milieu du XIXème siècle. Aujourd'hui s'élève en lieu et place, le grand immeuble Cosmopolitan. Aron bar Mosze Dawid Serdyner était un commerçant et philanthrope qui légua toute sa fortune pour l'aide sociale, il est enterré au cimetière juif de la rue Okopowa (secteur 1, rangée 12). L'ensemble était considéré alors comme le centre de la pensée religieuse juive de la capitale. La synagogue fut démolie par les allemands au début de la seconde guerre mondiale. De plan rectangulaire, 15 x 13 mètres, elle possédait des vitraux.
Synagogue Serdyner du numéro 4 de la rue Twarda
Synagogue Serdyner du numéro 4 de la rue Twarda (Cliquer pour agrandir) Photo Żydowski Instytut Historyczny
Les synagogues Nożyk et Serdyner de la rue Twarda
Les synagogues Nożyk et Serdyner de la rue Twarda

La synagogue Nożyk

(Synagogue Nożyków dans sa forme déclinée) Elle fut édifiée au début du XXème siècle au numéro 6 de la rue Twarda grâce à des fonds substantiels alloués par les époux Nożyk qui habitaient au numéro 9 de la rue Próżna voisine. Zalman Nożyk acquit auprès de Jan Teodor Engelbert, pour 157 000 roubles, une parcelle vide où il fit édifier la synagogue que nous pouvons visiter aujourd'hui.
Retrouver la présentation de la synagogue Nożyk.

Des gens et les activités de la rue Twarda

La cinquantaine d'immeubles qui s'élancent depuis la place Grzybowski le long de la rue Twarda en direction du sud-ouest était quasi exclusivement habitée par des juifs. C'était le cœur de la concentration de la population juive, dans la partie sud de Varsovie.
A partir de la gauche, l'immeuble Art Nouveau de la place Grzybowski puis les immeubles 1, 3, 5 et 7 de la rue Twarda
A partir de la gauche, l'immeuble Art Nouveau de la place Grzybowski puis les immeubles 1, 3, 5 et 7 de la rue Twarda (Cliquer pour agrandir)

Les visiteurs qui aujourd'hui essaient de s’imprégner d'un soupçon de Varsovie juive en se rendant à la rue Próżna située côté est, de l'autre côté de la place Grzybowski, n'ont pas la moindre idée de cette richesse de vie et de cette lourde absence.
Le tronçon de la rue Twarda présenté ici, où circulaient alors les tramways, était un foyer extraordinaire du judaïsme, c'est ici que se trouvaient plus d'une douzaine de synagogues et maisons de prières. Se croisaient là tout l'éventail de ce qui constituait le monde juif de l'entre-deux guerres; les religieux orthodoxes, hassidiques et progressistes, les ouvriers et artisans, les marchands et représentants de commerce.
A la lecture de l'annuaire téléphonique, on prend conscience de la richesse et de la variétés des activités professionnelles, on recense :
14 tailleurs,
5 dentistes,
12 médecins et 1 chirurgien,
6 boulangers et pâtissiers,
une quinzaine d'activités autour du métal,
5 avocats,
10 marchands de fruits,
5 bijoutiers et orfèvre,
13 ingénieurs,
5 musiciens,
3 fabriques de chocolat,
5 pressings et teintureries,
3 fabriques d'eau gazeuse et limonade,
7 électriciens,
3 journalistes,
6 coiffeurs,
4 imprimeries,
4 cafés et 2 salons de thé,
5 fabriques de meubles.
des artistes-peintres, des professeurs, des commerciaux, grossistes et acheteurs en tous genres, des fourreurs, des cordonniers, des matelassiers, des vitriers, des marchands de vin, de vodka, de charbon...
Il va s'en dire que les chiffres présentés dans l'annuaire peuvent être multipliés par 5 ou plus si l'on prend en compte le nombre réel.
A côté des activités liées à la vie religieuse autour de cette concentration de lieux de culte, en début de rue, une partie de l'activité commerciale s'articulait autour du travail et de la vente d'objets en métal en tous genres. Cette activité de ferblantier, de vente d'ustensiles, équipements et objets en métal, de récupération et revente, remontait déjà au XIXème siècle autour de la place Grzybowski, notamment avec le bazar de la rue Bagno (une rue située au sud de la place).

Au numéro 6, dans les bâtiments qui jouxtaient la synagogue Nożyk, se trouvaient un dispensaire et une clinique qui regroupaient 14 spécialités médicales comme la dermatologie, l'urologie, la pédiatrie, la gynécologie, la chirurgie, les maladies rhumatismales, nerveuses, un cabinet d'ophtalmologie et 4 de maladies infectieuses. Ces services enregistraient dans la seconde moitié des années 30 plus de 55 000 patients à l'année. 34 médecins, 5 dentistes et 6 pharmaciens se relayaient dans le dispensaire et la clinique. Elja Melchior était l'un des administrateurs de la clinique. Sa femme Ruchla tenait une petite épicerie et leur fils Szmul étudiait à l'école voisine Mizrachi. Déjà en 1862, le psychiatre et neurologue Stalisław Chomętowski ouvrit rue Twarda 6 un cabinet privé pour accueillir des patients atteints de maladies psychiques. Le docteur Bernard Szancer habitat et exerçât également à cette adresse durant la seconde moitié du XIXème siècle.
Comme noté un peu plus haut, la rue Twarda était habité à une très forte proportion par une population juive jusqu'à la rue Żelazna. Peut-être faut-il y voir là une explication à la limite du ghetto au sud-ouest qui sera fixée à cet endroit précis en 1940, à la jonction des rue Twarda, Żelazna et Złota.
L'orphelinat du numéro 7 de la rue Twarda
L'orphelinat du numéro 7 de la rue Twarda (Cliquer pour agrandir) Photo Yad Vashem
Dès le XIXème siècle, la rue a abrité des centres d'aides aux sans-abris et aux démunis. Au numéro 3 se trouvait une antenne dédiée à l'aide et à l'enseignement de la lecture et de l'écriture pour les analphabètes. Au numéro 22, un hôpital pour enfants et jeunes filles. Ces structures mises en place par le centre d'aide sociale de Varsovie (Warszawskie Towarzystwo Dobroczynności) accueillaient toutes personnes quelle que soit leur confession. D'autres structures mises en place par la communauté juive accueillaient également des patients comme le centre Ezra d'aide aux juifs démunis situé au 15 de la rue Twarda, l'organisation de protection sociale TOZ (Towarzystwo Ochrony Zdrowia Ludności Żydowskiej) à l'adresse Twarda 35 où se trouvait une maternité, la société d'aide aux juifs victimes de guerre (Towarzystwo Niesienia Pomocy Żydom) au numéro 4. On trouvait également des soupes populaires aux numéros 4, 7 et 8. En outre, le numéro 21 abritait un orphelinat pour fillettes et jeunes filles et le numéro 7 un autre orphelinat.

Zone sud-ouest de la rue Twarda
Zone sud-ouest de la rue Twarda (Cliquer pour agrandir)
Dans sa partie sud-ouest, la rue Twarda se terminait en cul de sac et sa population, à l'ouest d'un axe fixé par la rue Żelazna était plus mélangée, juifs et polonais. Dans les deux dernières sections de rues qui menaient vers les voies de chemin de fer menant à la gare centrale, étaient installés quelques ateliers de mécanique automobile, des carrossiers, un garage et des bureaux du constructeur Renault, également quelques entreprises travaillant autour des activités du chemin de fer voisin avec un entrepôt d'expédition (notés en rouge sur le plan, le bâtiment en vert est le dernier immeuble - 62, datant de l'avant-guerre encore debout).

Diverses personnalités ont habité la rue Twarda. Au numéro 16 résidait Aleksander Ford (1908-1980), de son véritable nom Mosze Lifszyc, un metteur en scène et scénariste. Après la guerre, il enseigna à Łódź, à l'école nationale de cinéma et eut pour étudiants Andrzej Wajda et Roman Polański. Au numéro 13 habitait le musicien Jerzy Bielacki, d'origine juive, qui joua dans l'orchestre de Henryk Warszawski (Henryk Wars). Il composa des chansons pour Wiera Gran (Weronika Grynberg) et Mieczysław Fogg, des grands artistes. Au numéro 11 logeait Samuel Eilenberg (1913-1998), mathématicien et collectionneur d'art asiatique qui fit carrière dans le monde universitaire outre-atlantique après la guerre. Au numéro 20 habitait le docteur Minc qui, tous les samedi soir, tenait un salon où se réunissaient des personnalités juives du monde de la culture, dont Icchak Lejb Perec (Isaac Leib Peretz), le grand écrivain et dramaturge de langue yiddish. Au numéro 27 se trouvait Felicia Maria Przedborska, une poétesse et journaliste d'origine juive qui enseignait au collège Fanny Poznerowa situé également à ce numéro.
Gerszon Sirota, surnommé le Caruso juif, était le chantre (kantor) de la synagogue Nożyk. Il était également ténor et dès 1927 devint le chantre attitré de la grande synagogue Tłomackie de Varsovie. Les vendredi soir et samedi, des milliers de fidèles se réunissaient dans la cour du numéro 6 pour écouter le chantre et participer aux études et prières du Beth Midrash qui se déroulait alors. Ecouter un extrait audio du chantre Gerszon Sirota .
Dans l'arrière-cour au numéro 2 habitaient Reb Berish et Szil Wilner, des juifs hassidiques, qui étaient connus dans tout Varsovie pour leur particularité physique, c'était des nains. Après la naissance de Szil, la mère mourut de honte et c'est Berish qui éleva son enfant. Le père resta cloîtré presque toute sa vie chez lui et dans l'arrière-cour alors que son fils Szil se déplaçait dans la capitale mais forcément attirait la curiosité voire les quolibets. On dit qu'il se rendit plus tard en Allemagne pour jouer comme clown dans un cirque et qu'il revint à Varsovie où il mourut dans la solitude.
Au 27 habitait Kojfman Judel, un grand gaillard, juif hassidique et chantre, doté d'une superbe voix de ténor. Un jour il rasa sa barbe et quitta ses vêtements religieux pour aller chanter à l'opéra, mais il continua cependant à chanter dans la maison de prière hasside - le Shtiebel Modrzycki du numéro 28.
Reb Hirsz Rajszer habitait au numéro 2. Bien que non religieux au sens strict, c'était un juif riche, à barbe blonde, qui menait une vie rigoureuse comme les hassidim. Avec ses filles et sa femme, et quelques ouvriers, il dirigeait une boulangerie-pâtisserie, mais il avait également installé dans l'arrière-cour un élevage de volailles. Un récit relate de la témérité du coq de la basse-cour qui terrorisait le voisinage lorsque les habitants de l'immeuble s'en approchait ou traversaient la cour. Le gallinacé s'attaqua même au rabbin Iciele à coups de bec et en tirant sur son talit.

L'immeuble qui comptait le plus de personnes raccordées au réseau téléphonique était le numéro 10 avec 48 abonnés. Sur l'ensemble de la rue Twarda, on dénombrait plus de 700 abonnés au téléphone, un chiffre à mettre en perspective avec les 800 abonnés connectés au central du premier réseau téléphonique de la ville de Varsovie (alors situé du Próżna) à la fin du XIXème siècle.

La disparition du petit monde de la rue Twarda

A l'entrée en guerre, on dénombrait 72 immeubles le long de la rue Twarda. Aujourd'hui, il n'en reste que 3: les numéros 62, 28 (immeuble Lejb Osnos) et 6 (mitoyen à la synagogue). En 1938, on pouvait encore apercevoir au moins 2 immeubles en bois, les numéros 51 et 53, habités principalement par des polonais. La rue est aujourd'hui séparée en deux par l'avenue Jean-Paul II et le rond-point ONZ. Autrement dit, il ne reste quasiment plus rien de cette rue témoin du monde juif d'autrefois. C'est toujours en se penchant sur le passé que l'on constate le niveau des destructions qui s'est opéré pendant la guerre et durant la reconstruction de la ville. Durant les bombardements intervenus lors du siège de la capitale en septembre 1939, plusieurs immeubles furent touchés, notamment les numéros 1, 3, 5, 8, 10, 12, 19, 21 qui furent entièrement détruits et les numéros 7, 9, 11, 13 partiellement détruits.
Porte du ghetto de la rue Twarda en 1940, avant le bouclage du ghetto
Porte du ghetto de la rue Twarda en 1940, avant le bouclage du ghetto. A gauche immeubles 52, 50, 48, 46 dans le secteur sud-ouest de la rue (Cliquer pour agrandir)

La rue Twarda fut insérée dans le petit ghetto dès novembre 1940 jusqu'à hauteur du numéro 52 qui délimitait l'extrémité sud-ouest du ghetto de Varsovie (découvrir le mémorial du mur de la rue Twarda).
Secteur est de la rue Twarda  avant son enfermement dans le petit ghetto (1939-1940)
Secteur est de la rue Twarda avant son enfermement dans le petit ghetto (1939-1940)

Au numéro 11 se trouvait le Judenrat et le service d'ordre, structures dirigées par les juifs, sous les ordres de l'occupant allemand. En octobre 1941, un redécoupage de la surface du ghetto ramena la limite au niveau de l'immeuble 44. La rue Twarda fut exclue de la zone de confinement des juifs de Varsovie lors des grandes déportations de l'été 1942 et la liquidation du petit ghetto, cependant, les ateliers Toebbens qui se trouvaient dans cette partie continuèrent à fonctionner jusqu'en août 1944. Durant les âpres combats menés lors de l'insurrection de 1944, la plupart des immeubles furent lourdement endommagés ou détruits, comme dans le reste de la ville. Une partie des immeubles subsistants furent démolis lors de la construction de l'axe nord-sud (aujourd'hui avenue Jean-Paul II), ainsi que quelques autres dans les années 60.
La rue Twarda en ruines en 1945
La rue Twarda en ruines en 1945 (Cliquer pour agrandir)

Les ruines des immeubles 3 et 5 de la rue Twarda après la guerre, à hauteur de la place Grzybowski. Au second plan l'église de Tous les Saints, en arrière plan la tour PAST-a (ancien central téléphonique) de la rue Zielna
Les ruines des immeubles 3 et 5 de la rue Twarda après la guerre, à hauteur de la place Grzybowski. Au second plan l'église de Tous les Saints, en arrière plan la tour PAST-a (ancien central téléphonique) de la rue Zielna (Cliquer pour agrandir)
Les vestiges des immeubles 11 et 13 de la rue Twarda en 1967
Les vestiges des immeubles 11 et 13 de la rue Twarda en 1967 (Cliquer pour agrandir)

Dénommée Querstrasse durant la guerre puis rue du Conseil National en 1947 (ul. Krajowej Rady Narodowej - KRN), la partie est actuelle de la rue repris son nom original de Twarda en 1970 et sa section sud-ouest en 1990.
Liste de personnes recensées dans la rue Twarda durant la période de la guerre.
Liste des abonnés du téléphone (1938-1939) de la rue Twarda.
Voir un film de Danuta Halladin (moja ulica - ma rue) sur la rue Twarda, tourné en 1965.
Aujourd'hui, les bureaux de la communauté juive de Varsovie se trouvent au 6 de la rue Twarda.

La rue Twarda aujourd'hui

Même avec beaucoup de volonté et de connaissance, il est bien difficile d'imaginer ce que fut cette rue, ses habitants. Il est impossible de renouer avec le passé. La profonde cassure de la seconde guerre mondiale a irrémédiablement modifié la nature de cette ville, la structure de ses habitants.
En 1938, on dénombrait 1 200 000 habitants à Varsovie dont 368 000 juifs. En 1945, il n'en restait plus que 420 000. Il fallu attendre la fin des années 1970 pour que le niveau de la population d'avant guerre soit atteint. Aujourd'hui, Varsovie compte 1,7 million d'habitants mais la surface administrative de la ville s'est étendue. La Varsovie d'avant-guerre était plus petite mais densément peuplée. Il habitait 2 à 3 fois plus de personnes en centre ville avant la guerre qu'aujourd'hui. La ville était alors un maillage de rues constituées de milliers d'immeubles agencés en file indienne avec des innombrables cours et arrière-cours aujourd'hui disparues, tout au moins dans la partie nord de la ville. La rue Twarda, avec son tracé en diagonale, participait à ce foisonnement de vie judéo-polonaise qui faisait la particularité de cette grand métropole. Le vendredi soir, on peut croiser quelques familles juives qui se rendent à la synagogue, elles témoignent, à leur minuscule échelle, cette vie juive qui se perpétue.
On dénombre 4 synagogues à Varsovie, la synagogue Nożyk de la rue Twarda, et 3 autres , loubavitch et progressistes installées dans des immeubles. Tout un monde a disparu, mais une lumière brille toujours.
Découvrir la section est de la rue Twarda (depuis la place Grzybowski). Découvrir la section ouest de la rue Twarda.

Zenek Moskowicz, jeune garçon du ghetto

Retour sur une image du ghetto

Enfants du ghetto au croisement des rues Żelazna et Leszno (Cliquer pour agrandir)
Enfants du ghetto au croisement des rues Żelazna et Leszno . Photo Google Maps et ZIH (Cliquer pour agrandir).
Une photo emblématique du ghetto de Varsovie, extraite d'un film tourné à l'époque et montrant des enfants et adolescents arrêtés à la porte du ghetto qui était située au croisement des rues Żelazna et Leszno (actuelle avenue Solidarność). Les enfants sont obligés sous la contrainte des soldats allemands (visibles sur la vidéo originale) de déposer les légumes qu'ils avaient cachés sous leurs vêtements afin d'apporter quelques provisions pour leur famille enfermées dans le ghetto. Sur la photo sont visibles un policier polonais sur la gauche et un soldat allemand sur la droite. Les portes des ghettos étaient gardées par des soldats et des gendarmes allemands, des policiers polonais et des membres de la police juive. Souvent, grâce à leur petite taille et leur agilité, nombre d'enfants se sont faufilés à travers des ouvertures pratiquées dans le mur du ghetto afin de partir à la recherche de quelque nourriture pour leur famille, du côté de la zone aryenne et beaucoup d'entre-eux furent arrêtés. D'autres qui eurent moins de chance furent blessés ou tués. Sur une autre photo (ci-dessous) prise ce même jour, on distingue 2 adolescents, 2 garçons et une fille. L'adolescent situé à gauche a été identifié et s'appelle Zenek Moskowicz.
Zenek Moskowicz dans le ghetto de Varsovie
Zenek Moskowicz  (ici à gauche) à une des entrées du ghetto de la rue Leszno. Photo Yad Vashem
Zenek (Moskowicz) Maor est né en 1923 à Włocławek, il était le fils de Yaakov et Lea, propriétaires d'une fabrique de papier qui fut confisquée par les allemands au début de la guerre. La famille se rendit à Varsovie en janvier 1940 pour fuir les persécutions des allemands de Włocławek. Zenek avait alors 16 ans, il était déjà un membre du Hachomer Hatzaïr depuis plusieurs années. Lorsque le ghetto fut bouclé en 1940, Zenek travailla dans une laverie pour les allemands et dans d'autres brigades de travail dans le ghetto et à l'extérieur (comme à l'aérodrome d'Okęcie). Il fut par la suite dirigé vers un camp de travail situé à Września, une ville située à l'est de Poznań. De là, il fut redirigé, avec son frère Henryk (Heniek), vers d'autres camps puis vers le camp établi dans la mine de charbon de Janina et qui dépendait du complexe concentrationnaire d'Auschwitz où il travailla dans des conditions extrêmement rudes à 300 mètres sous terre.
Zenek Moskowicz lors d'une sélection
Zenek Moskowicz à gauche (devant le soldat) lors d'une sélection. Photo Yad Vashem (Cliquer pour agrandir)
Équipés de lampes à acétylène, les prisonniers n'avaient pas la possibilité d'utiliser des allumettes ou des briquets et travaillaient constamment dans la pénombre. Zenek mis au point une technique permettant d'allumer les lampes à l'aide de fils électriques connectés sur une sonnette d'alarme. Accusé de sabotage et condamné à mort, le commandant du camp n'exécuta pas la sentence, ayant compris que Zenek voulait simplement modifier le système d'allumage de la lampe. Zenek participa à la marche de la mort de janvier 1945. Son frère s'échappa du groupe qui fut la cible de tirs des soldats allemands. Zenek fut libéré avec l'avancée de l'armée rouge. Convaincu de la mort de son frère, il se rendit à Włocławek où aucun membre de sa famille ne réapparut. Il retrouva plus tard son frère en Bavière qui émigra par la suite aux Etats-Unis. Zenek émigra pour sa part en Palestine. Plus tard en Israël, il changea son nom de Zenek Moskowicz en Zenek Maor. Il se rendit en Pologne en 1982, dans la mine où il avait travaillé durant la guerre et constata que les mineurs utilisaient toujours le même modèle de lampe. Il en ramena une pour la collection de Yad Vashem. Zenek Maor mourut en 2009.
Zenek Maor en 2007
Zenek Maor à gauche sur la photo en 2007. Photo (www.senatspressestelle.bremen.de)

Porte du ghetto de la rue Leszno

Sur la photo montage au début de l'article, en arrière plan de l'image en noir et blanc, l'immeuble du 93 Żelazna/79 Leszno, en ruines mais encore debout à la fin de la guerre. A la droite sur la photo récente, l'immeuble 81 Leszno où une partie de ses habitants étaient juifs. Ces deux immeubles situés à cet endroit furent intégrés dans le grand ghetto pour la période allant de novembre 1940 à probablement avril 1941.
Immeuble Leszno 81
Immeuble Leszno 81 ( Source Referat Gabarytów, ville de Varsovie)
Liste des abonnés du téléphone du 81 Leszno pour la période 1938-1939: Ajlenberg M. atelier de gravure, Borenstein Ajzyk, Kahane Sjoma, Kasztelańska B., Korabielnik Stella et Michał, Rotlewki J., Rozenblum Ruchla, épicerie fine, Schor M., professeur de collège, Szefner Boruch, journaliste, Wolteger Henryk, avocat, Ecoles publiques communales n°86 et 109. Dans cet immeuble édifié au début du XXème siècle et qui appartenait à Herman Sieraczki se trouvaient également les bureaux de la fabrique de chapeaux "Eleganto". Seule la façade est de cet immeuble survécut au temps. L'immeuble, inhabité depuis plusieurs années, a été démoli en 2014. Ci-dessous, la vue d'avant guerre de l'endroit où se trouvait la porte du ghetto et cette photo des enfants du ghetto:
Immeubles Leszno 79 et 81
Immeubles Leszno 79 à gauche et 81 à droite. La rue Żelazna est située à gauche. Voir la vue actuelle ( Source Referat Gabarytów, ville de Varsovie)
   

Twarda 28, l’immeuble Lejb Osnos

Avant la guerre, la rue Twarda était une rue animée et habitée par beaucoup de juifs. La rue s'élance de la place Grzybowski vers le sud-ouest du côté de l'avenue Jerozolimskie, autrefois, elle comportait environ 80 immeubles. Aujourd'hui il n'en reste plus que trois de cette époque, les numéros 62, 49 (récemment restauré) et l'immeuble numéro 28 Lejb Osnos, du nom de son propriétaire durant l'entre-deux guerres.
L'immeuble Lejb Osnos de la rue Twarda à Varsovie
L'immeuble Lejb Osnos de la rue Twarda à Varsovie (Cliquer pour agrandir)
Cet immeuble, à l'origine de style moderne, a été édifié vers 1910 et la plupart de ses habitants étaient juifs. Le rez de chaussée comportaient de nombreux magasins. Etaient recensés une station essence POL-Benz, une épicerie, le magasin de laitage Merder, la charcuterie Lapmann, la parfumerie Lustman, le salon de coiffure Geller, l'entrepôt de vins Fetman.,
Encore habité plusieurs années en arrière, le bâtiment est aujourd'hui vidé de ses habitants et mis en vente. Sa position idéale en centre-ville au pied de la nouvelle seconde ligne de métro du rond-point ONZ en fait une cible de choix pour les promoteurs qui s'activent dans les alentours. Enregistré depuis sur la liste des monuments, l'immeuble devrait être en partie préservé puisque les élévations extérieures doivent être conservées.,
La rue Twarda fut insérée en partie dans le petit ghetto dont l'immeuble Lejb Osnos.,
Nota: sur de très nombreux sites web, il est noté le nom Osmos, mais le nom correct est Lejb Osnos. Liste des abonnés du téléphone de l'immeuble Twarda 28 (période 1938-1939): Altman Maksymilian, ingénieur,
Aneksztejn Bernard,
Awerbuch Gabriel,
Bragilewski J.,
Braun Tunia,
Fetman Szaja, négociant en vins et vodkas,
Finkelstein M.,
Frosz M., patisserie,
Geller Aron, coiffeur,
Grynbaum Jakub,
Janowski Ilja, médecin,
Klossekowa Wanda,
Kunowska Regina, dentiste,
Langman B.,
"Lepe", Lejman F. et Petszaft S.,
Midler Lejb Uszer,
Minchenberg Herman,
Osnos Lejb,



Papelbaum Ludwik,
"Przegląd Garnarsko-Techniczny",
Rajchenbach Włodziemierz, avocat,
Rzechte Izaak M.,
Spriter Dawid,
Welt Szymon,
Wilderbaum Jakub,
Zarch R. M.
L'immeuble Lejb Osnos de la rue Twarda à Varsovie
L'immeuble Lejb Osnos de la rue Twarda à Varsovie (Cliquer pour agrandir)

Vestiges dans la rue Zielna

Quand l'histoire refait surface

La rue Zielna est une rue perpendiculaire à la rue Próżna, l'ancienne rue juive en partie restaurée et aujourd'hui parcours incontournable des visites guidées. Sur les 52 immeubles qui s'élevaient dans la rue Zielna avant la guerre, il n'en reste plus que 3 visibles aujourd'hui. Le numéro 33, qui a sombré dans l'oubli depuis bien longtemps, refait surface avec les travaux d'aménagement qui ont mis au jour une partie de ses caves. Comme toujours, à Varsovie, quand on gratte un peu le sol, un bout d'histoire refait surface. En 1945, de cet immeuble de 2 étages,il ne restait plus que quelques murs.
Vestiges d'avant guerre au 33 de la rue Zielna à Varsovie
Vestiges d'avant guerre au 33 de la rue Zielna à Varsovie (Cliquer pour agrandir)
Une de ses particularités ? son arrière-cour donnait directement sur l'ancien bazar juif (Pociejów) de la rue Bagno, un réseau d'arrière-cours situé de part et d'autre de la rue Bagno aujourd'hui disparues et où des juifs s'étaient établi au XIXème siècle et commerçaient ferrailles, chiffons et rebuts en tous genres. Après le bouclage du ghetto en novembre 1940, cet immeuble se retrouva positionné juste à la limite est du petit ghetto, un mur devait très certainement couper son arrière-cour en deux comme toutes les autres arrière-cours de la rue Zielna, laissant ses immeubles du côté aryen. A la lecture de l'annuaire des abonnés du téléphone pour la période 1937-1938, il semble qu'une partie de ses habitants étaient juifs. Cukierowie S. et J. Médecin dentiste et ingénieur, Imprimerie "Warszawska", Goldstern M. N., Kalinowkier Izaak, Kuczbard Róża, atelier de réparation de radios, Rajs Frajda, brasserie, Trefler N., Tysler Aron Chaim.
Topologie du côté de la rue Zielna à Varsovie
Topologie du côté de la rue Zielna à Varsovie - Source mapa.um.warszawa.pl (Cliquer pour agrandir)
En vert l'ancien bazar juif Pociejów, en rouge les murs du ghetto qui ferment les rues.

Les abonnées du téléphone du 14 rue Waliców

Un immeuble pas si anonyme

Annuaire téléphonique de Varsovie pour la période 1938-1939. Les immeubles numéro pairs (côté est) avaient été insérés dans le petit ghetto dont le mur séparait en partie la rue, en son milieu. Encore habité quelques années en arrière, l'immeuble très délabré laisse apparaître les élévations qui se dressaient dans l'arrière-cour, la façade donnant sur la rue ayant été en partie détruite durant la guerre. Władysław Szlengel, le poète, a habité l'immeuble durant la période du ghetto.
Un autre personnage de marque qui a habité le lieu durant l'entre-deux guerres jusqu'à la première grande déportation de l'été 1942, et qui est répertorié ici dans l'annuaire, fut Menachem Kipnis, journaliste, essayiste, musicologue et grand spécialiste des musiques et traditions folkloriques et yiddish, et également photographe.
Découvrir un article sur Menachem Kipnis.
Menachem Kipnis - 14 Waliców street
Menachem Kipnis - 14 Waliców street (cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com
Breindler M., directeur fabrique de placages,
Chorzewski Aleksander,
"Chromax", Lipszyca M., ingénieur pour la fabrique de galvanisation,
Fersztendik Ignacy,
Fersztendik Regina,
Gryff Feliks et Halina,
Halpern S.,
Kipnis Menachem, journaliste,
Krajterkraft Adam, ingénieur construction,
Liberman Michał,
Libraderowa Ewa,
Lipszyc Mieczysław, ingénieur,
Machlejd Jerzy, directeur fabrique C. Ulrich,
Machlejd Józef,
Mange Marek,
Mendelsohn Jakub,
Rozenblum A.,
Rozowska B. L.,
Szlam Jakub,
Szulman D.,
Warszawski Henryk,
Zajdel Róża, chimiste,

Les abonnés du téléphone de la rue Próżna

Un peu plus loin avec les habitants de la rue Próżna

La rue Próżna, aujourd'hui en partie revitalisée, fut la dernière rue percée au XIXème siècle dans ce quartier juif situé autour de la place Grzybowski. Elle reliait alors la place et l'avenue Marszałkowska. Rue huppée dans laquelle s'élevaient 14 immeubles de standing dont l'immeuble numéro 14 Wolanowski (le dernier en attente de restauration) et le numéro 9 situé en face, brillamment restauré, où habitaient Zalman et Rywka Nożyk, fondateurs de la synagogue éponyme voisine; elle tranchait radicalement avec la rue voisine Bagno, l'ancienne rue des ferrailleurs et chiffonniers juifs (bazar autrefois appelé Pociejów). En partie bombardée en 1939, la rue Próżna fut intégrée dans le périmètre du petit ghetto de novembre 1940 à mars 1941. Elle eut de nouveau à souffrir des durs combats de l'insurrection de Varsovie de 1944, notamment l'immeuble Wolanowski en partie détruit et qui abritait un bataillon de l'armée de l'intérieur (Armia Krajowa). Il ne reste plus aujourd'hui que 4 immeubles d'avant-guerre encore debout. A la lecture des noms des abonnés, on constate qu'environ 90% sont juifs, les polonais semblant plus concentrés vers les premiers numéros du côté de l'avenue Marszałkowska.
Perspective de la rue Próżna
Perspective de la rue Próżna - à gauche le numéro 14 Wolanowski, à droite le numéro 9 (Cliquer pour agrandir)
La liste des abonnés du téléphone de la rue Próżna :
"Ardenta", Byszkowicz S. Próżna 1 - Matériels pour dentistes,
Bielanowski Marian, Próżna 1 - Salon de coiffure,
Długolęcki M., Próżna 1 - Fourreur,
"Ekonomia", Kulesza Tomasz Tadeusz, Próżna 1 - Café,
Szulc Stanisława, Próżna 1 - Epicerie,
Środowski Kazimierz, Próżna 1 - Ferronnerie,
Kornatowska Zofia, Próżna 2 - Parfumerie,
Nowicki Zygmunt, Próżna 2 - Epicerie,
Trésorerie, premier bureau, Próżna 3,
Jankowski Czesław, Próżna 5 - Médecin,
Jedynak Władysław, Próżna 5 - Tailleur,
Rozenblüth Alfred, Próżna 5 - Médecin,
Schmierer Józef, Próżna 5 - Avocat,
Szpidbaum A. et Fils, Próżna 5 - Vente de cuirs pour harnais et sellerie,
Warszawski L., Próżna 5 - (de la fabrique de bouchons en liège et articles en osier du 30 de la rue Grzybowska),
Blumenfeld I., Próżna 7 - Négociant en bières,
Goldberg Ch. M.,Rotam et Goldberg, Próżna 7 - Magasin de courroies de transmission,
Krakowska Balbina, Próżna 7,
Kuliś Stefan Marian, Próżna 7,
Porwisiak M., Próżna 7 - Atelier sellerie-sport,
Rotlewi Julian, Próżna 7 - Avocat,
Bożentowicz Wacław, Próżna 8 - Avocat,
Finkiel Jakub, Próżna 8 - Directeur de collège, ingénieur,
Handelsman Helena, Próżna 8 - Bibliothécaire,
Handelsman Józef, Próżna 8 - Médecin,
Izgur Dawid, Próżna 8 - Docteur en droit,
Nagdymen I., Próżna 8 - Vente de beurre et laitage,
Zundelewicz Miron, Próżna 8,
Billauer Jakub, Próżna 9 - Fabrique de sacs, perruques et accessoires pour matelassier,
Finkelstein Józef, Próżna 9,
Koliszewski R., Próżna 9,
Lebensold Sz., Próżna 9 - Magasin de revêtements de toit et revêtements goudronnés,
Łucki Aron, Próżna 9,
"Skórofile", Próżna 9 - Maroquinerie,
Szretter Stanisław, Próżna 9 - Avocat,
Blaustein M. Próżna 10 - Fabrique de lattes, contre-plaqués et placages,
Bojman Henryk, Próżna 10 - Tailleur pour hommes,
Brzoza Henryk, Próżna 10 - Agent de commerce,
Glaszmidt A., Próżna 10 - Magasin de de vins et vodka,
Grynberg Natan, Próżna 10 - Avocat,
Heitler Izaak et Fils, Próżna 10 - entrepôt de meubles,
Krysiuk Leon, Próżna 10,
Neuman Salomon, Próżna 10 - Dentiste,
Szmuszkowicz Józef, Próżna 10 - Médecin,
Szpiro Leon, Próżna 10,
Bauman Jakub, Próżna 12,
Brok Boruch, Próżna 12,
"Forkiel", Próżna 12 - Magasin de lattes et placages,
Gepner Stefania et Abraham, Próżna 12,
Gerkowicz C., Próżna 12,
Gesundhelt frères, Próżna 12 - Agence vente d'occasion,
Gesundhelt Izydor, Próżna 12 - Associé Gesundhelt frères,
Gold Adam, Próżna 12 - Articles pour orchestre d'opéra (?),
Goldkorn L., Próżna 12 - Médecin,
Goldkorn Beniamin., Próżna 12,
Goldszal T., Próżna 12 - Maroquinerie,
Grosinger S., Próżna 12,
Kleniec Roman, Próżna 12,
Kossowska Stanisława, Próżna 12,
Lebensold Abram, Próżna 12 - Magasin de produits métalliques,
Mędrzycki I., Próżna 12,
Rabiner M., Próżna 12 - Magasin d'horloges et articles techniques,
Sowadski Juliusz et associés, Próżna 12 - Tannerie,
Zommer Ch., Próżna 12,
Zysman Jonas, Próżna 12,
Berghoer M., Próżna 14,
Billauer Dawid, Próżna 14 - Vente d'accessoires pour matelassier,
Bloch A., Próżna 14 - Fabrique de lattes et placages,
Blumenkopf Ignacy, Próżna 14,
Centre d'installation et d'instrumentation techniques Jakubowicz, Próżna 14 (Grzybowski 6),
Gitis-Bilik Zofja, Próżna 14 - Dentiste,
Halpern Tadeusz, Próżna 14,
Halpern Wiktor, Próżna 14 - Avocat,
Hartsilber Paul, Próżna 14 - Horloger,
Hazenbajn Ala, Próżna 14,
Katz Samuel, Próżna 14,
Kleniec Lejzor, Próżna 14,
Lehensold A., Próżna 14,
Modzelewska Henryka, Próżna 14,
Poradnia Zawodowa J. Kraushara (orientation professionnelle), Próżna 14,
Nickin Samuel, Próżna 14 - Entrepôt de placages, contre-plaqués,
Rubinstein-Jezierski Jerzy, Próżna 14 - Chirurgien,
Szyfmanowicz G., Próżna 14,
Szyfmanowicz Leon, Próżna 14 - Avocat,
Association pour la protection des jeunes étudiants et travailleurs juifs, Próżna 14,
"Warszawskie Zakłady Odkażania i Sortowania Opdadów Włokien", Próżna 4 - Centre de désinfection et de tri de déchets de fibres, bureau de ventes, direction,
Werthajzer L. M., Próżna 14 - Magasin de vitres pour fenêtres,
Zakon Mieszysław, Próżna 14 - Bijoutier.
Présentation de la rue Próżna.

Liste des abonnées au téléphone de la rue Brzeska

Une rue témoin de l'avant guerre

La rue Brzeska est située dans le quartier de Praga.
Parmi ceux qui s'intéressent à la Varsovie ancienne et qui poussent un peu plus loin que les circuits touristiques habituels, il est des rues qui restituent encore ce qu'était la Varsovie populaire d'avant guerre, aussi bien polonaise que juive. La rue Brzeska, située non loin de la gare de l'est (Warszawa Wschodnia) offre cette sensation. Pourtant il est difficile de se faire une idée devant le spectacle de ces nombreux immeubles centenaires délabrés où la plupart des crépis, des façades, stucs et détails architectoniques ont disparu sous l'effet du temps.
La rue Brzeska dans le quartier de Praga
La rue Brzeska dans le quartier de Praga (Cliquer pour agrandir)
Quand on analyse le répertoire téléphonique tel qu'il était composé un an avant la guerre, on se rend compte de la structure de cette micro-société qui peuplait la rue Brzeska et de la variété des métiers qu'on y exerçait. A la lecture des noms des abonnés du téléphone, on apprend qu'environ 30% de ses habitants étaient juifs, certainement morts quelques années plus tard au ghetto de Varsovie, sur l'autre rive, ou à Treblinka.

Ci-dessous la liste de tous les abonnés au téléphone de la rue Brzeska pour la période 1938-1939 :
Formation militaire des chemins de fer, Brzeska 2,
Jastrzębski Leon, Brzeska 2 - Pédiatre,
Machowski Mieczysław, Brzeska 2,
Mizerski E, Brzeska 2 - Ingénieur, responsable de la circulation,
Stawiński Wincenty, Brzeska 2 - Chef de caisse de la gare de l'est,
Sadowski Jakub Mirosław, Brzeska 2,
Liszka Franciszek, Brzeska 3,
Łuczyniec W, Brzeska 3 - Menuiserie,
Szewczenko Mikołaj, Brzeska 3 - Café,
Zeldeman Izrael, Brzeska 3 - Café Blech Feliks et Mazur Henryk, Brzeska 4 - Garage Gzell Jan, Brzeska 4,
Société de lutte contre la tuberculose, Brzeska 4 - (antenne),
Adelson Dawid, Brzeska 5,
Markusfeld Jakub, Brzeska 5 - Electricien,
Edelszein, Brzeska 5 - Docteur,
Szpecht B, Brzeska 5 - Docteur,
Jagoda Abram, Brzeska 5 - Restaurant,
Siedlecki Moszek, Brzeska 5,
Skowronek Szyja, Brzyska 5,
Bromke Eugenia, Brzeska 6 - Dentiste,
Skolimowska-Kotkowska Maria, Brzeska 6 - Docteur,
Kamiński Wincenty, Brzeska 6,
Wróbel G, Brzeska 6,
Dybowska-Brodzic Irena, Brzeska 6 - Articles peinture et dessin,
Hoffman Dawid, Brzeska 6,
Kluczyk Antoni, Brzeska 6 - Fonderie de métal,
Lachs H, Brzeska 6,
Leoniak Adam, Brzeska 6 - Epicerie et produits laitiers,
Dépôt de l'embranchement ferroviaire de la gare de l'est, Brzeska 6a,
Buda Pejsach, Brzeska 7,
Kirshenbaum Chil, Brzeska 7,
Poremba Leon, Brzeska 7 - Fabrique de clous,
Szpajzmann Aron, Brzeska 7,
Żelazkiewicz K, Brzeska 7 - Manufacture de montres,
Bedzak P, Brzeska 8 - Epicerie,
Grynberg Gustawa, Brzeska 8 - Epicerie,
Beeger Jan, Brzeska 8 - Parfumerie, pharmacie,
Grossiste de charbon de Praga, Brzeska 8,
"Koło Prażan", Brzeska 9 - Commerce de marchandises pour hommes et femmes,
Flancreich Frères, B et M, Brzeska 10 - Vente d'articles en métal,
Naparstek Joel, Brzeska 10,
"Tomchaj-Anyim", Brzeska 10 - Cantine pour chômeurs,
Wajntraub Icek, Brzeska 10 - Société de transport,
Hejnikowski Jan Antoni, Brzeska 11,
Handwol Sz, Brzeska 11,
Mozelman Chaim, Brzeska 11,
Antenne sanitaire de l'hôpital des chemins de fer, Brzeska 12,
Buda Chaim, Brzeska 13,
Kronenberg Abram, Brzeska 13 - Salon de thé,
Prydrychewicz Adam, Brzeska 14a - Juge,
Wiszniewski D, Brzeska 14a,
Sirota B, Brzeska 14,
Débit de boissons, Brzeska 15-17,
Brykier P, Brzeska 16 - Menuiserie, ébénisterie,
Hechtkopf Jankiel, Brzeska 16,
Ryngelblum L, Brzeska 16, Café,
Szwacwald Samuel, Brzeska 16 - Pharmacie,
Mazur Karolina, Brzeska 17 - Parfumerie,
Turowicz Jadwiga, Brzeska 17,
Ziółkowski Stanisław, Brzeska 17 - Chirurgien,
Szefer Oskar, Brzeska 17a - Masseur diplômé,
Oporski P, Brzeska 18 - Volailler,
Pikon Szlama, Brzeska 18,
Tenenbaum I, Brzeska 18 - Matériaux de construction,
Bertman Henryk, Brzeska 20,
Brykier P, Brzeska 20,
Kobyłka Chil, Brzeska 20,
Bursztyn M, Brzeska 20 - Magasin de volailles,
Lerer M, Brzeska 20 - Vêtements de marque,
Sznek H, Brzeska 20,
Ostaszewska Marja, Brzeska 20,
Mozelman Józef, Brzeska 21,
Rozenblit Matias, Brzeska 21,
Miganowicz Franciszek, Brzeska 23 - Vêtements pour hommes et femmes,
Sobol Pinkus, Brzeska 23,
Stegiński Teodor, Brzeska 23 - Vendeur de volailles,
Bertman H, Brzeska 25 - fabrique ciment, chaux, argile réfractaire.
TOMCHAJ–ANYIM (Brzeska 10) était une association créée en 1920 d'aide pour les juifs pauvres et sans emploi qui a fonctionné jusqu'au déclenchement de la guerre. Le livret (polonais) qui présente les statuts de l'association est visible en ligne à la bibliothèque de l'université catholique de Lublin, mot-clé TOMCHAJ–ANYIM.

Les fondations de l’ancien café Sztuka

Sous les pavés, les briques et l'Histoire

Dès que l'on gratte un petit peu sous les pavés ou l'asphalte de Varsovie, l'histoire et les images du passé resurgissent. Les travaux qui ont actuellement lieu dans le petit parc qui se trouve devant le cinéma Muranów ont mis au jour des éléments de fondations des immeubles qui se trouvaient aux numéros 1 et 3 de la rue Przejazd, une rue aujourd'hui disparue.
Fondations d'immeubles de l'ancienne rue Przejazd
Fondations d'immeubles de l'ancienne rue Przejazd (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com
Les fondations de l'immeuble qui était situé au numéro 1 de la rue Przejazd et qui faisait l'angle avec la rue Leszno (actuelle avenue Solidarité - Solidarność) par sa façade située au numéro 2 ont été mises au jour. Le grand immeuble de style classique a été édifié vers les années 1791-1792 pour le compte du propriétaire et marchand de bières Karol Martin au temps du roi Stanisław August. La façade la plus imposante donnait sur la rue Leszno. Durant l'entre-deux guerres, cet immeuble qui avait perdu son architecture originale, et qui disposait de deux cours intérieures abritait un café, le cinéma Era ainsi que le restaurant-Bar Central de Izaak Gertner. Dans l'immeuble Martin du numéro 2 de la rue Leszno, durant la seconde moitié du XIXème siècle, se trouvait le café de Maria Dębska. Ensuite, avec le retour de l'indépendance après la première guerre mondiale, l'immeuble abrita l'Association des artistes de scène juifs, une bibliothèque, une salle de conférence et un club. Egalement un café tenu par Izaak Ajzenberg. Il y avait aussi le cinéma Riviera qui exista jusqu'au début de la guerre (qui succéda au cinéma Era).
Leszno 2 - Café Sztuka durant le ghetto
Leszno 2 - Café Sztuka durant le ghetto (Cliquer pour agrandir) © ISPAN
Pendant la guerre, l'immeuble se retrouva inséré à la limite est du ghetto nord, où se trouvait une des portes d'accès principales qui fonctionna de novembre 1940 jusqu'à février 1942. L'immeuble abrita le café Sztuka qui s'était installé dans les anciens locaux du restaurant de Izaak Gertner. Le café se présentait sous la forme d'un cabaret littéraire où se produisirent les pianistes Władysław Szpilman (le pianiste du film de Roman Polański qui avait abandonné ses concerts au Nowoczesny (le Moderne) pour venir jouer au café Sztuka, et Artur Goldfeder, les pianistes jouant également en duo, la célèbre chanteuse d'avant-guerre Wiera Gran (Weronika Grinberg), également l'auteur et poète Paula Braun, l'actrice et chanteuse Diana Blumenfeld, la chanteuse Marysia Ajzensztadt, le poète Andrzej Włast (Gustaw Baumritter), le poète et auteur Władysław Szlengel et bien d'autres. Là se réunissaient une intelligenstia juive assimilée. Le café Sztuka devint l'un des lieux de la vie musicale et littéraire dans le ghetto. Szpilman écrivit la célèbre chanson "Son premier bal (audio ♫)" qui fut interprétée par Wiera Gran. Le café était composé d'une salle de concert et d'un bar. Durant cette période tragique du ghetto, il régnait au café Sztuka une ambiance quelque peu hors du temps, "une sorte de snobisme, d'aristocratie, d'élégance factice" rapporte Mary Berg dans son journal du ghetto.

Maria (Marysia) Ajzensztadt (1921-1942)

Elle était la fille de Dawid Ajzensztadt, le dirigeant des chœurs de la synagogue Nożyków et de la grande synagogue de Varsovie. Son répertoire englobait aussi bien la chanson populaire que des arias d'opéra. Elle était aussi pianiste, instrument qu'elle étudia avec Maria Bar puis avec Zbigniew Drzewiecki. Au cours de l'année 1940, la famille envisageait de partir à l'étranger, mais le ghetto fut définitivement bouclé en novembre 1940. Dès cette période, elle débuta comme chanteuse professionnelle et sa voix devint célèbre dans le ghetto à tel point qu'elle fut surnommée le rossignol du ghetto. Szpilman, le pianiste, dit par la suite que si elle avait survécu à la guerre, elle aurait été connu par des millions d'auditeurs. Elle était accompagnée par Ignacy Rosenbaum et parfois Ruth Zandberg. Son timbre de voix la classait parmi les sopranos lyriques, avec une couleur inhabituelle. Malgré son jeune âge, son large répertoire pouvait aborder des pièces de Schubert, Mendelssohn, Schumann, Puccini, Verdi, Mozart, Rossini, Rimski-Korsakov. Son talent était infiniment reconnu et les éloges pouvaient se lire dans la Gazette juive (Gazeta Żydowska). De même que sa beauté et ses traits de caractère étaient très appréciés.
Marysia Ajzensztadt
Marysia Ajzensztadt
Durant la période du ghetto, elle se produisit au Femina (rue Leszno 35) puis au café Sztuka (rue Leszno 2). Marysia Ajzensztadt est morte dès les premiers jours des grandes aktions de déportation d'août 1942. Elle aurait été tuée lors de la séparation avec son père et sa mère sur la rampe d'Umschlagplatz, lorsqu'elle aurait accouru auprès d'eux alors qu'on les poussait vers le wagon.
Leszno 2, Cafe Sztuka - Marysia Ajzensztadt
Leszno 2, Cafe Sztuka - Marysia Ajzensztadt (Cliquer pour agrandir) © Bundesarschiv Koblenz
L'immeuble Leszno 2 abritait aussi le centre Centos, l'oganisation centrale pour la protection des orphelins. L'organisation avait établi durant l'entre-deux guerres une maison de repos et une autre pour les enfants, ainsi qu'une institution de médecine et organisait aussi des colonies pour l'été. Durant l'occupation et la période du ghetto, le centre Centos était dirigé par l'avocat Briański puis le docteur Adolf Berman et Józef Barski. De nombreuses autres personnalités s'investissaient dans l'organisation dont Yehudit Ringelblum, la femme de Emanuel Ringelblum. Selon des données datant de 1942, l'organisation Centos fournissait une centaine de points de distribution qui alimentaient 45 000 enfants du ghetto. L'immeuble se trouvait à une centaine de mètres de la grande synagogue Tłomackie. Le café fut fermé durant les déportations de l'été 1942. Le bâtiment fut partiellement incendié durant l'insurrection du ghetto. Il abrita ensuite des combattants lors de l'insurrection de Varsovie en 1944, période durant laquelle Marek Edelman s'y trouva quelques temps. Les ruines du bâtiment furent détruites avec d'autres aux alentours en 1946 avec le début de la reconstruction et l'élargissement de la rue Leszno qui fut transformée en avenue. Sztuka signifie l'Art. Diverses vues des fondations Cartes de localisation Liste des abonnés du téléphones du 2 rue Leszno - Annuaire 1938-1939 Bellman Icek Blejwas Racja, confiserie Gertner Izaak, restaurant Goldsztejn A., atelier d'électrotechnique Kino Riviera, cinéma "Polo", vente de bougies et de savons Sztark A., vente de papier, matériel de bureau et de livres comptables Une partie des sources présentées ici provient des ouvrages de Jacek Leociak et Jerzy Majewski