La marche de la mort

Des routes, des victimes, des monuments

Dès le milieu de l’année 1944, l’offensive de l’Armée rouge contre les armées du Reich est lancée vers l’ouest. Face à cette avancée, les allemands décident de procéder à l’évacuation des prisonniers des camps d’Auschwitz et de 27 sous-camps rattachés. Entre le 17 et le 21 janvier 1945, c’est pas moins de 56 000 prisonniers qui s’élancent en colonne sur les routes de Silésie en direction de l’ouest, vers l’Allemagne.
Cette marché forcée empruntera deux routes différentes mais pas très éloignées à travers la Haute-Silésie. Un premier mouvement s’effectue en direction de Wodzisław Śląski (Loslau) sur une distance d’environ 65 kilomètres. Le second tracé s’élancera en direction de Gliwice (Gleiwitz) puis Prudnik (Neustadt) pour une partie des prisonniers; un parcours plus long.
> Route 1 – Auschwitz – Wodzisław Śląski (cliquer pour découvrir les étapes, les monuments)
> Route 2 – Auschwitz – Gleiwitz (à venir)

Retour des stèles juives dans les cimetières

Ultimes retours vers le lieu du repos

On observe une tendance assez symptomatique en Pologne depuis plusieurs années. Nombre de polonais ramènent dans les cimetières des stèles et des morceaux de stèles juives qu’ils ont découverts lors de travaux, suite à un achat d’immobilier dans l’ancien, lors d’une succession, essentiellement à la campagne et dans les petites villes. Ces éléments de monuments funéraires avaient été dérobés après la guerre ou revendus lorsque les autorités municipales de l’époque démantelaient un cimetière juif dans le cadre de la réalisation d’un projet urbain. Ainsi là où reposaient autrefois des hommes, des femmes et des enfants qui faisaient vivre ces communautés juives de Pologne se dresse aujourd’hui, ici un parc (Toruń), là une cour de récréation d’école (Kazimierz Dolny), plus loin une gare routière (Przeworsk), plus loin encore une entreprise (Kępno), ici un bois (Sobota), là un terrain vague (Bielawy), ici encore un lotissement d’immeubles d’habitations édifié durant le communisme (Grajewo).
Ces stèles ainsi démantelées furent transportées vers d’autres endroits et réutilisées souvent comme matériaux de terrassement, de fondation pour des constructions et pour consolider des berges de rivières. Ce pillage commença durant la guerre, période la plus active dans le démantèlement des nécropoles juives. Un commerce qui se mit en place, sous l’autorité allemande dans la majorité des cas, et des entreprises locales profitèrent de ce marché de la pierre pour revendre les matériaux.

Une stèle juive utilisée comme élément de fondation dans une grange dans le village de Milejczyce
Une stèle juive utilisée comme élément de fondation dans une grange dans le village de Milejczyce (Cliquer pour agrandir) Photo Materiały Towarzystwa Inicjatyw Twórczych ‘Ę’

Après la guerre, dans un pays dévasté où tout manquait, nombre de polonais allèrent s’approvisionner en matériaux dans les cimetières déjà en grande partie dévastés et démantelés. Souvent les murs de clôture furent aussi démontés et les briques récupérées.
La Pologne comptait environ 1400 cimetières juifs avant la guerre. Le pays, rappelons-le, était territorialement situé plus à l’est puisqu’il englobait une partie de la Lituanie, la Biélorussie et l’Ukraine occidentale (Galicie). Quasiment tous les cimetières, encore intacts au début de la guerre, furent dévastés par les allemands dès 1939-1940 pour la partie occidentale actuelle de la Pologne, et dès 1941 pour la partie orientale, suite à l’invasion de l’URSS qui jusque là, alliée des nazis, avait occupé la Pologne orientale. La dévastation signifiait le démantèlement des tombes juives afin de les réutiliser. Donc au-delà d’un marqueur identitaire à éradiquer perçait un profit économique. Cette opération participait à l’effacement de la présence et de l’histoire juives dans des villes et des bourgades où s’étaient établies ces communautés plusieurs siècles auparavant. Les synagogues et maisons de prières subirent le même sort et nombre d’entre-elles disparurent. D’autres furent réutilisées pour d’autres fonctions, ce qui paradoxalement les sauvèrent jusqu’à aujourd’hui, mais au prix d’une destruction irrémédiable de leurs décorations et aménagements intérieurs.
Aujourd’hui, on doit dénombrer plus de 800 cimetières juifs en Pologne, le pays ayant perdu 30% de ses territoires après le redécoupage entérinée lors de la conférence de Yalta en 1945.
Si l’essentiel de ces stèles fut réutilisé comme matériaux, un certain nombre d’autres, à la campagne notamment, fut recyclé en meules à aiguiser. Aussi n’est-il plus anecdotique d’observer dans un cimetière juif, dans un coin posée contre un mur, un objet en pierre de forme circulaire et percé d’un axe généralement carré, qui n’est autre qu’une meule. Mais une meule spéciale puisque on peut toujours lire d’un côté des caractères hébraïques.
Une "meule juive", taillée dans un stèle funéraire et ramenée au cimetière juif de Varsovie
Une « meule juive », taillée dans un stèle funéraire et ramenée au cimetière juif de Varsovie (Cliquer pour agrandir) Photo www.shabbat-goy.com

Dans les cimetières juifs de l’actuelle Pologne occidentale, des anciennes provinces allemandes d’avant guerre (dont certaines provinces étaient historiquement polonaises), les cimetières furent également dévastés durant la guerre et aussi après la guerre par des populations polonaises transférées depuis les territoires de l’est où elles vivaient depuis des générations, des territoires devenus étrangers après Yalta. Ces stèles aux inscriptions hébraïques et/ou allemandes subirent le même sort qu’à l’est. De plus, les cimetières juifs allemands recelaient de monuments funéraires réalisés avec des matériaux nobles comme le marbre noir. Beaucoup d’entre-eux furent retaillés et réutilisés comme monuments funéraires chrétiens sans forcément que les familles des défunts eussent connaissance de la provenance exacte du marbre ou de l’élément en marbre. Il est à noter que les cimetières allemands, les plus nombreux dans cette nouvelle partie occidentale de la Pologne subirent un destin tragique puisqu’ils disparurent presque tous. Il s’avère qu’aujourd’hui en Pologne, les cimetières qui ont été le plus dévastés ne sont pas juifs mais allemands.
Lors d’une visite au cimetière juif de Przemyśl, en Pologne sud-est (Galicie), quelle n’a pas été ma surprise de voir quelques stèles juives réalisées dans des stèles qui avaient été réutilisées.
Démantèlement d'un pont enjambant la rivière Mrożycy dans la commune de Brzeziny et qui avait été construit par les allemands durant la guerre, en vu de retourner les stèles dans le cimetière juif local.
Démantèlement d’un pont enjambant la rivière Mrożycy dans la commune de Brzeziny et qui avait été construit par les allemands durant la guerre, en vu de retourner les stèles dans le cimetière juif local. (Cliquer pour agrandir) Photo Fot. Marcin Stępień / Agencja Gazeta
Depuis des années, avec les nombreux travaux de modernisation du pays, on redécouvre des pierres tombales qui avaient été employées comme terrassement sous des routes, sous des places. Les stèles sont systématiquement rassemblées et généralement retournées au cimetière juif lorsque celui-ci n’a pas complètement disparu. Lorsque c’est le cas, en concertation avec les communautés juives, des monuments (Pułtusk) ou des lapidariums (Ostrów Wielkopolski) sont érigés avec les restes de ces stèles.
Très rare, mais visible, une tombe chrétienne réalisée à partir d'une stèle juive et dont les inscriptions en partie effacées subsistent
Très rare, mais visible, une tombe chrétienne réalisée à partir d’une stèle juive et dont les inscriptions en partie effacées subsistent (Cliquer pour agrandir) Photo Łukasz Baksik

Si les polonais dans leur ensemble n’ont pas une connaissance très précise de ce que fut l’histoire des communautés juives de Pologne, une histoire longtemps occultée durant le communisme, nombre d’entre-eux comprennent l’importance et la signification de ces monuments funéraires. En effet, les polonais visitent et entretiennent très régulièrement les tombes de leurs familles dans les cimetières chrétiens, aussi ces nouvelles générations, mais pas seulement, qui découvrent une pierre sur laquelle apparaissent des caractères hébraïques comprennent bien la signification et l’histoire de ces morceaux de stèles et, très souvent de leur propre initiative, retournent au cimetière juif local, ces vestiges qui témoignent de cette histoire anéantie.
Cependant, l’immense majorité de ces pierres tombales reste enfouie et cachée dans des fondations, dans des murs, et une partie de celles qui ont été remises au jour terminent dans un enfouissement de gravas ou disparaissent à jamais.
Souvent, dans les vieux cimetières juifs, essentiellement à l’est, les plus anciennes stèles sont demeurées, car la taille et la gravure de monuments funéraires et de pierres tombales décorées n’étaient pas à l’origine une tradition juive, mais une coutume plutôt inspirée des monuments funéraires chrétiens. Les pierres tombales des gens modestes, les tombes anciennes, étaient surmontées par des rochers de granit de diverses tailles sur lesquels avaient été gravées quelques épitaphes. Ces rochers, moins pratiques à transporter et à réutiliser sont souvent restés sur place.
Dans l’histoire, des cimetières juifs avaient été démantelés dans des communes car édifiés à l’origine non loin des centres villes et furent déplacés en raison du développement de l’habitât. Qu’ont pu devenir les stèles de cette époque, nul ne le sait. Durant la première moitié du XVIIème siècle, le (premier) cimetière juif de Varsovie fut démantelé après l’expulsion des juifs de la vieille ville. Il se dit qu’une partie des pierres tombales fut réutilisée pour la construction de fondations dans la vieille ville, mais à ce jour on n’a pas retrouvé la moindre trace, ni d’ailleurs de ce cimetière qui se dressait alors aux alentours actuels de l’hôtel Bristol et de la rue Karowa.

Changement de comportement *

Au printemps 2017, 38 stèles furent ramenées au cimetière juif de Ciechanowiec. Ce cimetière dont le mur d’enceinte fut reconstruit en 2008 comportait à peine une vingtaine de tombes. Depuis quelques années, les habitants commencèrent à rapporter des stèles qu’ils avaient retrouvées et aujourd’hui on dénombre plus de 70 tombes dans le cimetière.
Lorsque ces stèles réapparaissent, c’est aussi des morceaux de vie qui resurgissent. Ce fut le cas à Otwock (sud-est de Varsovie) où un habitant déterra 3 stèles juives. Il signala sa découverte au Musée Juif de Varsovie, et on pu découvrir des personnes derrière ces pierres : la tombe de Awraham Józef Zylbersztajn originaire de Sobolewo, qui mourut en 1917; celle de Miriam Messing, morte en 1926, et celle de Iska Fajga, décédée en 1938, la fille du rabin Chaim Icchak Płocki de Turk et petite-fille d’un rabin très connu, Meir Dan Płocki de Ostrów Mazowiecki. Les stèles furent rapatriées au cimetière de Otwock en juin 2017 par les autorités locales.

Une des stèles retrouvées lors des tavaux à Wrocław
Une des stèles retrouvées lors des tavaux à Wrocław – Photo Ryszard Bielawski
Lors de travaux de fondation d’un hôtel réalisés par un investisseur à Wrocław, des ossements apparurent là où se trouvait autrefois le cimetière juif de la rue Gwarna, démantelé durant l’ère communiste. On fit appel à des archéologues qui mirent au jour 150 restes humains ainsi que des morceaux de tombes. L’ensemble fut transféré vers le cimetière juif de la rue Lotnicza.
A Góra Kalwaria, une ville située au sud de Varsovie, on mis au jour plusieurs dizaines de tombes juives qui avait été utilisées comme matériaux de terrassement pour la place du camp de prisonniers de guerre russes, qui avait été établi par les allemands. On ramena les tombes au cimetière juif.

D’autres stèles encore ont été mises à jour et cela n’est pas terminé pour 2017.
Ewa Krychniak et la stèle funéraire juive qu'elle a pu sauver et qui était utilisée comme établi par un menuisier
Ewa Krychniak et la stèle funéraire juive qu’elle a pu sauver et qui était utilisée comme établi par un menuisier – Photo Mirosław Szut
Beaucoup plus rare et qui mérite d’être souligné, une stèle qui avait été réalisée en fonte a été retrouvée à Sokółka (région est) par une habitante du lieu, Ewa Krychniak, une institutrice et bibliothécaire. Cette stèle a été retrouvée dans l’atelier d’un menuisier, qui l’utilisait comme établi. Il s’agissait de la tombe de Masza Lei, fille de Yakov. Afin que l’objet précieux ne soit pas la convoitise de collectionneurs peu scrupuleux, et qui aurait pu être dérobée si la stèle avait été ramenée au cimetière, elle fut envoyée au Musée Régional de Sokółka afin d’être préservée.
* source Virtual Shtetl

La fondation From the Depths

Jonny Daniels, sur les rives de la Vistule à Varsovie durant l'été 2015, lors de la découverte de pierres tombales juives
Jonny Daniels, sur les rives de la Vistule à Varsovie durant l’été 2015, lors de la découverte de pierres tombales juives (Cliquer pour agrandir) AP Photo / Czarek Sokolowski
Jonny Daniels, juif anglo-israélien, et qui s’investit depuis des années en Pologne à travers sa fondation From the Depths, dont il est le fondateur et le directeur, oeuvre activement à la récupération et au retour des stèles vers les cimetières. Son action de terrain, peu soutenue par les communautés juives du pays, s’inscrit dans une démarche complémentaire et volontaire qui implique directement les polonais et les autorités locales qui participent pleinement à ses actions. Une de ses premières actions médiatisées a été le retour de plusieurs palettes de morceaux de tombes juives au cimetière juif de Bródno à Varsovie, stèles qui avaient été utilisées durant la période communiste pour édifier une pergola et des murets dans un jardin du quartier de Praga. Plusieurs retours de stèles funéraires ont également été organisés au cimetière de Varsovie et à d’autres endroits avec le concours d’une association culturiste polonaise, car il ne faut pas oublier que rapatrier de telles masses de granit nécessite des moyens conséquents ainsi qu’une force humaine pour les déplacer. Dans un village, c’est avec l’aide des sapeurs pompiers que des stèles d’un cimetière juif ont pu être relevées. La fondation est également intervenu à de multiples endroits en Pologne, comme par exemple à Słomniki, une petite ville située au nord de Cracovie, ou plusieurs pavées de la grande place centrale qui s’étaient révélés être des morceaux de tombes juives ont pu être retournés au cimetière local avec l’aide de la municipalité. C’est aussi au zoo de Varsovie que des éléments de stèles ont été identifiés.
Une équipe de l'association polonaise Strongmen déplace un monument funéraire juif sous l’œil attentif de Jonny Daniels dans le cimetière de Varsovie
Une équipe de l’association polonaise Polish Strongman déplace un monument funéraire juif sous l’œil attentif de Jonny Daniels dans le cimetière de Varsovie (Cliquer pour agrandir) Photo info. nadesłana

Włocławek, une communauté juive disparue

Restes de vie, traces de l’histoire

Si les mises en ligne des sites tardent par manque de temps, les visites des lieux de mémoire juive ne s’arrêtent pas. La dernière en date à Włocławek, une ville située à 160 kilomètres au nord-ouest de Varsovie, non loin de Toruń, la ville de Copernic, en région de Couïavie-Poméranie (kujawsko-pomorskie).
La photo panoramique ci-dessous présente une vue apparemment anodine d’un endroit situé un peu à l’écart du centre ville de Włocławek, c’est là que se trouvait le ghetto durant la guerre.

L'ancien ghetto de Włocławek
L’ancien ghetto de Włocławek (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com

A Włocławek vivaient environ 12 000 juifs à l’entrée en guerre, ils représentaient un peu moins de 20% des habitants de la ville.
Les juifs s’installèrent à Włocławek au début du XIXème siècle, mais des marchands juifs commerçaient déjà dans la cité depuis le XVIIème siècle. Après l’extermination nazie de la seconde guerre mondiale, une petite communauté émergeât après la guerre et survécu jusque dans les années 1970.
Durant la guerre, les allemands établirent un ghetto au sud de la ville, puis déportèrent par vagues, les juifs de Włocławek vers d’autres villes de l’est, et également vers le ghetto de Łódź et vers Poznań. Le ghetto fut liquidé en avril 1942 et pratiquement entièrement détruit.
Rue Rakutowska, juifs dans le ghetto de Włocławek durant une action de déportation
Rue Rakutowska, juifs dans le ghetto de Włocławek durant une action de déportation (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com – Fighter Ghetto’s House

Le terrain de l'ancien cimetière juif de Włocławek
Le terrain de l’ancien cimetière juif de Włocławek (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com
Les deux synagogues furent détruites durant la guerre et la modeste communauté qui se ré-installa en ville après la guerre établit une petite maison de prières. Le cimetière juif qui se trouvait dans le périmètre du ghetto fut démantelé par les allemands en 1941 et les stèles réutilisées comme matériaux de construction. Néanmoins, une partie du cimetière survécut, quelques inhumations eurent lieu après la guerre, mais la nécropole fut liquidée au début des années 1950 par les autorités locales. Un complexe scolaire fut édifié sur le terrain de l’ancien ghetto et du cimetière juif dans les années 1960.
Le carré juif dans le cimetière chrétien de Włocławek
Le carré juif dans le cimetière chrétien de Włocławek (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com
Des stèles du vieux cimetière juif ainsi que des restes furent transférés vers un nouveau carré juif établi au sein du cimetière catholique.
Une stèle en mémoire des victimes du ghetto fut inaugurée devant l’entrée du groupe scolaire en 2001.
Le monument du ghetto de Włocławek
Le monument du ghetto de Włocławek (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com

Je rappelle encore ici que les ghettos établis en Pologne durant la guerre l’ont été par les allemands, à l’initiative des allemands, dans le cadre du regroupement, du contrôle et de la déportation des populations juives.

Une pierre tombale particulière

Les références à la terre d’Israël

La tombe du Rabbin Eliezer Chmielnicki-Katvan dans le cimetière juif de Bodzentyn
La tombe du Rabbin Eliezer Chmielnicki-Katvan dans le cimetière juif de Bodzentyn (Cliquer pour agrandir) – Photo www.shabbat-goy.com

Lors de ma dernière visite au cimetière juif de Bodzentyn, j’ai pu observer une stèle avec une représentation graphique peu commune, représentant des édifices religieux situés en terre d’Israël.
Bodzentyn est une petite localité située au nord-est de Kielce, en région de Sainte Croix (Świętokrzyskie).
La tombe du Rabbin Eliezer Chmielnicki-Katvan dans le cimetière juif de Bodzentyn
La tombe du Rabbin Eliezer Chmielnicki-Katvan dans le cimetière juif de Bodzentyn (Cliquer pour agrandir) – Photo www.shabbat-goy.com
Ayant une connaissance de l’hébreu à peu près équivalente à celle que je peux avoir du chinois (d’où cette expression bien de chez nous, c’est de l’hébreu, c’est du chinois…), j’ai donc demandé à mon ami Yitzhak, un juif israélo-polonais vivant à Paris et amoureux de la Pologne, dont il connait très bien l’histoire judéo-polonaise sous tous ses angles et les régions qu’il visite très régulièrement, de me décrire cette magnifique représentation graphique.

Il s’agit ici de la tombe du rabbin Eliezer Chmielnicki-Katvan.
On notera au passage le nom de Chmielnicki, qui, à la tête du soulèvement mené par les cosaques d’Ukraine alliés au Tatars de Crimée contre la République des deux Nations – Pologne-Lituanie au milieu du XVIIème siècle, fut responsable du massacre de dizaines de milliers de juifs (entre 60 000 et 100 000 selon les historiens) en terre ukrainienne.

A droite la mention en hébreu indique une vue du tombeau des patriarches à Hébron et à dans la partie gauche on a une représentation des tombeaux de la maison de David.
Cette stèle représente «2 lieux saints très chers aux juifs polonais et aux juifs à travers le monde… et l’attachement de juifs polonais au Judaïsme biblique et traditionnel et leur nostalgie d’Israël et ses villes saintes toujours habitées par des juifs».

Comme sur de très nombreuses autres tombes visibles dans ce cimetière et bien d’autres, les livres dans la partie supérieure indiquent une personne qui étudie et ayant la connaissance des textes sacrés.

La communauté juive de Bodzentyn a été anéantie par les allemands pendant la guerre. Le cimetière, établi en 1876, dévasté durant la guerre, abrite encore une soixantaine de tombes dont de nombreuses très bien conservées, il est entretenu.
Durant une déportation des juifs de Bodzentyn depuis la gare de la ville voisine de Suchedniów d’un convoi vers la destination probable de Majdanek, un témoin (Franciszek Gładysz) rapporte que des polonais qui tentaient d’apporter un peu d’eau aux juifs en partance ont été tués par les allemands. (source Virtual Shtetl)

Szmul Zbytkower, commerçant et banquier du Roi

… ou Szmul Jakubowicz Sonnenberg, l’ancêtre d’une grande famille

Shmul (Samuel) Zbytkower, aussi connu sous le nom de Szmul Jakubowicz ou Józef Samuel Sonnenberg est né en 1727.
C’était le fils unique de Jakub Awigdor. Il était originaire du village de Zbytki situé vers le quartier actuel de Wawer (sud-est de Varsovie rive droite) d’où son surnom de Samuel de Zbytki, bourgade où il exerçait comme loueur de biens.
Shmul Zbytkower développa ses activités commerciales et s’enrichit en faisant commerce avec la fourniture de biens aux armées, aussi bien pour les troupes polonaises dès 1770 que pour les troupes russes présentes en Pologne dès 1773 suite à une nomination édictée par un mandat royal du général russe Romanus. C’est cette activité de négoces qui l’enrichit, même si parallèlement il développa d’autres activités commerciales dans le négoce de chevaux, de bétail et le développement de brasseries, de moulins, de boucheries et d’ateliers de tissage, ainsi que d’une scierie, tannerie et une briqueterie. Il étendit son champ d’action également dans le commerce de prêts et comme banquier. Certains en viennent même à parler de lui comme un précurseur du capitalisme polonais.
En 1771, il reçu du roi de Prusse Friedrich August I (Roi de Saxe puis duc de Varsovie) le titre de Commisario, ce qui lui conférait une position de premier plan et avantageuse relative aux personnes en charge de certaines tâches pour le compte de l’état, puis un mandat royal pour St Pétersbourg d’échanges commerciaux pour le compte de la couronne, en 1777, de la main du roi Stanisław August Poniatowski. Toutes ces activités commerciales et de fournitures militaires auprès du souverain polonais, prussien et des russes peuvent sembler quelque peu étranges dans cette période de fin du XVIIIème siècle qui vit la nation polonaise écartelée et disparaître pour longtemps, partagée puis dominée par ses voisins autrichien, prussien et russe. Il préserva cependant sa fidélité à la nation polonaise, notamment lors de son aide durant l’insurrection de Tadeusz Kościuszko et des événements de la bataille de Praga quelques années plus tard.
En 1780, il fit l’acquisition de la campagne Golędzinów (à l’ouest du faubourg de Praga, Varsovie rive droite) et, avec l’accord de l’évêque de Płock Michał Poniatowski, il fonda le cimetière juif de Bródno, mitoyen du cimetière chrétien.
En 1781, Szmul fit l’acquisition de terrains situés au nord du quartier de Praga (Varsovie rive droite). Il commença par y faire édifier un manoir et une ferme appelée Bojnówek.

Dwór Bojnówek, l'ancien manoir qui appartenait à Szmul Zbytkower en 1911 où se trouve aujourd'hui la rue Nieporęcka
Dwór Bojnówek, l’ancien manoir qui appartenait à Szmul Zbytkower en 1911 où se trouve aujourd’hui la rue Nieporęcka (Cliquer pour agrandir)

Sa position à la cour du roi Stanisław August Poniatowski pris alors une grande importance. Sa troisième femme qu’il épousa en 1799, Judyta (Judith) Gitl Jakubowicz Lewi, dont le salon était très fréquenté par des diplomates, des officiers, des hauts fonctionnaires et de riches marchands, était fréquemment invitée aux dîners du roi dont elle était une protégée. Elle était originaire de Francfort sur Oder. Il semble que ses relations privilégiées aient aidé son mari dans ses affaires, en fait elle était très proche et active dans la conduite de ses affaires.
Szmul avait auparavant épousé une première femme dont on ignore aujourd’hui le nom et avec qui il eut 2 enfants, Abel et Berek, puis s’était de nouveau marié avec Eufrozyna Gabriel, avec qui il divorça par la suite. Avec cette seconde épouse, il eut une fille, Atalia Józefa Adolfina .
Avec Judyta , ils eurent 3 filles; Marianna Barbara Bona, Ludwika Rebeka et Anna qui épousa l’homme d’affaires Tischler puis le sénateur Morawski.

Szmul Zbytkower et sa femme Judyta
Szmul Zbytkower et sa femme Judyta

Zbytkower était un rude commerçant, intransigeant et intraitable en affaires et qui n’hésitait pas à exploiter la masse juive laborieuse et pauvre de Varsovie. Sa position prédominante dans la communauté juive accentua son influence, tant pour sa férocité dans le commerce que pour ses actions bienfaitrices envers la communauté.
Durant la bataille et le massacre de Praga de 1794, dramatique épisode de l’insurrection de Kościuszko contre les russes, Zbytkower aida à la mise en place d’un régiment composé de juifs et mené par le patriote juif polonais Berek Joselewicz à qui il fournit des chevaux pour la troupe. Zbytkower fut alors remarqué pour son sauvetage de très nombreux juifs des mains de l’assaillant, notamment de nombreux enfants extraits des mains des cosaques.
Ses propriétés furent confisquées par les russes, cependant il put récupérer une partie de son patrimoine en 1797. La ferme Bojnówek fut en partie endommagée durant l’insurrection de 1794.
Vers la fin du XIXème siècle, Zbytkower et sa femme Judyta obtinrent leur droits de résidence, de commerce et de production du monarque prussien Friedrich Wilhelm II.
Les terrains que Shmul Zbytkower avait acquis et sur lesquels se trouvaient le manoir et la ferme Bojnówek furent revendus par l’un de ses petits-fils, Stanisław Flatau (de sa fille Ludwika Rebeka Flatau) à la famille von Brühl.
En 1807, Szmul Zbytkower était le fournisseur le plus important du duché de Varsovie. Avec la mise en place de la domination russe vers 1815, ses activités se concentrèrent sur les opérations bancaires. Il amassa une immense fortune qui fut répartie à sa mort entre ses enfants et petit-enfants. Il procéda à de nombreux dons financiers auprès de diverses structures sociales telles que l’hôpital juif, l’hôpital de l’Enfant Jésus et de nombreuses fondations comme celles pour les enfants abandonnés, les personnes malentendantes, diverses pensions, le tout sans distinction de religion.

Le cimetière juif de Bródno

Shmul Zbytkower fut inhumé en 1801 dans le grand cimetière juif de Bródno situé à l’ouest du quartier de Praga, cimetière qu’il avait fondé en 1780 et où étaient inhumés surtout des juifs de condition modeste et pauvre.
A la mort de Zbytkower, en 1801, Judyta poursuivit les activités commerciales de son défunt mari. Talentueuse en affaires, elle était propriétaire d’une banque et d’une entreprise commerciale et elle maintint des relations d’affaires avec Vienne, Berlin et Saint-Pétersbourg.
Ce grand cimetière qu’il avait créé, antérieur au cimetière juif actuel de Varsovie de la rue Okopowa, fut dévasté durant la guerre, puis démantelé durant l’ère communiste, dans les années 1950, afin de le transformer en parc, mais ce projet qui avait démarré fut abandonné. Le cimetière est actuellement en cours de restauration et devrait ouvrir au public. Lors du projet de transformation en parc, toutes les tombes furent démantelées et les stèles déplacées et rassemblées dans la partie nord-ouest du cimetière. Elles sont aujourd’hui empilées et visibles, par contre la tombe de Szmul Zbytkower n’est plus visible.

La tombe de Szmul Zbytkower dans le cimetière juif de Bródno à Varsovie, avant la seconde guerre mondiale
La tombe de Szmul Zbytkower dans le cimetière juif de Bródno à Varsovie, avant la seconde guerre mondiale, réalisée par l’artiste Dawid Friedlander – Photo auteur inconnu

Henri Bergson, descendant de Zbytkower

Shmul Zbytkower est un ancêtre direct du philosophe Henri Bergson, Prix Nobel de littérature en 1927.
Szmul eut deux fils de sa première union dont Dow Ber Sonnenberg également appelé Berek Szmulowicz Sonnenberg (1764-1822), banquier et philanthrope, qui fut inhumé dans le cimetière juif de la rue Okopowa à Varsovie et dont le magnifique mausolée, aujourd’hui visité, fut créé par le célèbre artiste Dawid Friedlander qui avait déjà réalisé une création sur la tombe de Zbytkower. Ber Sonnerberg repris les affaires à la mort de son père. C’est lui qui finança la construction de la fameuse synagogue ronde de Praga, qui a malheureusement été démolie durant les années communistes. Berek Sonnenberg reçu du souverain Friedrich August I le droit d’emménager en dehors du quartier juif à Varsovie. Il s’illustra en affaires, avec son beau-frère Samuel Fraenkel (qui était marié avec la fille de Szmul, Atalia Józefa Adolfina), notamment avec la production et le quasi monopole de la commercialisation du sel, dont celui de la mine de Wieliczka, au sud de Cracovie. Les importants revenus engendrés alimentèrent son activité de prêts bancaires. Il s’illustra également pour ses actions de bienfaisance.
Ber Sonnenberg eut un fils, Gabriel Bergson (1790-1844) qui exerça comme commerçant à Varsovie et à Hambourg. De son premier mariage, Gabriel eut 6 enfants dont Michał Józef Bergson, (1820-1898). Michał était un pianiste et compositeur de talent, promoteur de la musique de Chopin, qui devint professeur au conservatoire de Genève en 1863. Ce dernier donna naissance au philosophe Henri Bergson (1859-1941).

L’ancien grand bâtiment de la communauté juive du quartier de Praga, édifié au début du XXème siècle, porte le nom de Michał Bergson et est toujours visible dans la rue Jagiellońska au numéro 28, à deux pas de là se trouvait la synagogue financée par son grand-père, Ber Sonnenberg.
Aujourd’hui, un quartier de Varsovie mitoyen du quartier de Praga (rive droite) s’appelle Szmulowizna (et plus familièrement Szmulki) en mémoire de Shmul Zbytkower qui autrefois possédait de nombreuses terres dans ce secteur. Le nom de la rue Folwarczna, située dans ce même quartier provient de la ferme Folwark Bojnówek qui se trouvait dans les environs.

Le bâtiment Michał Bergson, qui appartenait à la communauté juive du quartier de Praga
Le bâtiment Michał Bergson, qui appartenait à la communauté juive du quartier de Praga. A droite au fond, l’ancien mikveh. La synagogue de Praga se trouvait à l’emplacement du jardin pour enfants (Cliquer pour agrandir)

Mise à jour du site

Le site web Shabbat Goy est désormais consultable depuis votre smartphone, votre tablette, votre télé et accessoirement depuis votre PC.
Suite à des problèmes techniques le site a été déménagé et son interface a été mise à jour. Cette dernière opération est toujours en cours mais vous pouvez d’ores et déjà naviguer sur le site. Une partie des anciennes publications est toujours consultable sous l’ancien format, les choses évolueront au fur et à mesure. Les publications d’articles et des sites visités (toujours pas publiés) reprendront sous peu.
Bonne visite.
Si vous avez des questions, c’est par ici.

Vue aérienne du cimetière juif de Bródno

Un grand cimetière méconnu

Vue aérienne du cimetière juif de Bródno en 1936
Vue aérienne du cimetière juif de Bródno en 1936 (Cliquer pour agrandir)

Le cimetière juif de Bródno est situé sur la rive droite de la Vistule, au nord du quartier de Praga
Le cimetière a établi en 1780 à l’instigation de Szmuel Jakubowicz Sonnerberg (dit Szmuel Zbytkower, l’arrière grand-père du philosophe Henri Bergson), banquier auprès du Roi Stanisław August Poniatowski.

Shabbat Goy en visite - Photo K. Bielawski
Shabbat Goy en visite – Photo K. Bielawski (Cliquer pour agrandir)

Le cimetière fut en partie dévasté durant la guerre, mais fut surtout démantelé dans les années 1950 lorsque le pouvoir communiste en place souhaitait le transformer en parc.
Toutes les stèles et pierres tombales encore debout furent retirées et stockées dans sa section nord-est où elles sont aujourd’hui visibles, empilées les unes contre les autres. Une restauration sera entamée au milieu des années 1980 par la fondation Nissenbaum, le mur d’enceinte et la porte principale furent édifiés.
Actuellement, une restauration est en cours de finition et le cimetière sera ensuite ouvert au public.
Le cimetière juif de Bródno est antérieur de plusieurs dizaines d’années au grand cimetière juif de la rue Okopowa, actuellement ouvert et visité.

Shabbat Goy, pourquoi ce nom ?

Shabbes goy, kézako (Qu’es aquò) ?

Les gens qui me contactent me demandent souvent pourquoi ce nom. Et généralement, ceux qui me posent la question sont des juifs. Les autres doivent procéder par déduction car rares sont ceux qui m’interrogent.
Ceux qui ont un minimum de connaissances religieuses savent que le shabbat, ce moment de la vie juive, symbolise le jour du repos qui commence le vendredi au coucher du soleil chez les juifs pratiquants, tout comme le dimanche est chez les chrétiens pratiquants jour de repos. De fait chez les juifs le samedi est le jour de repos hebdomadaire. Goy, beaucoup savent aussi que ce nom désigne un non-juif pour les juifs. Par contre, tout le monde ne sait pas forcément ce que signifient ces deux mots lorsqu’ils sont accolés ensemble.

Shabbat Goy, ou shabbes goy en yiddish, désigne le non-juif qui assiste un juif lors de la période du shabbat pour l’exécution de certaines tâches interdites durant ce moment. En effet, la loi juive édicte un ensemble de préceptes auxquels se plient de manière plus ou moins rigoureuse les juifs selon leurs communautés et leur manière de pratiquer la religion juive, beaucoup plus stricte chez les juifs orthodoxes ou hassidiques.
Nous pouvons noter ici que les premiers chrétiens, des juifs convertis, durant la première moitié du premier siècle de notre ère pratiquaient toujours le shabbat et d’autres rites juifs; ces règles et interdits furent ensuite assouplis et adaptés pour les païens (convertis non-juifs) durant l’évangélisation de Saint Paul (Saul de Tarse) et plus tard. En effet, les premiers chrétiens pratiquaient le shabbat, étaient circoncis, suivaient les préceptes culinaires, etc.
Aujourd’hui, chez les juifs, ces règles encadrent et modifient durant le jour du shabbat leur comportement par rapport aux actions qu’ils réalisent quotidiennement dans nos sociétés modernes comme les tâches culinaires, la conduite d’un véhicule, les activités professionnelles et le travail de manière plus générale, la manipulation de l’argent, l’utilisation du téléphone et des lumières de la maison, de l’ascenseur * ainsi que d’autres aspects plus anodins ou anecdotiques.
* Dans certains immeubles un ascenseur a été spécialement adapté de manière à fonctionner en continu entre certaines heures et en s’arrêtant systématiquement à tous les étages de sorte que les usagers ne puissent pas intervenir sur les boutons et donc se conformer aux règles en usage durant le shabbat.

Ascenseur de shabbat
Ascenseur de shabbat
Par courtoisie pour nos visiteurs de confession juive, l’ascenseur sud #9 fonctionne de manière automatique durant le shabbat.

Un juif peut faire appel à un non-juif, le goy (shabbat goy), pour réaliser à sa place certaines tâches qui lui sont interdites durant la période de shabbat. En Pologne, jusqu’à la guerre, dans les quartiers juifs et dans les shtetls, les shabbat goy, moyennant quelques pièces ou verres de vodka, procédaient à des tâches comme l’extinction des bougies de la demeure, l’allumage du foyer en hiver; cette tâche pouvait également être réalisée par une non-juive (shabbat goyah). Dans l’application stricte de la loi juive, il est normalement interdit à un juif de faire travailler un non-juif sous son toit, cependant, des rabbins autorisèrent l’emploi de shabbat goy à la maison, notamment dans les pays d’Europe centrale pour le maintien ou l’allumage du foyer durant les périodes de froid.

Durant son adolescence à Memphis, dans les années 1950, Elvis Presley remplit le rôle de shabbat goy envers la famille juive Fruchter qui logeait à l’étage du dessus.

Mon choix du nom

Le nom de Shabbat Goy pour le site web m’est venu assez simplement. Je trouvais qu’il associait à la fois le non-juif que je suis et l’intérêt que je porte à l’histoire des juifs. De plus il interroge et excite la curiosité, parfois l’étonnement voire le rejet comme cela fut le cas de la part de Didier Bertin, l’auteur d’un article sur le blog Times of Israël truffé de poncifs et de stéréotypes sur les polonais que je relevais dans un commentaire et qui me répondit tout de go : « je devine que vous avez choisi le nom de Goy par provocation.je ne répondrai plus à vos commentaires ».
J’appris également par la suite que le terme de shabbat goy était utilisé de manière très péjorative pour cataloguer et qualifier de manière méprisante des personnes qui supportent la cause juive.

Alors comme ma fonction de shabbat goy reste purement virtuelle, je m’efforce donc de maintenir allumée, aussi bien le jour du shabbat que le reste de la semaine, à ma modeste mesure, la lumière de la connaissance et de la présence passée des juifs de Pologne.

Le mur de tombes juives

Quand les disparus réapparaissent

Tombes juives dans une ruine à Tuszyn
Tombes juives dans une ruine à Tuszyn (Cliquer pour agrandir)

Tuszyn, une bourgade située en voïvodie de Łódź

Tombes juives dans une ruine à Tuszyn
Tombes juives dans une ruine à Tuszyn (Cliquer pour agrandir)

Mur d’une propriété abandonnée qui avait été édifié à l’époque pour partie avec des stèles pillées dans le cimetière juif. L’information a été remontée par l’historien local Marek Busiakiewicz. D’autres stèles subsistent également dans la cour intérieure. L’information avait déjà été signalée par quelques organisations juives, mais le mur est toujours là. De plus, juridiquement, le domaine est propriété de plusieurs héritiers.
Le cimetière de Tuszyn avait été demantelé et le commissariat de police se trouve aujourd’hui en lieu et place.
Il reste encore un espoir de récupérer les stèles. En effet, une affaire similaire a eu lieu dans une autre région de Pologne et les héritiers ont accordé leur approbation pour le sauvetage des pierres tombales.

Tombes juives dans une ruine à Tuszyn
Tombes juives dans une ruine à Tuszyn (Cliquer pour agrandir)

On estime que 90% des pierres tombales juives sont ainsi dans la nature. Le pillage des pierres tombales a commencé dans certaines communes alors situées en Allemagne dès 1938 lors des événements de la nuit de cristal. Le plus gros de la dévastation étant intervenu durant la guerre. Les allemands ont alors démantelé, réutilisé et voire négocié une quantité gigantesque de pierres tombales qui ont été ensuire ré-utilisées comme matériaux de construction et de terrassement. Cependant, le pillage a continué après la guerre dans une Pologne dévastée en pleine reconstruction, puis durant la période communiste où beaucoup d’autorités locales de l’époque ont procédé au démantèlement de cimetières juifs dans le cadre de réaménagements urbains.
Aujourd’hui, beaucoup de polonais rapportent vers les cimetières juifs des pierres tombales qu’ils découvrent lors de l’acquisition d’un bien foncier. Cependant, énormément restent cachées sous des chemins, dans certains ouvrages, dans des murs, des fondations… et réapparaissent au gré de travaux.
Les juifs sont arrivés au XVIIème siècle à Tuszyn. A la fin du XIXème siècle, ils représentaient le tiers des habitants. Durant la guerre, tous les juifs de Tuszyn ont été dirigés vers la ville de Piotrków Trybunalski, puis par la suite ont été exterminés au camp de Treblinka.
Le cimetière juif de Tuszyn a été dévasté durant la guerre, puis en partie pillé durant le communisme.
Source et photos : Virtual Shtetl

La synagogue et le cimetière juif de Sejny

Le patrimoine juif à Sejny

La synagogue et la Yeshiva de Sejny (Cliquer pour agrandir)  © www.shabbat-goy.com
La synagogue et la Yeshiva de Sejny (Cliquer pour agrandr) © www.shabbat-goy.com

Les juifs ont commencé à s’établir à Sejny durant la seconde moitié du XVIIème siècle. En 1796, on dénombrait à peu près 200 juifs, soit 30% de la population…
>> Présentation de la synagogue de Sejny.
>> Présentation du cimetière juif de Sejny.

Antisémitisme ou vandalisme ?

L’inspecteur mène l’enquête !

Voici 2 photos d’un même endroit, qui ont été prises dans le cimetière juif de Wieliczka, une ville située au sud de Cracovie, mondialement célèbre pour ses mines de sel multicentenaires.
La première a été prise au début des années 1980 par le photographe Chuck Fischman, elle représente Jerzy Kiszler qui, avec son père, avaient fait ériger un mémorial sur le site de la fosse commune où périrent de très nombreux juifs et certainement des membres de sa famille puisqu’on arrive à lire 2 Kiszler sur le monument.

Cimetière juif de Wieliczka
Cimetière juif de Wieliczka (Cliquer pour agrandir) – © Chuck Fishman

La seconde photo a été prise par mes soins, sous la pluie, lors de ma visite du cimetière en 2011. Une trentaine d’années séparent ces 2 photographies.
Mémorial du cimetière juif de Wieliczka
Mémorial du cimetière juif de Wieliczka (Cliquer pour agrandir) – © www.shabbat-goy.com

La première chose que l’on constate est que le mémorial a été détérioré, le travail du temps ne suffit pas à expliquer les dommages.
A la vue de ces photos, à peu près tout le monde conviendra qu’il s’agit là d’un acte délibéré de profanation du mémorial, d’un acte antisémite. Quoi de plus normal en Pologne diront certains. C’est du reste ce que j’ai pensé dès que je suis arrivé sur le site.
Pourtant, je vais vous faire la démonstration du contraire.
Quand on y regarde de plus près, on constate que le monument n’a pas été touché. On peut l’affirmer en regardant d’autres photos présentées sur le site (lien plus bas) qui confirme qu’il n’y a eu aucune dégradation sur le mémorial sinon celles des éléments.
Effectivement, quand on y regarde de plus près, on constate que les piliers de la clôture ont été démolis. Pourquoi seulement les piliers me direz-vous ? Hé bien tout simplement pour récupérer les barres métalliques horizontales qui s’y trouvaient.
Ah bon !? et pour faire quoi ?
Hé bien pour les revendre chez le ferrailleur du coin et en tirer peut être 100 złoty (~24 euros) pour acheter quelques canettes de bière ou 2 bouteilles de wódka.
Ceci est effectivement un acte de vandalisme certainement perpétré par les poivrots du coin qui comme les autres dans le reste du pays récupèrent toutes les ferrailles possibles pour les revendre, de fait ils n’hésitent pas détériorer pour dérober. Ici le cimetière étant isolé, dans un bois sur les hauteurs de Wieliczka, la tache a du être relativement facile à mener, malheureusement.

Découvrir la superbe collection de photographies de Chuck Fishman intitulée: « Les juifs polonais: La vie sous le communisme 1975-1983 »
Le cimetière juif de Wieliczka sur Shabbat Goy.

Le cimetière, marqueur d’histoire et de respect

Les cimetières délaissés

Après avoir visité des douzaines et des douzaines de cimetières juifs en Pologne, notamment certains qui ont complètement disparus et dont il ne reste qu’un bois, un parc ou un champ de patates, j’ai été également amené à entrevoir au gré de mes visites et déplacements aussi bien en France qu’ailleurs, de nombreux autres cimetières, héritages des deux guerres mondiales et de la guerre franco-prussienne de 1870, et encore d’autres, nos lieux du dernier repos.
En Pologne, il y a une chose qui peut sembler taboue, voire incongrue à dire, et ce que je vais dire ensuite pourra certainement en choquer quelques-uns, mais quand on s’attaque à des cimetières quels qu’ils soient, on efface des pans d’histoire, on efface des histoires, des histoires de lieux, on fait mourir une seconde fois ces gens qui disparaissent à jamais de la mémoire.
Malgré leur histoire passée et les tragédies dont ils ont été victimes, les cimetières juifs de Pologne ne sont pas ceux qui ont été les plus dévastés, négligés ou éradiqués. Ceux qui ont été les plus atteints par l’inconscience des hommes sont les cimetières allemands. Dans la très grande majorité des cas, ils ont tout simplement disparus. Il en reste peu de visibles sur ces anciens territoires autrefois prussiens puis allemands et devenus polonais après la guerre et quand ils sont encore là, ils sont généralement dans un triste état.

Ci-dessous, le cimetière allemand de Koźle, l’ancienne citadelle prussienne de Cosel, en Haute-Silésie. Dévasté après la guerre, même des noms de défunts ont été effacés sous les coups du burin.

Le cimetière allemand de Koźle
Le cimetière allemand de Koźle en Haute-Silésie (Cliquer pour agrandir) – © www.shabbat-goy.com

Dans une Pologne exsangue et dévastée d’après guerre, ils ont été pillés et démantelés afin de pouvoir les recycler en matériaux de reconstruction. Mais souvent également, dans ces territoires devenus ou redevenus polonais après la guerre, c’étaient les marqueurs profonds d’une identité de gens qui vivaient là depuis de longues générations, ils représentaient la trace de l’histoire qu’il fallait effacer, l’image du pays qui en avait détruit un autre.
Aujourd’hui, ces derniers cimetières qui n’ont pas disparus ne bénéficient pas des attentions que l’on apporte aux autres. Parfois des stèles érigées par leurs descendants rappellent leur présence.
Les cimetières sont silencieux mais ils racontent beaucoup de choses. Ils racontent l’histoire, ils racontent des vies, ils racontent des gens.
Je reste persuadé que c’est à l’attention que l’on porte aux générations passées et donc aux lieux où ils reposent que l’on mesure un aspect de notre humanité.

Et une pierre tombale juive à vendre, une !

Comme j’aime à dire, abruti un jour, abruti toujours…

Depuis des années maintenant, de nombreuses pierres tombales juives qui avaient été dérobées dans les cimetières durant et après la guerre et pendant le communisme pour être utilisées comme matériaux de construction ou de terrassement réapparaissent au gré des rénovations urbaines. Dans les campagnes beaucoup d’entre-elles dérobées par des paysans peu regardant ont été utilisées comme pavement dans des fermes, fondations pour des granges ou transformées en outils agricoles, notamment en meules à aiguiser.
Aujourd’hui ces héritages encombrants que découvrent de nouveaux propriétaires ou descendants retournent généralement dans les cimetières d’où elles ont été dérobées ou sont réutilisées dans projets d’édifications de lapidarium menés par certaines communes quand le cimetière juif a disparu.
Cependant certains esprits ne trouvent pas mieux à faire que de les proposer à la vente sur des sites de vente en ligne sur Internet comme cela a été dernièrement le cas sur le site www.allegro.pl

Pierre tombale à vendre sur le site www.allegro.pl
Pierre tombale à vendre sur le site www.allegro.pl (cliquer pour agrandir)

Ci-dessus, une stèle juive qui avait été transformée en meule est proposée au prix de 990 złoty (~240 euros), port non compris, 100 złoty (~23 euros).
Devant les protestations de nombreux internautes, la stèle a été retirée de la vente. Il s’agirait d’un vendeur localisé à Kopytowa, un petit village située dans le sud-est de la Pologne en région de Basses-Carpates. La pierre tombale aurait pu être dérobée il y a longtemps dans le cimetière juif de Krosno ou de Nowy Żmigród.
Les gravures encore visibles ne permettent pas d’identifier le défunt.
On peut effectivement se demander comment un esprit sain peut être amené à proposer à la vente une ancienne stèle funéraire juive qui plus est qui avait été dérobée et volontairement détériorée afin d’en détourner l’usage. La cupidité n’a malheureusement pas de limites pour certains. Ont-ils seulement pensé de la manière dont ils réagiraient si ils découvraient la pierre tombale d’un de leurs grands-parents transformée en meule et proposée à la vente ! Une seule expression me vient à l’esprit quand je pense à eux :
Abruti un jour, abruti toujours !

D’après Krzysztof Bielawski, le spécialiste des cimetières juifs au Musée de l’Histoire des Juifs Polonais de Varsovie, ces dernières années, plusieurs cas de mises en vente de pierres tombales juives ont été signalés et bloqués, et dans certains cas la police s’est déplacée chez le vendeur.

Articles sur le sujet:
Matzevah project, le projet de préservation des cimetières juifs en Pologne de l’association From the Depths dirigée par Jonny Daniels.
Les meules juives.

Appel à la préservation des cimetières juifs

Il est de notre devoir moral de prendre soin des lieux où des gens qui étaient nos anciens voisins durant des années ont été assassinés et enterrés

C’est jeudi dernier à l’occasion de la célébration de la journée du Judaïsme en Pologne que l’évêque du diocèse de Lublin Mieczysław Cisło s’est ainsi exprimé lors d’un entretien avec le quotidien national Rzeczpospolita (la République), appelant ainsi tous les fidèles à prendre soins des cimetières juifs.
On dénombre environ 1200 cimetières juifs aujourd’hui en Pologne. Pratiquement tous ont été dévastés durant la guerre et, durant des décennies, les organisations juives de Pologne n’ont pas eu la possibilité de s’en occuper pour la très grande majorité.

Le cimetière juif de Zator
Le cimetière juif de Zator (Cliquer pour agrandir) – © www.shabbat-goy.com

Depuis la chute du communisme, de nombreuses communes et associations s’en préoccupent, cependant auprès de l’opinion publique c’est a pensée que « ces lieux ne nous appartiennent pas » qui revient souvent.
Le problème avait également été soulevé par le pape Jean-Paul II des années en arrière : « Ces cimetières juifs sont un pan de notre histoire commune. Ce sont des lieux de profonde spiritualité d’où émanent une importance historique et eschatologique. Que ces lieux puissent unir les polonais et les juifs dans l’attente du jour du jugement dernier et de la résurrection ».

L’évêque Mieczysław Cisło a également appelé les polonais à aider à l’identification des nombreuses fosses communes présentes en Pologne.
Si l’initiative de l’évêque est bien sûr à souligner, combien de polonais répondront à l’appel ? Dans combien de communes les habitants s’occuperont-ils des cimetières juifs ? Nous aurons des réponses dans quelques années mais il était très important que l’église fasse entendre sa voix sur ce sujet.

D’après un article de Krzysztof Bielawski paru sur Virtual Shtetl.

L’association Yahad – In Unum, créée et présidée par le père Patrick Desbois a déjà mené des investigations en Pologne à la recherche de témoignages sur les assassinats de juifs et la localisation de fosses communes. Ces tueries de masse ont été perpétrées en Europe de l’est dès l’été 1941 par les sections Einsatzgruppen lors de l’invasion de l’URSS par les troupes allemandes.

Le cimetière juif enseveli, à Białystok

De l’effacement vers la renaissance ?

A Białystok, la grande ville du nord-est située en région de Podlachie, à la fin de la guerre, c’était un peu comme à Varsovie, une partie de la ville avait été détruite et le ghetto rasé. Auparavant, dans cette grande ville qui avait vu naître Zamenhof, le père de l’esperanto, les juifs représentèrent jusqu’à 76% de la population vers le milieu du XIXème siècle et ils étaient encore 45 000 à l’entrée en guerre.

Le cimetière Rabinique - The rabbinical cemetery - Bialystok
L’ancien cimetière Rabinique – The former rabbinical cemetery – Bialystok (Cliquer pour agrandir) © Google Maps

Ci-dessous, le lien vers le film documentaire Central Park réalisé par Tomasz Wiśniewski, un grand spécialiste et une référence de l’histoire juive pour toute cette région de la Pologne, qui présente l’histoire du cimetière dit « Rabinique » (Rabbinical cemetery) aujourd’hui disparu et qui abritait encore avant la guerre de très nombreuses tombes anciennes de personnalités religieuses éminentes de la communauté juive.
Durant les années 1950, avec la bénédiction des autorités communistes, le cimetière fut enseveli sous des milliers de tonnes de gravats des ruines de la ville et fut transformé en parc, le parc central qui trône aujourd’hui vers le centre-ville.
Tomasz Wiśniewski a interviewé Michał Bałasz un ancien ingénieur de la ville qui a été en charge des travaux durant cette période. Ce dernier évalue que sur ce qui restait du cimetière au moment de l’ensevelissement, plus d’un millier de tombes étaient encore présentes.
En 1939, le cimetière rabinique s’étendait sur 4 hectares et abritait 5000 tombes.
Aujourd’hui l’idée de redonner vie au cimetière disparu émerge avec la certitude que d’innombrables pierres tombales juives reposent sous le parc.

» Cliquer ici pour visionner le film (sous-titres en anglais).


Découvrir la Présentation grand du cimetière juif de Białystok sur Shabbat Goy.