Porte du ghetto rue Nowolipie

Des séquences de vie

Insurrection du ghetto, rue Nowolipie
Insurrection du ghetto de Varsovie, rue Nowolipie (Cliquer pour agrandir) – Photo Google Maps, domaine public)
Plusieurs photos emblématiques de l’insurrection du ghetto de 1943, issues du rapport Stroop, ont été prises à une porte du ghetto qui était située au croisement des rues Nowolipie et Smocza. Sur la photo du dessus et sur l’originale ci-après, on aperçoit une petite colonne de juifs qui viennent d’être extraits du ghetto. L’immeuble en feu à gauche est celui du numéro 62 de la rue Nowolipie, l’autre visible à droite est le numéro 63.
Au premier plan, une famille marche vers l’inconnu. La femme de gauche tient le bras droit de celle du milieu. La petite fille à droite tient également le bras de celle du milieu, on distingue 2 doigts sur sa manche. Derrière plusieurs hommes, certains les mains levées et une femme plus âgée, habillée de noir, avec un brassard sur la manche droite, le brassard à l’étoile de David que devaient porter les juifs. La petite fille tient quelque chose dans sa main gauche et regarde l’objet. La colonne est encadrée par des soldats SS, la plupart portent une grenade à main, accrochée au ceinturon. Au fond à droite, contre l’immeuble, on distingue un pompier avec son casque.
La colonne de juifs, rue Nowolipie
La colonne de juifs, rue Nowolipie (Cliquer pour agrandir) – Photo Domaine public

Au second plan, on distingue la porte du ghetto, ouverte, mais d’où rien ne transparait à cause de l’épaisse fumée qui se dégage des immeubles incendiées. Sur la gauche, toujours au second plan, un soldat remue avec son pied des affaires au sol. Ce sont des objets, des vêtements qui ont été abandonnés par les juifs lors de la fouille dont ils ont été l’objet dès le passage de la porte du ghetto. La femme au milieu de la colonne tient encore son sac à deux mains et qui a du être fouillé, il est ouvert et l’anse est brisée.
Des années en arrière, des personnes de la colonne avaient été identifiées. La femme de droite s’appelait Yerudit Neyer (née Tolub), celle du milieu était sa belle-mère, et sa fille était à droite. Son mari, Avraham Neyer est à droite, derrière sa fille. Avraham était un membre du Bund. Seul Avraham a survécu à la guerre. Cependant quelques autres identités ont été avancées par Yad Vashem, ces dernières années, concernant ces personnes. Malka Lusky serait la femme de gauche et Deba Lusky celle du milieu. Ou alors il s’agirait de la famille Lichtenstein avec Gela Seksztein-Lichtenstein à gauche (1907-1943), morte à Treblinka, Margalit la petite fille et Izrael à droite, un membre qui travailla Avec E. Ringelblum au sauvetage des archives du ghetto. La petite Margalit était née en 1940 et avait donc 3 ans en 1943, cependant celle de la photo semble légèrement plus âgée.
Ces incertitudes à mettre des noms sur des visages ajoutent au drame qui s’est joué ce jour-là.

La fouille en règle

Lors des opérations de liquidation du ghetto, les juifs étaient envoyés par colonnes vers Umschlagplatz, la gare de transbordement située au nord du ghetto d’où ils étaient ensuite dirigés vers le camp d’extermination de Treblinka. Ils étaient auparavant fouillés. Plusieurs photos ont été prises à ce moment là.

Opération de fouille des juifs du ghetto devant la porte de la rue Nowolipie
Opération de fouille des juifs du ghetto devant la porte de la rue Nowolipie (Cliquer pour agrandir) Photo Domaine public
Ci-dessus, au premier plan, des juifs ont reçu l’ordre de s’allonger à terre, ils se trouvent sur les ruines de l’immeuble 64 de la rue Nowolipie. 5 hommes sont face à terre, une femme est assise et un couple dans une posture saisissante. L’homme tient la femme par le cou et la femme approche le visage de l’homme du sien, avec sa main. La femme est terrorisée, l’homme certainement aussi, à la vue des soldats et de ce qui va leur arriver. Au second plan, les soldats SS sont rassemblés près d’un tas de vêtements et d’objets récupérés lors de la fouille, l’un d’entre-eux est baissé et cherche quelque chose, les autres observent, sans porter le moindre regard sur les juifs à terre. Devant la porte du ghetto, 2 chaises et 2 tabourets ont été amenés afin que des soldats puissent se reposer durant les opérations. A hauteur des soldats on distingue encore les rails du tramway qui circulait avant la guerre pour tourner vers la rue Smocza.

La photo ci-dessous présente d’autres juifs qui viennent d’être fouillé, toujours devant la porte du ghetto de la rue Nowolipie.

Juifs après la fouille devant la porte du ghetto de la rue Nowolipie
Juifs après la fouille devant la porte du ghetto de la rue Nowolipie (Cliquer pour agrandir) Photo Domaine Public
L’homme à droite vient d’être fouillé, sa chemise est encore relevée, sa ceinture pendante. La femme du milieu n’a plus de chaussures, elle tient dans sa main droite un petit baluchon; les deux ont les mains en l’air. La femme de droite a le regard fixe, un air de défiance transparaît de son visage, elle a les bras baissés contrairement aux deux autres. Juste derrière la tête de l’homme de droite, on distingue l’arrière du visage d’un homme en train d’être fouillé et un autre un peu plus loin qui se tient devant les soldats qui se regroupent devant eux. On aperçoit des affaires au sol, à l’endroit de la fouille. La photo du dessous a été prise juste après.
Porte du ghetto de la rue Nowolipie, les juifs vont être amenés
Porte du ghetto de la rue Nowolipie, les juifs vont être amenés (Cliquer pour agrandir) Photo Domaine public
Le juif debout devant les soldats, sur la photo précédente, vient d’être fouillé et a rejoint la petite colonne qui se forme, il est à l’extrême gauche, un autre juif avec une barbe se tient à sa gauche. La jeune femme de droite a relevé ses mains, elle a toujours les yeux fixés devant elle et évite de croiser le regard les soldats. En arrière plan, le pompier se dirige vers la rue Żelazna qui se trouve du côté droit de la photo.
> Localisation de la porte du ghetto et des scènes de la photo:

Autres vues de la porte du ghetto

Ci-dessous, 2 autres photos de la porte du ghetto. A gauche, 2 policiers allemands (manches noires) et un soldat ont posté une mitrailleuse devant la porte du ghetto, la photo est postérieure aux précédentes, le panneau sur le mur, derrière le policier de droite, a disparu.
La photo de droite a été prise depuis l’intérieur, vers la porte du ghetto d’où sont sortis les juifs des photos précédentes. A droite les immeubles 56, 60 et 62, ce dernier en feu aux étages supérieurs, le même que l’on voit sur les photos de début d’article, une photo très certainement prise avant les séquences précédentes.

La porte du ghetto de la rue Nowolipie
La porte du ghetto de la rue Nowolipie (Cliquer pour agrandir) Photo Domaine public

Vue de la porte du ghetto de la rue Nowolipie depuis l'intérieur du ghetto
Vue de la porte du ghetto de la rue Nowolipie depuis l’intérieur du ghetto (Cliquer pour agrandir) Photo Domaine public

Nowolipie 62

Immeuble Nowolipie 62 avant la guerre en 1938
Immeuble Nowolipie 62 avant la guerre en 1938 (Cliquer pour agrandir) – Photo Referat gabarytów – Ville de Varsovie
Ci-contre, l’immeuble 62, à l’angle des rues Nowolipie et Smocza, que l’on aperçoit en feu sur les photos de début d’article. Au bas les rails du tramway qui remontait vers la rue Smocza.
Avant la guerre habitaient là :
Brylantstein G., infirmière,
Eilstein Bronisław,
« Emer », manufacture de cartons et sacs en papier,
Jabłonski Ch. W., m.,
Kleinbaum H., m.,
Mandelker B., m.,
Rozenbaum S., fabrique de cartons,
Sowiński Marcin, restaurant,
Szkolnikow G., médecin dentiste,
Zylberbaum Chewe, contrôleur.
Se trouvait également le magasin de Icek Bajnemer ainsi que Froim Perelber en 1941. Un immeuble majoritairement habité par des juifs.

Une autre photo montage saisissante, ci-dessous, et qui a été réalisée par Marcin Dziedzic, nous rappelle que l’histoire de Varsovie durant la guerre peut resurgir à chaque coin de rue.

Insurrection du ghetto 1943
Insurrection du ghetto 1943 (Cliquer pour agrandir) Photo Teraz43 © Marcin Dziedzic
Il ne restait plus rien de la rue Nowolipie ni des autres rues du ghetto nord, rues qui avaient été rasées durant l’insurrection, puis nivelées entre juillet 1943 et le printemps 1944.

La carte ci-dessous présente la topologie de ce secteur qui fut entièrement détruit. La porte initiale du ghetto est située à gauche (ouest) et la porte illustrée dans l’article à droite. En effet, la porte de la rue Nowolopie (côté ouest) fut aménagée lors du bouclage du ghetto en novembre 1940, contre le bâtiment de l’hôpital de gynécologie-obstétrique (en vert) qui fut exclu de la zone de confinement des juifs durant toute la période du ghetto. Avec les redécoupages successifs de la surface du ghetto, la porte présentée au long de l’article fut positionnée après novembre 1942.

Portes du ghetto de la rue Nowolipie en 1940 (gauche) et 1942
Portes du ghetto de la rue Nowolipie en 1940 (gauche) et 1942 (droite) – (Cliquer pour agrandir

Une dernière photo prise durant les opérations menées contre l’insurrection, prise toujours devant la porte du ghetto de la rue Nowolipie, montre le général SS Jürgen Stroop, chargé de la liquidation du ghetto (au centre), accompagné de 2 membres du SD-Befehlstelle (Sonderkommando der Sipo-Umsiedlung) qui était situé à une centaine de mètres de là, rue Żelazna; Josef Blösche (à droite) et Karl Heinrich Klaustermeyer (second en partant de la droite). Leurs regards se portent vers les immeubles 64 et/ou 66. A noter toujours le pompier en arrière plan.

Insurrection du ghetto. Jurgen Stroop, Josef Blösche et Karl Heinrich Klaustermeyer. Photo Domaine public
Insurrection du ghetto. Jurgen Stroop, Josef Blösche et Karl Heinrich Klaustermeyer (Cliquer pour agrandir) Photo Domaine public