Le cimetière, marqueur d’histoire et de respect

Les cimetières délaissés

Après avoir visité des douzaines et des douzaines de cimetières juifs en Pologne, notamment certains qui ont complètement disparus et dont il ne reste qu'un bois, un parc ou un champ de patates, j'ai été également amené à entrevoir au gré de mes visites et déplacements aussi bien en France qu'ailleurs, de nombreux autres cimetières, héritages des deux guerres mondiales et de la guerre franco-prussienne de 1870, et encore d'autres, nos lieux du dernier repos. En Pologne, il y a une chose qui peut sembler taboue, voire incongrue à dire, et ce que je vais dire ensuite pourra certainement en choquer quelques-uns, mais quand on s'attaque à des cimetières quels qu'ils soient, on efface des pans d'histoire, on efface des histoires, des histoires de lieux, on fait mourir une seconde fois ces gens qui disparaissent à jamais de la mémoire. Malgré leur histoire passée et les tragédies dont ils ont été victimes, les cimetières juifs de Pologne ne sont pas ceux qui ont été les plus dévastés, négligés ou éradiqués. Ceux qui ont été les plus atteints par l'inconscience des hommes sont les cimetières allemands. Dans la très grande majorité des cas, ils ont tout simplement disparus. Il en reste peu de visibles sur ces anciens territoires autrefois prussiens puis allemands et devenus polonais après la guerre et quand ils sont encore là, ils sont généralement dans un triste état.

Ci-dessous, le cimetière allemand de Koźle, l'ancienne citadelle prussienne de Cosel, en Haute-Silésie. Dévasté après la guerre, même des noms de défunts ont été effacés sous les coups du burin.
Le cimetière allemand de Koźle
Le cimetière allemand de Koźle en Haute-Silésie (Cliquer pour agrandir) - © www.shabbat-goy.com
Dans une Pologne exsangue et dévastée d'après guerre, ils ont été pillés et démantelés afin de pouvoir les recycler en matériaux de reconstruction. Mais souvent également, dans ces territoires devenus ou redevenus polonais après la guerre, c'étaient les marqueurs profonds d'une identité de gens qui vivaient là depuis de longues générations, ils représentaient la trace de l'histoire qu'il fallait effacer, l'image du pays qui en avait détruit un autre. Aujourd'hui, ces derniers cimetières qui n'ont pas disparus ne bénéficient pas des attentions que l'on apporte aux autres. Parfois des stèles érigées par leurs descendants rappellent leur présence. Les cimetières sont silencieux mais ils racontent beaucoup de choses. Ils racontent l'histoire, ils racontent des vies, ils racontent des gens. Je reste persuadé que c'est à l'attention que l'on porte aux générations passées et donc aux lieux où ils reposent que l'on mesure un aspect de notre humanité.