Lejzor Szrajbman ou le destin d’un nageur

De la haute compétition au ghetto

Lejzor Szrajbman au centre en 1932 lors d'une compétition 4 x 100 mètres
Lejzor Szrajbman au centre en 1932 lors d’une compétition 4 x 100 mètres – source NAC (Cliquer pour agrandir)

L’année 2016 est marquée à Varsovie par la naissance il y a 100 ans du Legia, le club sportif de la capitale dont l’emblème actuel rayonne à travers le Legia Warszawa, son équipe de football. Parmi ses membres sportifs d’avant guerre, Lejzor Szrajbman s’est illustré au sein de l’équipe de natation du Legia.
Ilja Szrajbman était né à Varsovie en 1907. Après des études menées à Sieldce, il termina son service militaire comme officier de réserve dans l’école du 9ème régiment d’artillerie légère. Il avait déjà entamé la natation durant le lycée et à la fin des années 1920, il se distinguait en nage libre (crawl). Du début des années 1930 jusqu’à la guerre, il participa aux championnats de Pologne de natation d’abord sous les couleurs du club ŻASS (Association académique et sportique juive) puis du Legia.
Dans les années 1930, un projet de film en version polonaise sur le personnage de Tarzan avait été envisagé avec pour vedette principale Ilja Szrajbman dont l’action était censée se dérouler dans la forêt de Białowieża, mais cela resta à l’état de projet.
En 1934, il représenta la Pologne aux championnat d’Europe, sans succès, puis il participa avec 3 autres nageurs aux jeux olympiques de Berlin de 1936 dans le relais 4 x 200m. Vers la fin des années 30, il devint entraîneur de l’équipe de water polo.
Durant la guerre, Lejzor Szrajbman se retrouva enfermé dans le ghetto de Varsovie, il rejoignit l’Organisation Juive de combat pendant l’insurrection de 1943 et mourut dans le ghetto.
Son frère Grisza (Gerasim) était également un nageur.