Présentation du camp d’extermination de Chełmno

Chełmno (Nom allemand: Kulmhof an der Nehr ) (Nom polonais: Chełmno nad Nerem)  
Wielkopolskie – (Voïvodie de Grande Pologne) 
Adresse: route 473 
 Latitude:  52° 6’49.09″N – Longitude: 18°44’55.77″E
Camp d'extermination de Chełmno nad Nerem - Memorial du martyr juif dans la forêt Rzuchowski
Camp d'extermination de Chełmno nad Nerem - Memorial du martyr juif dans la forêt Rzuchowski

Histoire:
Le site du camp d’extermination de Chełmno se trouve dans une petite localité appelée Chełmno nad Nerem (Chelmno sur le Ner, du nom de la rivière qui coule en contrebas du village) située au nord est de la grande ville de Łódź. Plus connu sous le simple nom de Chełmno, le village ne doit pas être confondu avec la ville de Chełmno située plus au nord, non loin de Toruń.

Plus précisément, le camp de Chełmno fait référence à 2 sites distincts. Le premier site aussi appelé Camp d’extermination de Kulmhof ou Schlosslager est situé dans le village même sur le site de l’ancien manoir où arrivaient les juifs qui étaient transportés par camion vers le deuxième site situé lui dans la forêt voisine de Rzuchowski, aussi appelé Waldlager.

Durant la guerre, Chełmno faisait partie du Reichsgau Wartheland. En 1941, une délégation SS arriva à Chełmno afin d’étudier les possibilités d’utiliser le site de l’ancien manoir situé non loin de l’église.
L’établissement du camp fut mené à l’initiative du gouverneur du Reichsgau Wartheland Artur Greiser1 après approbation de Heinrich Himmler et de Reinhard Heydrich.

Le camp fonctionna de deux manières différentes durant toute son activité. Le but de sa création était de traiter la liquidation des juifs de la région de Wartheland et du ghetto de Łódź.
Les opérations débutèrent en décembre 1941. Les premières victimes furent la population juive de la bourgade de Koło située non loin de Chełmno qui fut gazée lors de leur transfert du village vers le site de la forêt avec des camions dont les gaz d’échappement étaient redirigés vers le compartiment arrière. Les camions effectuaient de la sorte des aller/retour jusqu’à que tous les déportés soient gazés et jetés dans des fosses communes de grandes dimensions (62 mètres sur 240 mètres). Le gazage était supervisé par le SS Hauptsturmführer Herbert Lange2, commandant du camp, qui avait déjà expérimenté le système de gazage par camions avec l’euthanasie de déficients mentaux polonais plusieurs mois auparavant. Puis ce furent les juifs des localités de la région et du ghetto de Łódź qui furent déportés.
Dès janvier 1942, des informations circulèrent sur le massacre en cours à Chełmno jusqu’au ghetto de Varsovie dont on a retrouvé des traces dans les archives Rigelblum.
Au manoir, qui était entouré d’une haute palissade en bois, les juifs étaient accueilli par un détachement d’hommes en uniformes blancs qui avaient pour rôle de rassurer les juifs en leur disant qu’ils arrivaient dans un camp de transit et qu’après une douche et la désinfection, ils seraient expédiés en Allemagne pour le travail. Les juifs se déshabillaient à l’étage et étaient ensuite dirigés vers le sous-sol, à travers un long corridor d’où ils débouchaient sur la plateforme spécialement aménagées pour les camions qui les emmenaient vers la forêt.
Le grenier mitoyen au manoir était utilisé pour stocker et trier les biens juifs spoliés.
Durant l’été 1942, en raison des menaces épidémiologiques encourues, les cadavres furent exhumés et brulés. En mars 1943 fut décidé l’arrêt des activités du camp. Le manoir fut détruit le 7 avril 1943 ainsi que les fours crématoires situés dans le bois Rzukoswki. Le SS Hauptsturmfürer Hans Johann Bothmann succéda à Lange à la direction du camp jusqu’à sa dissolution. Cependant, le site de la forêt continua à être surveillé.

La deuxième période d’activité du camp démarra durant le printemps 1944. Des baraquement furent édifiés dans la forêt afin de recevoir les prochaines victimes. De juin à juillet 1944, dix convois de juifs en provenance du ghetto de Łódź arrivèrent à Chełmno. Puis ce fut 7196 juifs du ghetto qui furent exterminé dans le camp. Les derniers juifs du sonderkommando furent tués dans le grenier situé à côté de l’ancien manoir. Quelques rares survivants réussirent à s’échapper dont Simon Srebnik alors âgé de 15 ans qui survécu malgré une blessure à la tête. C’est lui que l’on verra plus tard après la guerre de retour à Chełmno, comme unique témoin, lors du tournage du film Shoah de Claude Lanzmann.

Les déportés étaient dirigés en train vers la gare de Koło, de là ils étaient transbordés dans des petits wagonnets ouverts de trains à voie étroite (narrow jauge train) jusqu’à Chełmno. Dans l’attente de leur transport vers Chełmno, ils étaient parqués soit dans la synagogue de Koło, soit dans l’église de Chełmno et durant la deuxième période dans les baraquements de la forêt Rzuchowski. Des juifs en provenance d’Allemagne furent déportés à Chełmno. Il pouvait arriver que des populations déportées arrivent en wagons Pulman jusqu’à Koło et descendent directement en gare sur la voie pour monter directement dans les petit wagonnets de marchandise du train à voie étroite sans penser un seul instant au destin tragique qui se nouait. S’ils arrivaient le soir, ils passaient la nuit dans la synagogue de Koło, puis prenaient le train à voie étroite le matin jusqu’à Powiercie et étaient parqués dans le moulin de Zawadka jusqu’au lendemain où ils arrivaient à Chełmno.
Durant la première période du camp, le grenier servit à stocker et trier les biens juifs spoliés. Durant la seconde période, la partie supérieure du grenier fut utilisée comme atelier pour des cordonniers et des tailleurs, le rez de chaussée toujours comme espace de stockage et de tri des biens juifs. Dans la nuit du 17 au 18 janvier 1945, devant l’avancée de l’Armée Rouge, le camp fut liquidé et les prisonniers restants du grenier furent exécutés.

C’est ce soir là que Simon Srebnik fut touché à la tête lors des exécutions des derniers prisonniers du grenier et laissé pour mort par les SS, mais il survécu à ses blessures. Arrivé à l’âge de 13 ans au camp de Chełmno, Simon Srebnik fut pris en charge par les SS qui le considéraient comme une sorte de mascotte. Durant toute cette période, il fut employé au service des SS et circulait les pieds entravés par des chaines à travers les rues de Chełmno. Les chaines qu’il avait pieusement conservées tout au long de sa vie sont aujourd’hui exposées à Yad Vashem.

Après maintes recherches historiques, le nombre de victimes est aujourd’hui évalué entre 160 000 et 200 000 en provenance essentiellement de la région du Wartheland et du ghetto de Łódź. 4300 tsiganes sont également recensés comme victimes ainsi que nombre de polonais et des prisonniers de guerre russes. 105 enfants du village tchèque de Lidice ont été également déportés à Chełmno.
En 1942, le secrétaire de la municipalité de Chełmno, Stanysław Kaczyński qui fournissait des informations sur le drame qui se jouait fut exécuté avec sa femme.
Stanysława Jabłonska une couturière de Krzykosy, habitant non loin de Chełmno cacha, de la fin 1940 jusqu’à la fin de la guerre Wołek Grabina, un juif originaire de Uniejów. Elle ne fut jamais récompensée pour son acte.

(1) Arthur Greiser est né dans la province de Posen (Poznań) en 1934. Il s’illustre durant la première guerre mondiale dans la marine allemande et comme pilote.Il adhère au parti National Socialiste en 1929 et rejoint le corps des SS en 1931. Il devient président du Sénat de la ville libre de Danzig (Gdańsk) et administrateur du Reichgau Wartheland jusqu’à la fin de la guerre. Il est à l’origine des fortes tensions qui intervinrent avant la guerre entre les autorités de la ville de Danzig et la République de Pologne. En 1939 après l’entrée en guerre il est nommé gouverneur du Reichgau Wartheland, région anciennement annexée par la Prusse durant les partages de la Pologne. Il mène une politique brutale envers les populations polonaises et les juifs et procède à la germanisation de la région de Grande Pologne (Wartheland). Il dirige l’euthanasie de 1558 malades mentaux du camp de concentration de Soldau (Działdowo). Il procède à la germanification de la région avec l’arrivée de dizaines de milliers de colons Volksdeutsche. Il supervise l’établissement du camp d’extermination de Chełmno et les premières expérimentations de gazage par camions. Il quitte Posen (Poznań) en 1945 devant l’avancée de l’Armée Rouge et se rend aux américains en Autriche la même année. Après la guerre, il est jugé par un tribunal polonais pour de nombreux chefs d’accusation dont torture et persécution de populations civiles et de prisonniers de guerre et pour génocide à l’encontre des populations juives. Il est pendu en public en juillet 1946 au fort Wyniary (Citadelle de Poznań).

(2) Herbert Lange est né en 1909 à Menzlin en Poméranie. Il rejoint le parti National Socialiste en 1932. Il s’enrôle dans les sections SA puis rejoint le corps des SS. A l’entrée en guerre en 1939 il est nommé à la Gestapo de Posen (Poznań) et participe ensuite à l’opération d’euthanasie menée dans le Wartheland en 1940. C’est à cette occasion qu’est expérimenté le gazage au monoxyde de carbone par camions. Promu SS Obersturmführer, il est nommé commandant du camp d’extermination de Chełmno nad Nerem (Kulmhof) et dirige la construction de la toute première chambre à gaz en 1941. En 1944, il sert dans la police criminelle et participe à l’arrestation des conspirateurs de l’attentat contre Adolf Hitler, ce qui lui vaudra la promotion au rang de SS Sturmbannführer. Il meurt au combat durant la bataille de Berlin en 1945.

Année de la visite: 2002-2011
Remarques:
Lors de ma première visite en 2002, nous avons eu l’occasion de rencontrer la gardienne du petit musée au village, Zofia Szałek qui passait la plus grande partie de son temps de retraite à accueillir les visiteurs. Elle nous raconte qu’enfant, sa meilleure amie était juive et qu’habitant un village avoisinant, elle venait garder les vaches dans la pâture qui sépare le site du manoir de l’église. Ne pouvant voir à l’intérieur du camp à cause des palissades de bois, elle entendait des plaintes des déportés. Aussi elle s’imaginait son amie juive enfermée.
Notre dernière visite de 2011 nous a permis de faire la connaissance de Zdzisław Lorek, archéologue de formation, gardien et guide du musée qui connait l’histoire du camp sur le bout des doigts et qui rédige une chronologie détaillée de toute la période du camp. Il est également l’auteur des plans des camps exposés au musée. Zdzisław Lorek a commencé à s’intéresser au camp de Chełmno lorsqu’il est arrivé dans la région de Łódź pour ses études. Dans ce cadre, il a réalisé les fouilles archéologiques du site du manoir où ont été mis à jour tous les sous-sols. De très nombreuses reliques et objets ont été retrouvés lors de ces fouilles dont nombre de bijoux et autres petits objets personnels que les juifs, emprisonnés dans les sous-sol en attendant leur dernier voyage vers la forêt, avaient caché entre les briques des murs.
De nombreux objets retrouvés dans les ruines du manoir sont exposés dans le petit musée et dans le grenier qui a été entièrement restauré depuis mon premier passage. Un porte-cigarettes appartenant à Józef Jakubowski a été identifié, son propriétaire était un fameux pilote de courses motocyclistes de l’entre-deux guerre qui avait participé entre autres à des courses à Monte Carlo. Les fouilles menées sur le site du camp dans la forêt de Rzuchowski ont permis de localiser très précisément les grandes fosses communes qui ne correspondent pas de manière exacte à celles qui avait été dessinées sur les plans dans les années 1990.
Nous apprenons durant notre dernier passage que Pani Zofia est décédée.

Sur le site du musée se trouvait après la guerre un marché que l’on peut apercevoir dans le film Shoah. Le manoir et le grenier attenants ont été édifiés entre 1850 et 1860. Le grenier fut utilisé comme entrepôt durant l’entre-deux guerres.
Le grand monument situé dans la forêt Rzuchowski, au fond de la plaine des fosses a été édifié en 1990.
De 1963 à 1965, un procès eu lieu à l’encontre de 12 anciens membres du camp qui furent condamnés à des peines d’emprisonnement.
Szimon Srebrnik participa en tant que témoin au procès de Adolf Eichmann.

Le camp de la forêt est situé à ces coordonnées Google Earth : 52° 8’59.36″N 18°43’14.45″E . Les coordonnées notées en entête concernent le manoir au village de Chełmno nad Nerem.

Visiter le site Web de la ville de Chełmno