Présentation du cimetière juif de Będzin

Będzin (Nom allemand: Bendsburg) (Nom yiddish: Bendin)  
Śląskie – (Voïvodie de Silésie) 
Adresse: ul. Podzamcze 
 Latitude:  50°19’40.97″N – Longitude:  19° 7’49.34″E
 Nombre de tombes: environ 250
Histoire:
L’arrivée des juifs dans la région de Będzin remonte à 1226. Ils exerçaient au départ une activité agricole qu’ils délaissèrent dès le XIVème siècle pour se consacrer au commerce. Jusqu’en 1538, les juifs devraient se couvrir d’un béret ou d’un chapeau spécial de couleur jaune. La communauté juive a été extrêmement active et s’est développée au long des siècles, passant de 250 habitants en 1787 à 37 000 en 1900, jusqu’à constituer 80% des habitants de la ville. Durant la seconde moitié du XVIIIème siècle, les juifs tenaient des boucheries, des auberges, des brasseries et des moulins à farine. La population décrût à 25 000 juifs à l’entrée de la guerre. La principale activité des juifs de Będzin tournait autour du commerce.
Au XVème siècle, une synagogue en bois fut édifiée. Comme les autorités civiles n’agissaient pas envers la communauté juive, les procès impliquant des juifs se déroulaient dans la synagogue sous l’autorité du rabbin. La prison était mitoyenne de la synagogue. La loi juive qui comprenait 12 sections était étalée sur les murs de la synagogue en hébreu et en polonais.
La grande synagogue a été édifiée en 1831 sur l’emplacement d’une ancienne synagogue en bois construite en 1856. Elle fut restaurée en 1921 et les décorations intérieures furent réalisées en 1925-1926 par les peintres Mosze Appelbaum et Shmuel Zigler, et les sculptures par Chaim Hanft.
Durant l’entre-deux guerres, la population juive s’éleva à plus de 18 000 personnes en 1921, soit 60% des habitants. La vie culturelle, sociale, sportive et politique sétait bien développée durant cette période. A l’entrée de la guerre, plus de 21 500 juifs vivaient à Będzin mais il ne représentaient plus que 42% de la population.

Les allemands pénétrèrent en ville en septembre 1939 et les exactions envers les juifs commencèrent. La synagogue fut incendiée dans la nuit du 8 au 9 septembre 1939 par les sections Einsatzgruppen et brûla durant 20 heures. Deux cents juifs qui se trouvaient là au moment d’un office périrent brulés à l’intérieur. Ils ont été enterrés dans le cimetière de Czeladź. Le prêtre catholique Mieczysław Zawadski ouvrit les portes de son église afin que les juifs de Będzin puissent s’y réfugier durant la tragédie. Le quartier juif autour de la synagogue fut également incendié. Un ghetto fut établi au début de l’année 1940 et environ 30 000 juifs y furent confinés. Il fut en partie liquidé en 1943 et les derniers juifs furent déportés à Auschwitz en juillet 1944.
Après la guerre, 180 juifs revinrent habiter à Będzin, mais tous émigrèrent dans les années qui suivirent.
Une torah datant du XIXème siècle put être sauvée et se trouve aujourd’hui au musée de l’holocauste à Miami aux États-Unis.

En 1970, le père Zawadzki qui avait sauvé les juifs lors de l’arrivée des allemands fut honoré de la médaille de Juste parmi les Nations à titre posthume.

Le vieux cimetière juif, aujourd’hui visible rue Podzamcze (sous le château) a été établi au XVIème siècle. Il a été utilisé jusqu’au milieu du XIXème siècle.
Le cimetière de la rue Zawale a été créé en 1592, il a été détruit par les allemands durant la guerre. Aujourd’hui se trouve un parc à sa place.
Le cimetière qui était situé à la rue Sielecka fut fondé en 1900, il a également été détruit par les allemands. Les restes ont été démantelés pour agrandir le dépôt des bus durant la période communiste. Certaines tombes qui restaient ont été transférées au cimetière du château. En 2007, lors de travaux, d’autres pierres tombales ont été mises à jour et également transférées au cimetière de la rue Podzamcze.
Un quatrième cimetière a été créé à la frontière des communes de Będzin et de Czeladź en 1916, il est présenté sur la page du cimetière juif de Czeladź.

Année de la visite: 2010
Remarques:
Le vieux cimetière se trouve sur le versant nord du château de Będzin construit par le roi Kazimierz Wielki (Casimir le Grand). Il est protégé par de nombreux arbres et bénéficie d’un emplacement de choix avec la proximité du château. Il ne possède pas de clôture malgré le fait qu’un projet soit envisagé pour y remédier. On peut y observer de magnifiques tombes dont certaines possèdent encore quelques restes de polychromies. 80 tombes sont aujourd’hui à leur place initiale. Un portail côté nord a été édifié en forme de tombe juive.

La famille de Jean-marie (Aron) Lustiger (ancien archevêque de Paris) était originaire de Będzin où son père était boulanger.

Rutla Laskier une jeune juive de 14 ans enfermée dans le ghetto entama la rédaction de son journal dont l’existence fut révélée en 2006 et qui fut publié dès 2008.

Autre lien à découvrir pour le site de Będzin :
  Synagogue

Visiter le site Web de la ville de Będzin