Présentation du cimetière juif de Knyszyn

Knyszyn (Nom yiddish: Knisin, Kniszyn)  
Podlaskie – (Voïvodie de Podlachie) 
Adresse: ul. Białostoka 
 Latitude: 53°18’22.16 – Longitude: 22°56’43.31
 Nombre de tombes: supérieur à 600Knyszyn

Le cimetière juif de Knyszyn
Le cimetière juif de Knyszyn (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com

Histoire:
Les juifs ont commencé à s’installer à Knyszyn durant le XVIème siècle, la première mention d’une présence juive remonte à 1605.
Comme bien souvent, lorsque les juifs établirent leur activité commerciale, et devant la crainte d’une nouvelle concurrence, la ville fut déclarée de non tolerandis judaeis. Cependant, si il leur était interdit d’effectuer du commerce à Knyszyn, ils pouvaient y résider. La décision ne fut pas formellement suivie.
Dès 1719, les règles édictant leur présence furent assouplies et les juifs revinrent s’installer en ville et faire du commerce. La communauté juive fut établie durant le XVIIIème siècle. Ils représentaient un peu plus de 300 personnes au début du XIXème siècle et six fois plus durant la seconde moitié du même siècle avec 1878 personnes recensées.
Après la première guerre mondiale, et les événements de la guerre polono-russe de 1919-1921, la population retomba à un peu plus de 1200 juifs. La plupart des magasins et des ateliers étaient juifs, ainsi que presque toutes les maisons de la place du marché.
Deux fabriques de tissu se trouvaient à Knyszyn, la première appartenant à Gersz Rozenblum, qui possédait également une tannerie, et l’autre à Lejb Grobman également propriétaire d’une brasserie.
La ville se retrouva sous domination russe après l’invasion de la Pologne par l’URSS le 17 septembre 1939. Lors de l’opération Barbarossa d’invasion du territoire russe en juin 1941 par les armées allemandes, 1300 juifs se trouvaient à Knyszyn. Le ghetto fut établi en juillet 1941 et jusqu’à 2000 juifs y furent confinés, dont des populations venant de Tykocin, Trzcianne, Szczuczyn.
Se trouvaient alors en ville 2 synagogues, un mikveh et quelques maisons de prières, ainsi qu’un heder.
La synagogue en briques Bejs Jaszur fut édifiée probablement en 1915, après l’incendie de la ville qui détruisit la vieille synagogue. Elle était plus particulièrement dédiée à la population juive pauvre.
La deuxième synagogue, appelée Orach Chaim, fut édifiée probablement dans les années 1920 à l’emplacement d’une ancienne synagogue construite au tournant du XIXème et du XXème siècle. Il s’agissait d’une synagogue en briques et recouverte d’une toiture de métal. Elle avait des dimensions de 15 x 17 mètres et possédait 11 grandes ouvertures. Elle était pourvue d’une grande salle de prières, d’une bimah, d’une galerie pour les femmes. Cette synagogue fut dévastée par les allemands et transformée en entrepôt à grains.
En septembre 1942, la population juive fut déportée et mise en transit à Białystok avant son transport vers le camp d’extermination de Treblinka. 70 juifs qui étaient restés sur place furent fusillés dans le cimetière.
Une cinquantaine de juifs de Knyszyn survécurent à la guerre.

La synagogue en bois Bejs Jaszur fut dévastée durant la guerre, puis démolie au milieu des années 1950. La synagogue Orach Chaim perdit complètement ses spécificités architecturales religieuses lors de sa transformation pendant la guerre et fut entièrement remaniée après la guerre. Dans les années 1970, la municipalité voulut la transformer dans un lieu de culture mais le projet ne vit pas le jour. Elle fut démoli au milieu des années 1980.

La synagogue Orach Chaim de Knyszyn dans les années 1970
La synagogue Orach Chaim de Knyszyn dans les années 1970 (Cliquer pour agrandir)

Le cimetière juif

A l’origine, les juifs emmenaient leurs défunts vers le cimetière de Tykocin, distant d’une vingtaine de kilomètres. C’est durant la seconde moitié du XVIIIème siècle que les juifs de Knyszyn purent être officiellement autorisés à enterrer leurs morts au sud-est de la ville dans une campagne appelée Cisówka où se trouvaient des étangs. Durant 2 siècles, quelques milliers de juifs furent enterrés là. En 1925, la communauté juive chercha un nouvel endroit pour établir un nouveau cimetière, sur une hauteur appelée la montagne Bona (Sforza), du nom d’une reine de Pologne d’origine italienne. La nouvelle localisation se heurta à la résistance des chrétiens de Knyszyn, car se trouvait au sommet une croix. La nouvelle nécropole fut étendue à côté de l’ancien cimetière juif.
Le cimetière fut dévasté durant la guerre et les dégradations se poursuivirent après. Il se dégrada lentement durant la période communiste et de nombreuses pierres tombales disparurent. Un premier inventaire fut mené en 1990. La plus ancienne tombe date de 1806. En 2012, à l’initiative d’une association et de la ville, un monument a été érigé à l’endroit où se trouve la fosse des juifs tués en 1942.

Le cimetière juif de Knyszyn (Cliquer pour agrandir)
Le cimetière juif de Knyszyn (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com

En 2014, l’association régionale Zygmunt August de Knyszyn en relation avec la Fondation pour la Protection du Patrimoine juif, le cimetière juif a été réhabilité, un chemin a été ouvert et un balisage a été mis en place pour les visiteurs.

> Inventaire des tombes du cimetière juif de Knyszyn.

Année de la visite: 2015
Remarques:
Des panneaux indiquent le chemin récemment ouvert pour accéder au cimetière. C’est l’un des mieux conservés de la région de Podlachie (le quatrième par le nombre de stèles) malgré la disparition d’une bonne partie des pierres tombales, dérobées après guerre pour la récupération de blocs de marbre et de grès. Les stèles aujourd’hui visibles sont surtout constituées de blocs de grès sur lesquels ont été gravées les épithaphes en hébreu, accompagnées de quelques graphismes. Les tombes sont agencées autour de 2 étangs. Lorsqu’on pénètre dans le cimetière depuis le chemin en terre, la partie encore existante du vieux cimetière se situe à l’extémité nord-est, après le deuxième étangs, c’est à dire à l’opposé.
C’est une nécropole qui mérite d’être visitée lorsque l’on passe dans la région de Białystok, notamment à Tykocin.


Visiter le site Web de la ville de Knyszyn


Le cimetière juif de Knyszyn
Le cimetière juif de Knyszyn (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com