Présentation du cimetière juif de Radzyń Podlaski

Radzyń Podlaski (Nom yiddish: Rodzin)  
Lubelskie – (Voïvodie de Lublin) 
Adresse: ul. Lubelska, à côté du cimetière cathol 
 Latitude: 51°46’9.38″N – Longitude: 22°37’16.90″E
 Nombre de tombes: environ 20
Histoire:
La première présence de juifs à Radzyń Podlaski n’est pas déterminée de manière précise mais elle se situerait dans la période du début du XVIème siècle. La communauté se développa de manière très progressive avec la mise en place d’une Kehila probablement durant la seconde moitié du XVIIème siècle. C’est durant cette période que les juifs des bourgades voisines s’installèrent à Radzyń Podlaski et la population augmenta de manière substantielle. 537 juifs habitaient alors en ville. De fait ils participèrent de manière très active au développement de la ville et occupaient les deux tiers des activités de commerce.
Durant le XIXème siècle, Radzyń Podlaski devint un important centre de la vie juive orthodoxe hassidique dont l’impact se répercutait dans la vie de la communauté.
En 1907, on comptait 3735 juifs, soit 59% des habitants de la ville.
Des mouvements sionistes se développèrent juste après la première guerre mondiale dont le parti Mizrachi considéré comme le premier parti moderne sioniste-orthodoxe.
La communauté possédait une synagogue, une maison de prière, deux cimetières, un mikveh, une maison abattages rituels. Elle était très active dans l’aide au plus démunis, l’éducation avec plusieurs heder et écoles, une bibliothèque et des activités culturelles et sportives. On pouvait rencontrer la plupart des mouvements politiques de l’entre-deux guerres comme le Bund, Agudath Israel et d’autres mouvements sionistes.
A partir des années 1930, la situation des juifs se dégrada avec la montée des mouvements nationalistes polonais, l’incendie de plusieurs bâtiments de la communauté et des accrochages avec de jeunes nationalistes dans un contexte de crise économique. Les autorités de la ville dénoncèrent ces attaques et les instigateurs furent arrêtés.
Environ 4000 juifs vivaient à Radzyń Podlaski au début de la guerre. Dès l’arrivée des allemands le 9 septembre 1939, de nombreux bâtiments furent incendiés et de nombreux juifs tués. L’Armée rouge fit son entrée en ville qu’elle quitta fin septembre. Quelques centaines de juifs en profitèrent pour fuir. Un ghetto ouvert fut établi où furent confinés plus de 2000 juifs. A l’automne 1942, commença la liquidation du ghetto, plus de 200 juifs furent tués dans l’enceinte du ghetto et 800 furent envoyés vers le camp d’extermination de Treblinka. 1000 juifs qui se cachaient en ville furent délogés et transportés vers le ghetto de Międzyrzec, de là ils furent déportés fin octobre 1942 vers Treblinka.
Une cinquantaine de juifs survécurent à la guerre. Certains furent cachés par des familles polonaises. Sur une centaine qui avaient fuit le ghetto et s’étaient cachés dans des forêts voisines seuls une quinzaine survécurent aux attaques des allemands. Un autre groupe de résistants juifs qui s’étaient cachés non loin de Radzyń dans une forêt voisine furent tués par des partisans polonais appartenant à l’Armia Krajowa.
Après la guerre, une vingtaine de juifs retournèrent en ville mais furent victimes d’attaques et durent quittèrent la ville en 1946-47. L’un d’entre-eux fut tué alors qu’il circulait dans un train.

L’ancien cimetière a probablement été établi lors de l’instauration de la Kehila durant la seconde moitié du ème siècle au niveau de l’actuelle rue Zabielska. Il était encore utilisé au début du XXème siècle. Deux ohel était encore visibles avant la guerre. Il a été détruit durant la seconde guerre mondiale.
Le vieux cimetière se trouvait aux coordonnées suivantes au niveau de la rue Zabielska: 51°46’41.98″N 22°36’59.46″E

Le nouveau cimetière a été établi au début du XXème siècle. Dévasté durant la dernière guerre, le cimetière subit ensuite de nombreuses dégradations et nombres de pierres tombales furent ré-utilisées comme matériaux de terrassement. En 1995, un obélisque fut érigé à la mémoire des victimes de l’holocauste. Le cimetière est désormais nettoyé tout les ans. En 2008, un habitant a ramené une pierre tombale qui avait été taillée comme meule et qu’il avait certainement retrouvée.

Année de la visite: 2007
Remarques:
Le cimetière se trouve aujourd’hui à côté du cimetière catholique qui n’existait pas auparavant. Une menorah dessinée sur le portail en indique le lieu. Il reste très peu de tombes et le vieux cimetière a lui disparu. Le nouveau cimetière, actuellement visible a été fortement dégradé après la guerre et durant les années communistes. Comme je suis passé en 2007, je n’ai pas pu observer la pierre tombale en forme de meule qui a été ramenée l’année suivante. Il se trouve effectivement que de nombreuses pierres avaient été dérobées dans les cimetières et retaillées pour servir de meule. On peut d’ailleurs en observer une en rentrant dans le grand cimetière juif de Varsovie de la rue Okopowa.