Présentation du cimetière juif de Sawin

Sawin (Nom yiddish: Savin)  
Lubelskie – (Voïvodie de Lublin) 
Adresse: ul. Chuteczka 
 Latitude:  51°16’55.00″N – Longitude:  23°25’14.45″E
 Nombre de tombes: il n’existe plus de tombe dans le cimetière
Histoire:
D’après des registres de la mairie, l’établissement de la communauté juive à Sawin remonte à 1627 quand un juif dénommé Kalman acheta une maison sur la place du marché. En 1846, 150 juifs vivaient dans la bourgade, puis 380 en 1869 et 500 en 1889. De nombreux documents attestent de prêts d’argent et de locations de la part de membres de la communauté juive. Une première synagogue fut édifiée avant 1886 et une autre construite en 1925. Elle furent détruites par les nazis pendant la guerre.
Une Kehilla (structure communautaire juive) fut créée après 1914, sous l’autorité de la communauté juive de Chełm. Elle permit par exemple, en 1920,à Ruchla Glanc, un juif de la communauté qui était très pauvre de prendre en charge ses soins médicaux. Après la première guerre mondiale, la communauté juive comptait 901 âmes, soit 28% de la population. Cependant en 1921 on comptait 611 juifs mais ils représentaient presque la moitié de la population de Sawin. La communauté possédait une synagogue, une école, une mikveh. Szapsa Rojter qui était l’un des principaux entrepreneur de la ville dirigeait une entreprise forestière.
La grande majorité des juifs étaient des commerçants: épiciers, maquignons, marchands de tissus, fourreurs, beaucoup de tailleurs, des boulangers, charpentiers, cordonniers, meuniers… et il se rendaient pour la plupart à Chełm pour le négoce.
En novembre 1940, un ghetto fut établi par les allemands à Sawin ainsi qu’un Judenrat. Une aide sociale publique juive fut organisée dans le ghetto pour assister les plus démunis. En 1941, des juifs de Cracovie arrivèrent au ghetto. Mais beaucoup d’autres en provenance d’autres villes de Pologne ainsi que de France, d’Autriche, de Yougoslavie, de Tchécoslovaquie et de Hongrie. Un camp de travail fut établi à l’intérieur du ghetto qui employa jusqu’à 3000 juifs. Il était gardé par des supplétifs ukrainiens et commandé par l’officier Greutner. Le ghetto fut liquidé en septembre 1943. Les juifs furent déportés à pied vers le camp d’extermination de Sobibór distant d’une quarantaine de kilomètres.
Plusieurs juifs s’échappèrent du ghetto et furent cachés et sauvés grâce à l’aide de polonais, dont Dominika Wołoszkiewicz qui fut honorée du titre de Juste parmi les Nations pour avoir recueilli et élevé un bébé juif en prétextant que c’était le sien. Une famille juive fut sauvée par la famille Majówek et garda des liens après la guerre. Mordechaj Holcblat survécut à la guerre, émigra en Israël mais revint chaque année à Sawin pour réciter le kaddish dans le cimetière.
Le cimetière fut dévasté par les allemands en 1943. En 1999, une barrière en bois fut installée autour du cimetière à l’initiative de Mordechaj Holcblat. Il créa en 2001 avec Philip Goldstejn un mémorial constituée à partir d’une roche qu’ils firent venir d’Israël avec l’aide de la communauté de Sawin et du prêtre Edward Seredą. A cette occasion, le cimetière fut nettoyé de sa végétation par des écoliers.

Année de la visite: 2006
Remarques:
Le cimetière est situé dans un bois à la sortie ouest de la ville, une voisine m’y accompagne. Le mémorial est érigé à une extrémité, la clôture en bois donne des signes de fatigue. On est pris par le silence de cette forêt qui ressemble étrangement avec sa terre sablonneuse et ses pins à la forêt landaise. Il est difficile d’imaginer qu’au milieu des pins se trouvait un cimetière juif. On est saisi par un profond sentiment de vide qui fait place.

Visiter le site Web de la ville de Sawin