Présentation du cimetière juif de Ropczyce

Ropczyce (Nom yiddish: Ropshits)  
Podkarpackie – (Voïvodie de Basses-Carpates) 
Adresse: ul. Monte Cassino 
 Latitude: 50° 2’58.75″N – Longitude: 21°36’35.33″E
 Nombre de tombes: 1
Histoire:
C’est dans la seconde moitié du XVIème siècle, en 1564, que 30 juifs (4 familles) sont recensées à Ropczyce dans la ferme de la famille Gryf, dans un document qui indique également d’autres juifs. En 1604 seuls 2 juifs reçurent le droit de s’installer en ville avec la charge de collecter les taxes, mais cette interdiction d’installation fut levée par la suite. En 1676, 43 familles juives vivaient en ville et aux alentours. Le commerce de l’alcool leur était interdit. En 1675, les autorités communales autorisèrent Józef Szmul à acquérir une maison sur la place du marché sous réserve de la restaurer. En 1765, la communauté rassemblait 663 juifs.
En 1871, 1433 habitants étaient juifs, ils représentaient 36% de la population totale. A cette période, il y avait trois synagogues et un cimetière. Les juifs occupèrent des postes importants, notamment dans les autorités de la ville. Vers la fin du XVIIIème siècle, Ropczyce devint un centre du hassidisme notamment après l’installation du Tzaddik Zvi Naftali Horowitz, fils du Rabbi de Lesko. Ropczyce devint le lieu de rassemblement de milliers de Hassidim lors de fêtes religieuses.
Les juifs occupaient principalement des activités de commerce ainsi que d’artisanat et des métiers de tailleurs, charpentiers, ferronniers.
La communauté eut a souffrir d’un incendie qui intervint en 1873.

A la fin du XIXème siècle, des émeutes opposèrent les juifs aux paysans des environs, des menaces antisémites circulèrent également à l’encontre de la communauté juive lorsque des accusations de meurtre rituel furent proférées après qu’une rumeur sur le meurtre d’une fille chrétienne à Cracovie circula. Cet antisémitisme fut également alimenté par le clergé local, notamment avec l’arrivée d’un nouveau prêtre en 1910. Il y eut également des heurts qui se produisirent entre les mouvements progressistes sionistes et les orthodoxes.
Les juifs eurent également à souffrir des exactions des soldats russes durant la première guerre mondiale avec le pillage de leurs boutiques. Cette baisse des activités économiques et les persécutions entrainèrent une baisse de la population (1069 juifs en 1910). Des mouvements et associations d’entraides furent créés durant cette période.

La communauté juive continua à se développer durant l’entre-deux guerres et les mouvements politiques s’organisèrent. Les activités marchandes étaient principalement occupées par les juifs.

A l’entrée de la seconde guerre mondiale, 1054 juifs vivaient à Ropczyce. Les premiers bombardements détruisirent des maisons juives et 17 d’entre-eux furent tués. Les allemands entrèrent en ville le 7 septembre 1939 et les persécutions commencèrent. Le Rabbi Lieberman fut exécuté.
En 1940, les juifs des bourgades avoisinantes furent déplacés vers Ropczyce, la population totale juive s’élevait à 773 personnes. Par la suite, d’autres juifs furent dirigés vers Ropczyce. Un Judenrat fut créé et géra tant bien que mal la situation en mettant en place des structures d’aide et assistance, une cantine publique.
La main d’œuvre fut employée dans le camp de Pustków. En 1941, 1200 juifs étaient confinés en ville et 400 furent déplacés vers le ghetto de Sędziszów. D’autres furent déportés vers le ghetto de Dębica. A l’été 1942, on dénombrait 284 enfants en dessous de 14 ans.
En juin 1942, une première Aktion se soldat par l’assassinat de 23 juifs et l’envoi de 150 autres vers le camp de Pustków. A cette même période, un ghetto fut établi. Fin juillet, il fut liquidé, tous les anciens et les enfants furent tués sur place. Les autres aptes pour le travail furent déportés vers le ghetto de Sędziszów Małopolski puis vers le camp d’extermination de Bełżec dans un deuxième temps.
Quelques juifs purent se cacher à Ropczyce, mais la plupart furent découverts et tués.
Le cimetière fut dévasté pendant la guerre. Une clôture et un portail furent édifiés en 1988.
Le cimetière présente un Ohel qui abrite la tombe du Rabbi Izaak Lieberman.

Année de la visite: 2007
Remarques:
Le cimetière est situé au sud-ouest de la ville, il est ceint d’une clôture murée en très bon état et d’un portail qui laisse l’accès ouvert aux visiteurs.
Le Ohel du Rabbi Liebarman tué par les allemands en 1939 jouxte l’entrée. Il ne reste plus de tombes dans le cimetière et une bougie témoigne du passage d’un visiteur sur le petit mémorial qui a été élevé en son centre.

La nouvelle autoroute A4 qui relie Cracovie vers la frontière est passe désormais en bordure du cimetière.

Visiter le site Web de la ville de Ropczyce