Synagogues de Pologne vues par Wojciech Wilczyk

Exposition Wojciech Wilczyk

Vie et destin des synagogues polonaises

Il y a quelques années, j'avais acheté le livre de Wojciech Wilczyk (anglais/polonais) Niewinne oko nie istnieje que l'on pourrait traduire par "l’œil innocent n'existe pas" (ou le regard plutôt). Ce livre édité en 2008 est une véritable petite bible de près de 700 pages sur les synagogues en Pologne. Son auteur, spécialiste de la photographie documentaire, a en effet parcouru le pays durant plusieurs années et ramené des centaines d'images de ces multiples synagogues et maisons de prières qui ont survécu au temps, ou pas pour certaines d'entre-elles.
Quasiment aucune aujourd'hui n'est dédiée au culte, pour la bonne et simple raison que les juifs ne sont plus là. Depuis la fin de la guerre, elles ont souvent connu de nombreuses autres vies, généralement elles ont été transformées en entrepôts ou en magasins au sortir de la guerre après avoir été relevées de leurs ruines puisque l'immense majorité des synagogues de Pologne ont été dévastées ou incendiées, souvent dès 1938 (nuit de cristal) pour celles qui étaient situées sur les territoires actuels de la Pologne occidentale.
Elles ont ensuite été transformées durant les décennies communistes qui ont suivi en magasins, halles marchandes, cinémas, restaurants, postes de police, caserne de pompiers, galeries d'art, maisons d'habitation, ateliers, entrepôts, bars, banques, église de Jéhovah, musées, bibliothèques, salles de sport, bureaux administratifs et même piscine municipale comme l'ancienne synagogue de Poznań transformée de la sorte pour la détente des soldats de la Wehrmacht et dont le nouvel usage est encore en activité aujourd'hui. Nombre d'entre-elles ont été restituées aux communautés juives éparpillées dans le pays. Une partie de ces synagogues ont été rénovées et dédiées à des activités culturelles et de souvenirs du judaïsme, d'autres ont poursuivi leurs activités commerciales dans le cadre de baux initiés par ces mêmes communautés car il est devenu difficile de mener à bien des projets coûteux de restauration. D'autres sont aujourd'hui en ruines ou à l'état d'abandon car les petites communes où elles se situent ne disposent pas de fonds souvent très substantiels à investir pour mener à bien un projet de revitalisation. Restaurer une synagogue ne se limite pas à redresser murs et toitures ou à redonner une certaine magnificence d'antan, restaurer une synagogue, c'est un projet global, conséquent et mûrement réfléchi à mener entre les autorités municipales et régionales qui amènent des fonds et les communautés juives dans une perspective commune qui nécessite la mise en place des activités dédiées, du personnel, des fonds allouées chaque année pour l'entretien et le développement.
Exposition Wojciech Wilczyk
Exposition Wojciech Wilczyk (Cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com
A Ostrów Wielkopolski, l'ancienne et dernière grande synagogue de Pologne de style oriental mauresque, restituée à la communauté juive de Wrocław a été vendue en 2005 à la municipalité avec obligation de la dédier à des activités culturelles. En effet, la communauté ne disposait pas des fonds importants pour mener à bien cette grande et magnifique restauration qui a été entreprise par la ville. Elle est devenue à mes yeux l'une des plus belles synagogues de Pologne, encore bien mal connue.
Paradoxalement, toutes ces nouvelles vie dont beaucoup s'offusquent aujourd'hui ont permis à ces centaines de synagogues et maisons de prières de survivre aux vicissitudes du temps et pour plusieurs d'entre-elles de retrouver leur éclat et leur raison d'être.
Il est certain que si durant ces décennies communistes ces synagogues avaient été laissées en l'état il n'y en aurait plus beaucoup encore debout aujourd'hui. Un moindre mal diront certains. C'est tout le dilemme de ces synagogues sans juifs, de ces bâtiments sortis de l'oubli ou de l'indifférence grâce à l'objectif de Wojciech Wilczyk.

Jusqu'au 4 janvier 2016 se tient au Musée de l'Histoire des Juifs polonais de Varsovie l'exposition Wojciech Wilczyk: (nie)widzialne/ (in)visible” qui présente une partie de ses photographies.

Expression antisémite en Pologne

Durant ses visites dans les villes de Pologne, Wojciech Wilczyk en a profité pour saisir sur pellicule les tags et inscriptions antisémites visibles sur de nombreux murs qu'il présente dans le cadre de cette exposition. Si certaines inscriptions sont carrément antisémites, beaucoup d'autres illustrent les invectives et injures proférées entre certains supporters de clubs de football envers l'équipe adverse, "juif" étant devenu l'injure et la caricature ultime pour attaquer l'adversaire, notamment auprès de hooligans de Łódź, de Cracovie ou de Varsovie. Il s'agit là d'un phénomène pas nouveau, apparu depuis la chute du communisme, et déjà présent chez certains supporters d'autres équipes de championnats européens comme cela est arrivé aux Pays-Bas, en Angleterre, en Italie.

Exposition Wojciech Wilczyk au musée de l'Histoire des Juifs polonais