Présentation de la synagogue de Szczuczyn

Szczuczyn (Nom yiddish: Shtutsin)  
Podlaskie - (Voïvodie de Podlachie) 
Adresse: ul. Grunwaldzka 
 Latitude:  53°34'9.77"N - Longitude: 22°16'49.06"E Histoire:
La présence de juifs a Szczuczyn est attestée avec l’établissement de plusieurs familles au cours du XVIIIème siècle.
La population juive de Szczuczyn s’est surtout développée durant la première moitié du XIXème siècle lorsqu’elle passa de 31% de la population en 1808 à 76% en 1857, soit 2268 habitants juifs. Elle atteignit son maximum en 1890 avec 81% de la population totale.
L’activité se concentrait principalement dans le commerce et le négoce, pratiquement tous les commerces étaient tenus par des juifs qui commerçaient avec les paysans polonais.
En 1820 furent édifiées une salle d’études et une synagogue en bois. En 1858 une autre salle d’études fut rajoutée. Au début du XIXème siècle un heder fut établi puis 2 classes d’école juive.
L’organisation sioniste présente à Szczuczyn depuis 1898, était très active sur le plan culturel et organisait les départs migratoires vers Israël dès 1925. Également le mouvement socialiste Bund et les juifs de tendance communiste (mouvement interdit à l’époque).
En 1921 est créée une école hébraïque qui accueillit 350 élèves, puis une seconde qui fermera plus tard par manque de financement.
En 1926 fut créée une coopérative bancaire qui regroupa 350 familles juives de Szczuczyn et des environs. Son principe était d’octroyer des petits prêts à faible taux pour les petits commerçants et les artisans. A cause du boycott de la population polonaise envers les commerçants et les entreprises juives, la banque cessa son activité quelques années avant la guerre.
Durant l’entre-deux guerres, les relations entre les juifs et les polonais se limitaient au commerce. Quelques années avant le début de la seconde guerre mondiale, la montée de l’antisémitisme mené par le parti nationaliste Démocratie Nationale détériorât les relations entre les deux communautés, ses membres interdirent aux polonais d’acheter des biens chez les commerçants juifs.
La plupart des juifs de Szczuczyn appartenaient à la mouvance Mitnagdim, mouvement juif orthodoxe en contradiction avec le mouvement hassidique. Une de ses sommités fut le Rabbi Yosele.
Un peu plus de 3000 juifs vivaient à Szczuczyn à l’entrée de la guerre.
Durant les premiers jours de la guerre, les allemands rassemblèrent 300 juifs qu'ils enfermèrent dans la synagogue, puis qu'ils déportèrent en Allemagne pour le travail. Conformément au pacte Molotov-Ribbentrop ils se retirèrent au profit de l'URSS, non sans avoir incendié la synagogue et l'école religieuse attenante.
Les sympathisants communistes accueillirent les soldats de l'Armée rouge à bras ouverts et de nombreux notables polonais furent envoyés en prison puis déportés en Sibérie.
Les allemands reprirent le contrôle de la ville le 24 juin 1941.
Alors que la ville n'était pas encore sous le contrôle des allemands, des actes antisémites extrêmement violents furent perpétrés par des polonais le 25 juin. Un pogrom fut mené simultanément à 3 endroits de la ville par une centaine de polonais qui surprirent en pleine nuit de nombreuses familles, plus de 300 personnes furent tuées dont des enfants sur la place du marché et un bébé de 6 mois. Les exactions durèrent plusieurs jours et les juifs ne reçurent aucun soutien des autorités civiles, religieuses et de la police. Parmi les meneurs figurait le directeur de l'école. De nombreux pogroms furent déclenchés dans la région dont le plus sinistre à Jedwabne en juillet 1941.
Une semaine avant l'établissement du ghetto, des gardiens polonais rassemblèrent des juifs et les amenèrent vers le cimetière où ils furent abattus par les allemands. Le lendemain, on découvrit une centaine de cadavres dans une fosse commune.
Le 20 juillet, le ghetto fut établi. Des juifs furent raflés les nuits suivantes et 300 d'entre-eux furent tués. Un Judenrat fut établi et le ghetto survécu comme il put jusqu'à sa liquidation le 2 novembre 1942. Les juifs furent déportés vers le camp de Bogusze dans la région de Grajewo. Quelques-uns parvinrent à s'échapper et à se cacher dans la forêt et chez un polonais qui les cacha jusqu'à la libération.
Les meneurs du pogrom furent jugés et certains furent exécutés soit par les allemands soit par les russes. Après la guerre, d'autres furent arrêtés et remis à la justice polonaise, incarcérés, ils furent libérés faute de preuves, les témoins redoutant pour leur vie refusèrent de témoigner.

Parmi les personnages célèbres de Szczuczyn, on note le seul photographe de la ville, Zalman Kaplan, qui officiait dans son studio durant 40 années. La totalité de ses archives photographiques (négatifs) fut détruite durant la guerre, à savoir plusieurs dizaines de milliers de clichés. Seuls subsistent les photographies rescapées de juifs survivants et des cartes postales expédiées par des soldats allemands lors de la première guerre mondiale. Zalman Kaplan fut tué par des polonais durant le pogrom de juin 1941.
La grande synagogue fut construite en 1775. Elle a été incendiée par les allemands le 12 septembre 1939. Elle possédait une splendide Arche Sainte réputée.
Toutes traces de la synagogue et des salles d'études religieuses attenantes avaient déjà disparues à la fin de la guerre.
Année de la visite: 2011-2014
Remarques:
Un immeuble d'habitation se dresse aux environs de l'ancien emplacement de la synagogue. Elle se trouvait au nord de la ville, non loin du cimetière juif. Autre lien à découvrir pour le site de Szczuczyn :   Cimetière
L'ancien shtetl de Szczuczyn
  Visiter le site Web de la ville de Szczuczyn