Présentation de la synagogue de Turek

Turek (Nom yiddish: Turek)  
Wielkopolskie - (Voïvodie de Grande Pologne) 
Adresse: ul. Stefana Żeromskiego 
 Latitude: 52° 1'1.85"N - Longitude: 18°29'57.13"E
turek
Histoire:
La première présence de juifs à Turek remonte à une période intermédiaire dans l'établissement des juifs dans les villes de Pologne puisque 16 familles étaient recensées en 1821, cependant leur arrivée remonte à la fin du XVIIIème siècle, vers 1798. A cette époque, les juifs étaient inhumés dans la commune voisine de Dobra. En 1830, une épidémie de choléra décima une partie de la population juive. Une première maison de prières fut édifiée en 1833 et face au manque de place, une demande de construction de synagogue fut envoyée en 1841. Une synagogue fut édifiée entre 1841 et 1857. Tout au long du XIXème siècle, leur présence se développa fortement, notamment grâce au développement de l'industrie textile. Ainsi la population juive passa de 82 personnes en 1823 à plus de mille en 1867. Jusqu'à la première guerre mondiale, cette population juive tripla. Une des grandes figures contemporaines de Turek était le sculpteur Henoch Heinrich Glicenstein. Les juifs, comme dans toutes les villes de Pologne concentraient leurs activités dans le commerce ainsi que dans des manufactures. En 1863, des juifs de Turek participèrent à l'insurrection polonaise de 1863. En 1878, un incendie détruisit 40 maisons juives. En 1889, les paysans attaquèrent des marchands juifs et dérobèrent leurs biens. Durant le XIXème siècle se développèrent de nombreuses structures sociales et éducatives dans la communauté juive ainsi que divers mouvements politiques qui restèrent très actifs jusqu'à l'entrée en guerre. En 1920, on dénombrait 138 commerces et ateliers (confection, textile, alimentation, tannerie, maçonnerie, métallurgie). Un nouveau Heder, une crèche, une école élémentaire, des associations sportives virent le jour. A l'entrée en guerre, on dénombrait 2216 juifs à Turek, soit 22,5% de la population. Les juifs furent réquisitionnés pour reconstruire le pont sur la Warta qui avait été détruit par l'Armée polonais et pour réparer les routes. En novembre 1939, 700 juifs furent confinés dans la synagogue puis envoyés à Koło où de là ils furent déportés vers Bochnia dans le sud du pays. Un ghetto fut établi en juillet 1940 dans lequel furent concentrés plus de 5000 juifs de Turek et des communes avoisinantes. Un Judenrat fut nommé avec à sa tête Herszel Zimnawoda. Durant l'été 1940, presque une centaine de juifs furent envoyés vers un camp de travail dans la région de Poznań. En 1940, il restait encore 1750 juifs à Turek. Le ghetto fut liquidé en octobre 1941 et la population fut exterminée dans le camp d'extermination de Chełmno nad Nerem situé à une douzaine de kilomètres au nord-est.

Synagogue

Édifiée en 1857, la synagogue fut incendiée suite à une campagne antisémite menée par un ecclésiastique mais elle fut de nouveau construite entre 1861 et 1866 à l'emplacement actuel. Autour de la synagogue avaient également été édifiés le siège de la communauté juive, une école, un Beit Midrash et un Mikvah. La synagogue fut agrandie en 1898. La synagogue fut rénovée et agrandie en 1910. Le dernier rabbin de Turek était Pinchas Weiss. La synagogue fut incendiée par les nazis en janvier 1940. Elle fut rénovée afin d'être utilisée comme entrepôt après la guerre. C'est dans les années 1970 qu'elle fut profondément transformée et qu'elle perdit pour ainsi dire toutes traces de son architecture d'origine. Aujourd'hui, elle abrite un cinéma. Une plaque commémorative en polonais, en anglais et en hébreu a été apposée en 1994 sur le mur de la rue Szeroka. Année de la visite: 2013
Remarques:
Plus rien ne laisse deviner aujourd'hui qu'il existait encore une synagogue à Turek au début des années 1970. Le cinéma TUR l'a remplacé. L'ensemble se trouvait au cœur du quartier juif et de la rue Szeroka voisine où se trouait la maison du rabbin. Autre lien à découvrir pour le site de Turek :   Cimetière
Visiter le site Web de la ville de Turek