Les meules juives

The jewish grindstones

Les meules juives - Cimetière juif de Kock © Bobe Majse
Les meules juives – Cimetière juif de Kock © Bobe Majse

Dans le cimetière juif de Kock en voïvodie de Lublin, on peut aperçevoir de curieuses pierres tombales rondes…

Ces formes inédites de pierres tombales juives ne répondaient pas à des considérations édictées par l’art funéraire juif mais aux besoins de certains polonais en manque d’outillages après la guerre.

Si énormément de pierres tombales ont terminé leur vie dans des murs, des fondations, des terrassements durant la guerre, lorsque les cimetières étaient dévastés ou démantelés par l’occupant nazi, beaucoup d’autres ont connu une seconde vie surprenante au fond d’une grange ou d’un atelier, comme meules à aiguiser.
Avec le temps, les mentalités ont évoluées et des familles qui ont hérité d’un bien familial se séparent de ces encombrants outils qui retournent là où est leur place, au cimetière juif.

La meule © Łukasz Baksik
La meule (cliquer pour agrandir) © Łukasz Baksik

Aleksandra, alias Bobe Majse, l’auteur de la photo du haut, anime un blog (pl) sur l’héritage juif en Pologne, notamment à Cracovie.
Le livre recueil de photographies Usage quotidien de pierres tombales juives / Macewy codziennego użytku de Łukasz Baksik.

Usage quotidien de pierres tombales juives

L’utilisation de pierres tombales volées dans des cimetières juifs

Łukasz Baksik est un jeune photographe polonais qui a parcouru la Pologne entre 2008 et 2012 afin de collecter des clichés qu’il présente dans un album intitulé Usage quotidien de pierres tombales (Macewy codziennego użytku). Ce recueil de photographies présente ce qu’a été le destin de nombreuses pierres tombales volées dans les cimetières juifs et que l’on peut retrouver scellées dans des murs ou des marches d’escaliers, utilisées comme pavements ou dans certains monuments funéraires chrétiens, dans les fondations de granges, de maison…
Son action s’inscrit dans le débat sur la disparition des traces de la culture juive non seulement par les nazis mais également par des polonais.

Durant la seconde guerre mondiale, l’immense majorité des cimetières juifs en Pologne ont été dévastés et il était habituel que les allemands réutilisent les pierres tombales comme matériaux de construction et de terrassement ou les revendent aux autorités locales du moment. Après la guerre, durant plusieurs décennies, de nombreuses pierres tombales furent dérobées dans les cimetières pour être utilisées de diverses manières.
Pierre tombale utilisée comme meule. Cimetière juif de Varsovie de la rue Okopowa - © www.shabbat-goy.com
Pierre tombale utilisée comme meule. Cimetière juif de Varsovie de la rue Okopowa - © www.shabbat-goy.com
Aujourd’hui, beaucoup de ces vestiges réapparaissent au gré des travaux de modernisation urbain à travers le pays. Ces pierres tombales ou bien souvent morceaux de pierres reprennent le chemin du cimetière local où font alors l’objet de l’édification d’un lapidarium lorsque le cimetière a disparu.
Il arrive également parfois que des polonais ramènent dans les cimetières des pierres tombales réapparues lors de travaux ou qui ont été modifiées pour un autre usage comme quand elles furent par exemple transformées en pierre à aiguiser pour des meules.

Découvrir des morceaux de pierres tombales juives dans une cour d’école à Kazimierz Dolny.
Voir la page de présentation des cimetières juifs en Pologne.

Le site web de Łukasz Baksik.
Macewy codziennego użytku. Auteur: Łukasz Baksik.
Editions: Wydawnictwo Czarne. 144 pages, polonais. ISBN: 978-83-7536-580-1