Menachem Kipnis, mémoire du folklore yiddish

Le parcours d’un chanteur et spécialiste émérite de la musique juive

Menachem Kipnis (1878-1942), essayiste, auteur de chansons en langue yiddish et spécialiste de la tradition musicale juive, satiriste et photographe, est né à Uszomierz dans la région de Volhynie (nord-ouest de l’Ukraine actuelle) d’une famille de rabbins et de hazzan hassidiques.

Menachem Kipnis
Menachem Kipnis

Devenu orphelin dès l’âge de 8 ans, il fut élevé par son grand-frère qui était chantre, comme leur père, à la synagogue de Czernobyl (Tchernobyl, Ukraine). Celui-ci lui transmit une formation musicale de yiddish. Jusqu’à 14 ans, Menachem accompagna son frère dans le chœur du Beth Midrash de Tchernobyl puis se produisit comme ténor dès l’âge de 16 ans après la mue de sa voix dans de nombreux chœurs de la région notamment celui de la synagogue de Jitomir; il commença également à étudier sérieusement la musique. Il se rendit à Novohrad-Volynskyï (Volhynie) ou il chanta en tant que soliste dans le chœur du chantre Berl Mulier, également dans le choeur de Berdytchiv (Oblast de Jitomir) avec le chantre Nissen Belzer et également dans le choeur de Zejdl Rowner avec qui il se produisit en Lituanie, en Podolie, en région de Volhynie et en Pologne où ils chantèrent lors des offices de shabbat et durant des concerts. C’est pendant cette période qu’il étudia l’hébreu et la Haskala à l’école de musique de Abraham Ber Birnbaum à Częstochowa.
En 1901, il s’établit à Varsovie où il s’inscrivit au conservatoire et étudia en privé avec le compositeur Matisyahu Bensmail. Il remporta le concours de l’Opéra national / Grand théâtre de Varsovie et intégra le chœur en tant que premier ténor; il fut le premier juif à intégrer l’Opéra de Varsovie, en 1902. Il y officia durant 16 années.
C’est à partir de ce moment là qu’il commença à étudier les racines de la musique juive et les chansons du folklore populaire juif. Il publia son premier article dans le journal hébreu Ha-Melitz de Saint-Pétersbourg puis dans le journal Ha-Tsofe du théâtre juif de Varsovie. Parallèlement, il publia aussi des histoires humoristiques dans des journaux en hébreu et yiddish comme Hamelic, Der Szrtral.
Il a été l’un des précurseurs à allier la tradition de la musique juive avec d’autres cultures étrangères, comme le yiddish et l’ukrainien. Il a concrétisé ce travail de vingt années de recherche à travers 2 recueils édités par la maison d’édition A.Gitlin en 1918 (60 chansons du folklore yiddish – Zechcik folks-lider) et en 1925 (80 chansons du folklore yiddish – Achcik folks-lider), il a également écrit d’autres ouvrages sur le folklore yiddish en Pologne, sur les musiciens, les chanteurs et les chantres renommés. Plus tard il édita un recueil de 140 chansons populaires juives dont plusieurs furent publiées dans la revue Hajnt (« Aujourd’hui »).

Il se maria avec Zimra Zeligfeld qu’il emmena durant des tournées, notamment en France et en Allemagne durant la première guerre mondiale. Zimra Zeligfeld était une interprète et chanteuse yiddish. Le couple se produisit en duo et obtint un grand succès. De son côté, Kipnis développa une expertise reconnue dans tout le pays à tel point qu’on venait le voir pour lui demander conseil et l’écouter. Il acquit une solide réputation de meilleur interprète de chansons yiddish.
C’était aussi une des figures des cercles culturels juifs de Varsovie. Il était un membre actif de l’union littéraire yiddish qui se réunissait au 13 de la rue Tłomackie, en face de la grande synagogue de Varsovie et qui abritait également l’association des écrivains et journalistes juifs. Il fut un membre du chœur de la grande synagogue de Varsovie durant une dizaine d’années. Il écrivit plusieurs livres et essais sur le thème de la musique juive et yiddish. Dans un autre registre, il publia en 1930 Histoires de Chełm – Di Chelemer majses, un livre à succès qui relatait des récits de la population locale, dans la région de Lublin, connue à travers toute la Pologne pour les moqueries et satires qu’elle inspirait. Dès cette même année, il organisa des événements musicaux. Avec la montée de l’antisémitisme au milieu des années 30 et l’exclusion des musiciens juifs, il mit en place un orchestre symphonique juif.

Sa seconde passion pour laquelle il est plus connu du public aujourd’hui était la photographie. Il collabora pour le journal américain Fortwerts. De son travail, il nous reste une superbe collection de photographies de la vie juive prises dans des villes et des villages d’Europe centrale de l’entre-deux guerres, et qui fut envoyée aux Etats-Unis avant la guerre. Elle est aujourd’hui conservée au YIVO Institute de New York. Si Kipnis n’avait pas travaillé pour le journal Fortwerts, aucune de ses photos ne nous seraient parvenue jusqu’à aujourd’hui.

Kipnis, le témoignage par l’image


Menachem Kipnis ne chercha pas à fuir Varsovie à l’entrée en guerre. Il se retrouva enfermé avec sa femme dans le ghetto et participa activement à la vie culturelle et à porter son aide aux écrivains et musiciens juifs grâce à des fonds du Joint.
Menachem Kipnis mourut dans le ghetto de Varsovie probablement le 15 mai 1942, suite à un accident vasculaire cérébral. Il fut enterré au cimetière juif de la rue Okopowa. Sa femme Zimra refusa que toutes ses archives sur le folklore et la musique juives, ses notes et documents, ses manuscrits, son appareil photo, sa collection de photographies soient transférées vers les futures archives du ghetto mises en place par Emanuel Ringelblum. Elle fut peu de temps après raflée et assassinée au camp d’extermination de Treblinka lors de la première grande action de déportation de l’été 1942. Toutes les archives furent détruites et perdues par la suite, seuls ne subsistent que ses publications d’avant guerre et ses reproductions de photos qui avaient été envoyées aux Etats-Unis durant l’entre-deux guerres.

Menachem Kipnis - 14 Waliców street
Menachem Kipnis – 14 Waliców street (cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com

Durant l’entre-deux guerres, Menachem Kipnis habitat le fameux immeuble du 14 de la rue Waliców qui avait été édifié durant le XIXème siècle dans le quartier de Mirów, on ne sait pas précisément quand. Il s’agit de cet immeuble décrépi (à gauche sur la photo) aujourd’hui insalubre et passage incontournable des circuits de visite touristique sur le thème de la Varsovie juive.
La façade a été détruite durant la guerre et ce sont les élévations de l’arrière-cours qui sont aujourd’hui visibles. De novembre 1940 jusqu’en août 1942 (période des grandes déportations), cet immeuble a été enserré dans le petit ghetto. A l’extrême droite de la photo est visible le mur d’une ancienne fabrique qui délimitait la zone ouest du ghetto à cet endroit. Le mur du ghetto coupait la rue en deux depuis l’extrémité de ce mur jusqu’au bout de la rue. Le poète Władysław Szlengel habitat également cet immeuble durant la guerre.

Histoires de Chełm – Khelemer Mayses, 1930 Menachem Kipnis (lang. Yiddish).

Les abonnées du téléphone du 14 rue Waliców

Un immeuble pas si anonyme

Annuaire téléphonique de Varsovie pour la période 1938-1939.
Les immeubles numéro pairs (côté est) avaient été insérés dans le petit ghetto dont le mur séparait en partie la rue, en son milieu. Encore habité quelques années en arrière, l’immeuble très délabré laisse apparaître les élévations qui se dressaient dans l’arrière-cour, la façade donnant sur la rue ayant été en partie détruite durant la guerre. Władysław Szlengel, le poète, a habité l’immeuble durant la période du ghetto.
Un autre personnage de marque qui a habité le lieu durant l’entre-deux guerres jusqu’à la première grande déportation de l’été 1942, et qui est répertorié ici dans l’annuaire, fut Menachem Kipnis, journaliste, essayiste, musicologue et grand spécialiste des musiques et traditions folkloriques et yiddish, et également photographe.
Découvrir un article sur Menachem Kipnis.

Menachem Kipnis - 14 Waliców street
Menachem Kipnis – 14 Waliców street (cliquer pour agrandir) © www.shabbat-goy.com

Breindler M., directeur fabrique de placages
Chorzewski Aleksander
« Chromax », Lipszyca M., ingénieur pour la fabrique de galvanisation
Fersztendik Ignacy
Fersztendik Regina
Gryff Feliks et Halina
Halpern S.
Kipnis Menachem, journaliste
Krajterkraft Adam, ingénieur construction
Liberman Michał
Libraderowa Ewa
Lipszyc Mieczysław, ingénieur
Machlejd Jerzy, directeur fabrique C. Ulrich
Machlejd Józef
Mange Marek
Mendelsohn Jakub
Rozenblum A.
Rozowska B. L.
Szlam Jakub
Szulman D.
Warszawski Henryk
Zajdel Róża, chimiste