A Nalewki, les canards sont toujours là…

L’ombre de la rue juive plane toujours

Nalewki, c’était là où battait le cœur de la vie juive, une rue à part dont la pulsation résonnait dans toute la capitale.
Nalewki comme on appelait alors tout cet endroit, c’était le quartier juif de Muranów, ou le quartier nord comme on disait aussi. La rue Nalewki n’existe plus, elle a été broyée par la déferlante noire et vert de gris.

La rue Nalewki - Nalewki street
Axe de l’ancienne rue Nalewki, à Varsovie, un matin d’hiver – © www.shabbat-goy.com

Nalewki, c’était une belle rue, avec de beaux immeubles, de belles façades, de belles devantures, et, à chaque porte cochère, une arrière-cour qui communiquait avec d’autres arrière-cours, un labyrinthe d’arrière-cours où grouillait une vie intense et d’où s’élevait une langue porteuse de vie et de lendemains, le yiddish.
A Nalewki se concentraient plus de 700 commerces, boutiques et ateliers, c’est à dire encore plus que sur la majestueuse avenue Marszałkowska, ces superbes Champs-Elysées de Varsovie, eux aussi broyés dans la tourmente.
Le quartier a été reconstruit après la guerre et la rue Nalewki s’est évanouie pour laisser place aujourd’hui à la grande avenue du Général Anders qui ne suit pas tout à fait le tracé d’antan.

Ce samedi matin, aux abords du parc Krasiński, à proximité de l’ancien emplacement où s’élevait l’une des nombreuses portes du ghetto, des canards se réchauffent au soleil.
Peut-être qu’avant la guerre, certainement même, d’autres palmipèdes se réchauffaient ainsi par une matinée d’hiver en regardant passer des charrettes débordant de marchandises, des dames emmitouflées dans de longs manteaux et fichus et des gamins qui courraient en criant.
Mais autrefois, le samedi, dans la rue Nalewki, c’était le calme qui régnait.
Seuls des tramways brinquebalants et des silhouettes noires en caftan traversaient la rue, car autrefois dans la rue Nalewki, le samedi, c’était Shabbat…

© www.shabbat-goy.com – Photo prise dans l’axe de l’ancienne rue Nalewki.
» Découvrir la rue Nalewki sur Shabbat Goy.

Sur les traces du Yiddishland

Un très joli livre qui vous invite à la découverte des traces du Yiddishland à travers des visites témoignages effectuées dans de nombreux pays de l’est comme la Roumanie, la Hongrie, l’Ukraine, la Lituanie et la Pologne. Son auteur, Alain Guillemoles nous présente à travers des petits chapitres agrémentés de très belles photographies des rencontres avec des personnages de tous horizons qui font revivre et qui témoignent du passé juif parfois aujourd’hui bien vivant comme à Ouman, une petite bourgade ukrainienne où de nombreux juifs hassidiques sont revenus s’installer autour de la tombe du rabbi Nahman, ou comme cette jeune femme lituanienne, Rita Vaiva, qui dédie une partie de son temps à la restauration et à l’entretien du vieux cimetière juif de Jurbarkas.
Un livre à lire absolument afin de découvrir une vision nouvelle de gens qui partagent une même passion d’un morceau de leur histoire commune avec les juifs et leur héritage en terre slave.
>> Pour commander le livre.

Un itinéraire en Pologne à la découverte des traces juives

Partez à la découverte des 371 sites de mémoire juive visités jusqu’ici à travers la Pologne et venez partager un riche et émouvant voyage dans les anciens shtetl et quartiers juifs. Vous découvrirez également de nombreux articles autour de ce sujet en Pologne et ailleurs.
» Shabbat Goy en chiffres c’est 260 sites sur 371 mis en ligne: 192 cimetières, 121 synagogues, 11 camps, 4 sous-camps et 12 autres sites. C’est aussi 349 galeries photos.
La page BASE Sites a été modifiée. Tous les sites visités sont présentés avec possibilité directe de localisation de chaque site sur Google Maps.
The page BASE Sites has been updated. All visited sites are presented with a direct possibility to localize each site on Maps.