Żelazna 103, immeuble de la terreur

Centre de répression et de déportation du ghetto

Il est des endroits à Varsovie où les juifs, en visite mémorielle dans la capitale, à travers des visites souvent balisées et généralement encadrées, ne passent jamais; certainement par ignorance, par habitude des circuits programmés et recommandés, que les autres visiteurs suivent également.
C'est le cas pour un bâtiment qui se trouve au bout de la rue Żelazna (appelée Eisenstrasse par l'occupant allemand durant la guerre). Là se trouvent 3 immeubles (99, 101, 103) que l'on pense reconstruits après la guerre, d'après leur architecture plus moderne, mais dont la construction remonte juste avant la guerre. Notre attention se portera sur le numéro 103, le dernier immeuble. Cette petite section de la rue Żelazna n'existait pas quelques années avant la guerre puisque s'élevaient là les immeubles 76 et 78 de la rue Nowolipie. La séparation du mur (grand ghetto) avait été définie entre les immeubles numéros 72 et 74 lors du bouclage de 1940.
Les immeubles 99, 101 et 103 de la rue Żelazna. Au fond à droite, le siège du SD-Befehlstelle
Les immeubles 99, 101 et 103 de la rue Żelazna. Au fond à droite, le siège du SD-Befehlstelle (Cliquer pour agrandir) Photo www.shabbat-goy.com
Jusqu'au 15 juillet 1942, date des premières grandes déportations, l'immeuble abritait le poste de commandement de la SD, le service de sécurité de la SS, et la Gestapo du ghetto. L'endroit était appelé SD-Befehlstelle. C'était plus précisément les locaux du Sonderkommando der Sipo-Umsiedlung qui avait remplacé le bureau du commissariat au quartier juif.
Żelazna 103
Żelazna 103 (Cliquer pour agrandir) Photo www.shabbat-goy.com
Dès l'été 1942, de cet immeuble, Hermann Höfle planifia les déportations des juifs de Varsovie vers le camp d'extermination de Treblinka. C'est lui qui se rendit au Judenrat le 22 juillet 1942 et qui ordonna à Adam Czerniaków, le président du Judenrat, de livrer quotidiennement un contingent de 6000 juifs en vue de leur transfert vers l'est, en réalité leur déportation vers Treblinka.
Durant la première période s'étalant jusqu'à la mi-1942, les juifs arrêtés en dehors de la zone de confinement étaient dirigés vers l'immeuble 103 où ils étaient torturés afin de leur soutirer des renseignements sur leur évasion et les aides qu'ils avaient reçues, puis ils étaient exécutés dans l'arrière-cour.
Parmi les membres de la sécurité se trouvaient deux exécutants particulièrement violents et redoutés de la population du ghetto, Karl Heinrich Klaustermeyer et Josef Blösche. Ils s'illustrèrent dans l'assassinat de nombreux juifs dans la zone du ghetto en circulant dans un rickshaw ou en voiture et en tirant sur des juifs rencontrés au hasard de leur chemin, que ce soient des femmes, des enfants ou des vieillards. L'un de leurs exercices consistait à tuer le plus de juifs avec une seule balle en les alignant côte à côte. Blösche était tristement connu des habitants du ghetto qui l'avaient surnommé Frankenstein, nombre de témoignages relatent de ces exactions meurtrières, également de viols et exécutions de femmes. Tous deux participèrent activement à la liquidation du ghetto. Ils apparaissent dans plusieurs photos du rapport Stroop, rédigé par le général SS Jurgen Stroop alors en charge de la liquidation du ghetto de Varsovie en avril-mai 1943.
La photo ci-dessous fut prise lors de l'insurrection du ghetto dans la rue Nowolipie, à une centaine de mètres environ des bureaux Żelazna 103. Au centre le général Jurgen Stroop, à droite Josef Blösche et Karl Heinrich Klaustermeyer (second en partant de la droite), ces derniers étant rattachés aux bureaux du SD-Befehlstelle de l'immeuble Żelazna 103.
Insurrection du ghetto. Jurgen Stroop, Josef Blösche et Karl Heinrich Klaustermeyer
Insurrection du ghetto. Jurgen Stroop, Josef Blösche et Karl Heinrich Klaustermeyer (Cliquer pour agrandir)
Les caves et le sous-sol de l'immeuble furent utilisés comme prison et lieu d'exécution.
Lors de l'insurrection du ghetto, un groupe de combattant juifs menés par Natan Szulc, qui commandait un peloton de l'Union Militaire Juive (Żydowski Związek Wojskowy - ŻZW), l'une des deux organisations qui combattit durant le soulèvement du ghetto; attaqua l'immeuble et essaya de libérer des prisonniers mais la tentative échoua et le ghetto fut par la suite liquidé. Les allemands quittèrent le bâtiment en juillet 1943.
Plaque apposée sur l'immeuble Żelazna 103 en mémoire des
Plaque apposée sur l'immeuble Żelazna 103 en mémoire des "milliers de juifs torturés à mort par la Gestapo" (Cliquer pour agrandir) Photo www.shabbat-goy.com
Josef Blösche. 1912-1969. Membre du SD (Sicherheitsdienst) durant la guerre, il se rendit à l'Armée Rouge, fut fait prisonnier et envoyé en camp. Il fut rapatrié en Allemagne de l'est en 1946 en camp de travail où il subit un grave accident qui déforma notoirement son visage. Il fut libéré en 1947 et commença une vie civile normale, il se maria et eut 2 enfants. Sa déformation faciale le protégea durant de longues années des recherches entreprises afin d'identifier les criminels de guerre d'après des photos prises durant la guerre.
Josef Blösche au second plan derrière le petit garçon, mitraillette en main. Selon une source, le petit garçon s'appelle Artur Siematek, fils de Leon et Sarah Dąb, natif de Łowicz
Josef Blösche au second plan derrière le petit garçon, mitraillette en main. Selon une source, le petit garçon s'appelle Artur Siematek, fils de Leon et Sarah Dąb, natif de Łowicz (Cliquer pour agrandir)
Il fut accusé par un ancien SS qui était en procès à Hambourg en 1961. La police entreprit alors des recherches qui aboutirent à son arrestation en 1967. Il fut jugé en 1969 à Erfurt et condamné pour sa participation dans le meurtre de 2000 juifs en 1943. Condamné à mort, il fut exécuté la même année à Leipzig.
L'image de Josef Blösche reste à jamais gravée sur la photo devenue emblématique du ghetto de Varsovie où il apparaît au second plan, mitraillette à la main.

Karl Heinrich Klaustermeyer. 1914-1976. Il fut arrêté par les britanniques après la guerre alors qu'il circulait avec un simple uniforme de soldat, mais son identité ne fut pas découverte, il fut libéré en 1946. Malgré son passif d'avant guerre dans la dénonciation de juifs et ses lourdes exactions en Pologne, il put travailler librement après la guerre comme chauffeur livreur. Suite à une enquête, il fut arrêté en 1961, jugé et condamné en 1965 à la prison à perpétuité par la cour de Bielefeld dans la région de Rhénanie-du-Nord–Westphalie pour le meurtre de 20 juifs.

Hermann Höfle - 1911-1962. SS-Sturmbannfuhrer et adjoint d'Otto Globocnik. Après diverses fonction dans la déportation des juifs en Pologne, il est nommé dès juillet 1942 commissaire à la déportation des juifs de Varsovie. Il est arrêté par les alliés en Carinthie en 1945, est interrogé puis libéré. Il put mener une existence tranquille en Italie, suite à un mandat d'arrêt lancé par la Pologne, puis en Autriche et en Allemagne jusqu'en 1961 où il travailla notamment durant 5 mois pour le compte de l'organisation Gehlen, une unité de renseignements de l'Armée Américaine. Arrêté et transféré à Vienne, il se pend dans sa cellule en août 1962 dans l'attente de son procès.


Insurrection de Varsovie 1944. Lancement de roquettes vers la vieille ville depuis la rue Żelazna
Insurrection de Varsovie 1944. Lancement de roquettes vers la vieille ville depuis la rue Żelazna (Cliquer pour agrandir) Photo Bundesarschiv.
Lors de l'insurrection de Varsovie de 1944, la section de rue fut utilisée comme base de lancement de roquettes contre les insurgés polonais. Des centaines de projectiles furent lancés en direction de la vieille ville qui fut entièrement détruite.

Zenek Moskowicz, jeune garçon du ghetto

Retour sur une image du ghetto

Enfants du ghetto au croisement des rues Żelazna et Leszno (Cliquer pour agrandir)
Enfants du ghetto au croisement des rues Żelazna et Leszno . Photo Google Maps et ZIH (Cliquer pour agrandir).
Une photo emblématique du ghetto de Varsovie, extraite d'un film tourné à l'époque et montrant des enfants et adolescents arrêtés à la porte du ghetto qui était située au croisement des rues Żelazna et Leszno (actuelle avenue Solidarność). Les enfants sont obligés sous la contrainte des soldats allemands (visibles sur la vidéo originale) de déposer les légumes qu'ils avaient cachés sous leurs vêtements afin d'apporter quelques provisions pour leur famille enfermées dans le ghetto. Sur la photo sont visibles un policier polonais sur la gauche et un soldat allemand sur la droite. Les portes des ghettos étaient gardées par des soldats et des gendarmes allemands, des policiers polonais et des membres de la police juive. Souvent, grâce à leur petite taille et leur agilité, nombre d'enfants se sont faufilés à travers des ouvertures pratiquées dans le mur du ghetto afin de partir à la recherche de quelque nourriture pour leur famille, du côté de la zone aryenne et beaucoup d'entre-eux furent arrêtés. D'autres qui eurent moins de chance furent blessés ou tués. Sur une autre photo (ci-dessous) prise ce même jour, on distingue 2 adolescents, 2 garçons et une fille. L'adolescent situé à gauche a été identifié et s'appelle Zenek Moskowicz.
Zenek Moskowicz dans le ghetto de Varsovie
Zenek Moskowicz  (ici à gauche) à une des entrées du ghetto de la rue Leszno. Photo Yad Vashem
Zenek (Moskowicz) Maor est né en 1923 à Włocławek, il était le fils de Yaakov et Lea, propriétaires d'une fabrique de papier qui fut confisquée par les allemands au début de la guerre. La famille se rendit à Varsovie en janvier 1940 pour fuir les persécutions des allemands de Włocławek. Zenek avait alors 16 ans, il était déjà un membre du Hachomer Hatzaïr depuis plusieurs années. Lorsque le ghetto fut bouclé en 1940, Zenek travailla dans une laverie pour les allemands et dans d'autres brigades de travail dans le ghetto et à l'extérieur (comme à l'aérodrome d'Okęcie). Il fut par la suite dirigé vers un camp de travail situé à Września, une ville située à l'est de Poznań. De là, il fut redirigé, avec son frère Henryk (Heniek), vers d'autres camps puis vers le camp établi dans la mine de charbon de Janina et qui dépendait du complexe concentrationnaire d'Auschwitz où il travailla dans des conditions extrêmement rudes à 300 mètres sous terre.
Zenek Moskowicz lors d'une sélection
Zenek Moskowicz à gauche (devant le soldat) lors d'une sélection. Photo Yad Vashem (Cliquer pour agrandir)
Équipés de lampes à acétylène, les prisonniers n'avaient pas la possibilité d'utiliser des allumettes ou des briquets et travaillaient constamment dans la pénombre. Zenek mis au point une technique permettant d'allumer les lampes à l'aide de fils électriques connectés sur une sonnette d'alarme. Accusé de sabotage et condamné à mort, le commandant du camp n'exécuta pas la sentence, ayant compris que Zenek voulait simplement modifier le système d'allumage de la lampe. Zenek participa à la marche de la mort de janvier 1945. Son frère s'échappa du groupe qui fut la cible de tirs des soldats allemands. Zenek fut libéré avec l'avancée de l'armée rouge. Convaincu de la mort de son frère, il se rendit à Włocławek où aucun membre de sa famille ne réapparut. Il retrouva plus tard son frère en Bavière qui émigra par la suite aux Etats-Unis. Zenek émigra pour sa part en Palestine. Plus tard en Israël, il changea son nom de Zenek Moskowicz en Zenek Maor. Il se rendit en Pologne en 1982, dans la mine où il avait travaillé durant la guerre et constata que les mineurs utilisaient toujours le même modèle de lampe. Il en ramena une pour la collection de Yad Vashem. Zenek Maor mourut en 2009.
Zenek Maor en 2007
Zenek Maor à gauche sur la photo en 2007. Photo (www.senatspressestelle.bremen.de)

Porte du ghetto de la rue Leszno

Sur la photo montage au début de l'article, en arrière plan de l'image en noir et blanc, l'immeuble du 93 Żelazna/79 Leszno, en ruines mais encore debout à la fin de la guerre. A la droite sur la photo récente, l'immeuble 81 Leszno où une partie de ses habitants étaient juifs. Ces deux immeubles situés à cet endroit furent intégrés dans le grand ghetto pour la période allant de novembre 1940 à probablement avril 1941.
Immeuble Leszno 81
Immeuble Leszno 81 ( Source Referat Gabarytów, ville de Varsovie)
Liste des abonnés du téléphone du 81 Leszno pour la période 1938-1939: Ajlenberg M. atelier de gravure, Borenstein Ajzyk, Kahane Sjoma, Kasztelańska B., Korabielnik Stella et Michał, Rotlewki J., Rozenblum Ruchla, épicerie fine, Schor M., professeur de collège, Szefner Boruch, journaliste, Wolteger Henryk, avocat, Ecoles publiques communales n°86 et 109. Dans cet immeuble édifié au début du XXème siècle et qui appartenait à Herman Sieraczki se trouvaient également les bureaux de la fabrique de chapeaux "Eleganto". Seule la façade est de cet immeuble survécut au temps. L'immeuble, inhabité depuis plusieurs années, a été démoli en 2014. Ci-dessous, la vue d'avant guerre de l'endroit où se trouvait la porte du ghetto et cette photo des enfants du ghetto:
Immeubles Leszno 79 et 81
Immeubles Leszno 79 à gauche et 81 à droite. La rue Żelazna est située à gauche. Voir la vue actuelle ( Source Referat Gabarytów, ville de Varsovie)