Zenek Moskowicz, jeune garçon du ghetto

Retour sur une image du ghetto

Enfants du ghetto au croisement des rues Żelazna et Leszno (Cliquer pour agrandir)
Enfants du ghetto au croisement des rues Żelazna et Leszno . Photo Google Maps et ZIH (Cliquer pour agrandir).
Une photo emblématique du ghetto de Varsovie, extraite d'un film tourné à l'époque et montrant des enfants et adolescents arrêtés à la porte du ghetto qui était située au croisement des rues Żelazna et Leszno (actuelle avenue Solidarność). Les enfants sont obligés sous la contrainte des soldats allemands (visibles sur la vidéo originale) de déposer les légumes qu'ils avaient cachés sous leurs vêtements afin d'apporter quelques provisions pour leur famille enfermées dans le ghetto. Sur la photo sont visibles un policier polonais sur la gauche et un soldat allemand sur la droite. Les portes des ghettos étaient gardées par des soldats et des gendarmes allemands, des policiers polonais et des membres de la police juive. Souvent, grâce à leur petite taille et leur agilité, nombre d'enfants se sont faufilés à travers des ouvertures pratiquées dans le mur du ghetto afin de partir à la recherche de quelque nourriture pour leur famille, du côté de la zone aryenne et beaucoup d'entre-eux furent arrêtés. D'autres qui eurent moins de chance furent blessés ou tués. Sur une autre photo (ci-dessous) prise ce même jour, on distingue 2 adolescents, 2 garçons et une fille. L'adolescent situé à gauche a été identifié et s'appelle Zenek Moskowicz.
Zenek Moskowicz dans le ghetto de Varsovie
Zenek Moskowicz  (ici à gauche) à une des entrées du ghetto de la rue Leszno. Photo Yad Vashem
Zenek (Moskowicz) Maor est né en 1923 à Włocławek, il était le fils de Yaakov et Lea, propriétaires d'une fabrique de papier qui fut confisquée par les allemands au début de la guerre. La famille se rendit à Varsovie en janvier 1940 pour fuir les persécutions des allemands de Włocławek. Zenek avait alors 16 ans, il était déjà un membre du Hachomer Hatzaïr depuis plusieurs années. Lorsque le ghetto fut bouclé en 1940, Zenek travailla dans une laverie pour les allemands et dans d'autres brigades de travail dans le ghetto et à l'extérieur (comme à l'aérodrome d'Okęcie). Il fut par la suite dirigé vers un camp de travail situé à Września, une ville située à l'est de Poznań. De là, il fut redirigé, avec son frère Henryk (Heniek), vers d'autres camps puis vers le camp établi dans la mine de charbon de Janina et qui dépendait du complexe concentrationnaire d'Auschwitz où il travailla dans des conditions extrêmement rudes à 300 mètres sous terre.
Zenek Moskowicz lors d'une sélection
Zenek Moskowicz à gauche (devant le soldat) lors d'une sélection. Photo Yad Vashem (Cliquer pour agrandir)
Équipés de lampes à acétylène, les prisonniers n'avaient pas la possibilité d'utiliser des allumettes ou des briquets et travaillaient constamment dans la pénombre. Zenek mis au point une technique permettant d'allumer les lampes à l'aide de fils électriques connectés sur une sonnette d'alarme. Accusé de sabotage et condamné à mort, le commandant du camp n'exécuta pas la sentence, ayant compris que Zenek voulait simplement modifier le système d'allumage de la lampe. Zenek participa à la marche de la mort de janvier 1945. Son frère s'échappa du groupe qui fut la cible de tirs des soldats allemands. Zenek fut libéré avec l'avancée de l'armée rouge. Convaincu de la mort de son frère, il se rendit à Włocławek où aucun membre de sa famille ne réapparut. Il retrouva plus tard son frère en Bavière qui émigra par la suite aux Etats-Unis. Zenek émigra pour sa part en Palestine. Plus tard en Israël, il changea son nom de Zenek Moskowicz en Zenek Maor. Il se rendit en Pologne en 1982, dans la mine où il avait travaillé durant la guerre et constata que les mineurs utilisaient toujours le même modèle de lampe. Il en ramena une pour la collection de Yad Vashem. Zenek Maor mourut en 2009.
Zenek Maor en 2007
Zenek Maor à gauche sur la photo en 2007. Photo (www.senatspressestelle.bremen.de)

Porte du ghetto de la rue Leszno

Sur la photo montage au début de l'article, en arrière plan de l'image en noir et blanc, l'immeuble du 93 Żelazna/79 Leszno, en ruines mais encore debout à la fin de la guerre. A la droite sur la photo récente, l'immeuble 81 Leszno où une partie de ses habitants étaient juifs. Ces deux immeubles situés à cet endroit furent intégrés dans le grand ghetto pour la période allant de novembre 1940 à probablement avril 1941.
Immeuble Leszno 81
Immeuble Leszno 81 ( Source Referat Gabarytów, ville de Varsovie)
Liste des abonnés du téléphone du 81 Leszno pour la période 1938-1939: Ajlenberg M. atelier de gravure, Borenstein Ajzyk, Kahane Sjoma, Kasztelańska B., Korabielnik Stella et Michał, Rotlewki J., Rozenblum Ruchla, épicerie fine, Schor M., professeur de collège, Szefner Boruch, journaliste, Wolteger Henryk, avocat, Ecoles publiques communales n°86 et 109. Dans cet immeuble édifié au début du XXème siècle et qui appartenait à Herman Sieraczki se trouvaient également les bureaux de la fabrique de chapeaux "Eleganto". Seule la façade est de cet immeuble survécut au temps. L'immeuble, inhabité depuis plusieurs années, a été démoli en 2014. Ci-dessous, la vue d'avant guerre de l'endroit où se trouvait la porte du ghetto et cette photo des enfants du ghetto:
Immeubles Leszno 79 et 81
Immeubles Leszno 79 à gauche et 81 à droite. La rue Żelazna est située à gauche. Voir la vue actuelle ( Source Referat Gabarytów, ville de Varsovie)