Warszawa 1935

Un film événement très attendu en Pologne.

Il s'agit d'une reconstitution animée 3D en images de synthèse d'une exceptionnelle qualité sur le thème de la Varsovie d'avant-guerre.
Warszawa 1935 - Animation 3D sur la Varsovie d'avant guerre © Studio Newborn
Warszawa 1935 - Animation 3D sur la Varsovie d'avant guerre © Studio Newborn

Un impressionnant travail de précision historique a été mené par Tomasz Gomoła et l'équipe du Studio Newborn. Les amoureux et curieux qui, comme moi, ont découvert l'histoire de la capitale détruite durant la deuxième guerre mondiale, à travers récits, photos et cartes postales anciennes, seront enthousiasmés par le réalisme de ce film.
L'animation s'ouvre sur des vues du centre ville autour de l'avenue Marszałkowska et de la gare Wiedeński. Une automotrice fait son entrée en gare, il fait encore nuit et une légère brume recouvre les rues de la capitale. Les lampadaires diffusent une lumière blafarde sur les façades des immeubles de style de la belle avenue d'antan. Un détour dans les environs du Philharmonique, puis par la place Napoléon et un envol autour du Prudential, le premier gratte-ciel de la capitale, nous fait découvrir une vue aérienne splendide. Et c'est ainsi que nous déambulons dans les rues de la capitale au petit matin puis dans la journée sous une lumière qui habille de manière spectaculaire l'animation du centre ville de Varsovie, avec ses voitures anciennes, ses bus et ses calèches qui déambulent autour des tramways rouges. Ainsi se déroule la première partie de ce film.
Après cette mise en bouche du plus bel effet, je me prépare à découvrir d'autres lieux emblématiques de la capitale.
Warszawa 1935 - La Varsovie d'avant guerre. Avenue Marszałkowska © Studio Newborn
Warszawa 1935 - La Varsovie d'avant guerre. Avenue Marszałkowska © Studio Newborn
La seconde partie s’annonce un peu décousue, je cherche le fil conducteur. De la place Dąbrowski on se retrouve à la place Tłomackie avec un grand bâtiment que les non connaisseurs auront du mal à identifier dans un premier temps si ce n'est par l'un des chandelier à cinq branches qui ornaient l'entrée de la grande synagogue. De là, je m'attends à remonter vers le nord, à arriver devant l'arsenal, j'espère découvrir l'imposant immeuble du passage Simons puis remonter la rue Nalewki, le cœur de la Varsovie juive qui concentrait la plus forte animation de la capitale... Non. La caméra revient au milieu du jardin de Saxe et se faufile entre les arbres, j'aperçois au loin des colonnes du palais de Saxe ... Un jeu d'ombres révèle devant mes yeux les colonnes du palais, et... on repart... Comment ça on repart ? Et le palais de Saxe ?
Une vue aérienne se dessine, je reconnais la diagonale caractéristique de la rue Twarda aujourd'hui amputée par l'axe nord-sud Jean-Paul II. Encore un saut d'hirondelle un peu plus au nord qui nous amène au dessus de l'église Karol Boromeusz au bout de la rue Chłodna, d'où nous nous envolons vers l'est, un peu trop en altitude, au dessus de la caserne des pompiers, des halles Mirowski, de la halle marchande Gościnny Dwór, de la place Żelazna brama... La promenade aurait été tellement plus belle vue de la route avec la configuration disparue devant les halles Mirowski, le palais Lubomirski dans sa position initiale, l'étonnante halle de la rue Rynkowa et tout ce quartier disparu... Et le film termine avec une promenade en statique. L'avenue s'est figée, seule la caméra zigzague entre les tramways fixes, parmi des gens, des voitures, des bus.
J'aurai tellement aimé retrouver la place Grybowski, emprunter la rue Próźna et déboucher à Marszałkowska et aussi beaucoup d'autres lieux emblématiques disparus. Si je me retrouve facilement au gré de la topologie de la Varsovie d'avant-guerre que j'ai appris à assimiler avec les plans d'autrefois et les vieilles cartes postales, je pense que les voyageurs varsoviens d'un instant seront un peu perdus, déboussolés, tant bien même quelques indications écrites seront présentées à l'écran. Par moments, il manque des vues en transparence entre les images d'antan et celles d'aujourd'hui, il manque un guide, il manque une mise en scène dans le voyage.
A l'issue du visionnage de ce film, une curieuse impression s'empare de moi, la même que je peux avoir lorsque je suis plongé dans un rêve et que la sonnerie brutale du réveil vient me surprendre. Pourquoi un si impressionnant travail de 3 années de reconstitution historique de grande qualité artistique et technique, pour un film qui ne dure que 20 minutes ? Avec Warszawa 1935, j'ai été transporté dans une ville magnifique, insoupçonnée, mais je reste sur ma faim. J'attends donc, j'espère donc une version 2D nettement plus longue et qui saura me prendre par la main pour déambuler à travers tous ces coins de ville reconstitués mais que je n'ai vus que de trop loin et de trop haut.
Autant avec les dix premières minutes j'ai été subjugué, avec les dix suivantes j'ai l'impression d'avoir vu la bande annonce du prochain film.
Tout de même un grand bravo à l'équipe pour cette magnifique réalisation.
Alors ? A quand la suite ?
» Aller sur le site Web de Warszawa 1935