Présentation du camp de concentration de Płaszów

Płaszów  
Małopolskie – (Voïvodie de Petite Pologne) 
Adresse: ul. Abrahama 
 Latitude:  50° 1’45.20″N – Longitude:  19°57’40.63″E
Histoire:
Le camp de Płaszów a été établi au sud de la ville de Cracovie qui était au moment de la guerre le centre de commandement du gouvernement général dirigé par Hans Frank depuis le château de Wawel. Il a été crée au sud du quartier de Podgórze qui fut en partie utilisé comme ghetto pour les juifs de Cracovie et de sa région. Au départ établi comme camp de travail (Arbeitslager), il a été édifié sur des terrains où existait notamment deux cimetières juifs mitoyens, l’un donnant sur la rue Jerozolimska et l’autre sur la rue Abraham.
Le camp fut alimenté dès 1942 avec la population juive du ghetto voisin de Cracovie qui n’avait pas été sélectionnée pour la déportation vers le camp d’Auschwitz.
Le premier commandant du camp a été Horst Pilarzi qui fut remplacé par Franz Müller. L’emblématique commandant du camp, un officier SS d’origine autrichienne, Amon Göth1 (Goeth) prit ses fonctions en février 1943 après avoir dirigé les aktions de liquidation du ghetto de Cracovie où il prit directement part dans l’assassinat de nombreux juifs. Le camp était encadré par 600 allemands de la division SS Totenkopverbände. Amon Göth était également secondé par plusieurs femmes du corps des SS dont Alice Orlowski2 connue pour sa cruauté perverse envers les prisonnières.
La main d’œuvre du camp était louée à des entreprises qui œuvraient pour l’effort de guerre nazi ainsi que pour l’exploitation d’une carrière.

Le camp de Płaszów était divisé en plusieurs sections dont celle des SS, les ateliers et les entrepôts et le camp qui avait été aménagé pour loger la main d’œuvre juive. Il était ceint d’une double clôture électrifiée longue de 4 kilomètres encadré par 13 miradors. L’entrée principale se trouvait rue Jerozolimska. L’architecte juive Diana Reiter fut employée pour la construction du camp et exécutée conformément aux ordres d’Amon Göth suite à l’écroulement d’une baraque. En juillet 1943, un camp de rééducation fut également établi à proximité pour les polonais où furent également internées des familles tziganes. Des prisonniers de droit commun allemands ont également été internés à Płaszów.
La population de prisonniers atteint plus de 20 000 personnes avec l’arrivée de juifs en provenance de Hongrie au printemps 1944. Plusieurs milliers de juifs ont été assassinés dans le camp et la majorité déportés vers le camp d’Auschwitz.
La journée de travail était continue et découpée en 2 équipes qui travaillaient 12 heures par jour. Les rations journalières pour un prisonnier était de 200 grammes de pain, 150 grammes de fromage, 300 grammes d’un ersatz de café et de soupe et distribuées chaque semaine.

L’industriel allemand Oskar Schindler (1908-1974) qui avait établi une fabrique d’émail à Cracovie non loin du camp mena de longs arrangements avec le commandant du camp Amon Göth afin d’employer la main d’œuvre juive, soit plus de 900 personnes qu’il soutira par la suite d’un destin tragique.
Avec l’arrivée de l’Armée Rouge, le camp fut démantelé et les prisonniers transférés vers d’autres camps en Allemagne et en Autriche ou déportés vers le camp d’extermination de Birkenau. Les nazis tentèrent de masquer les crimes commis en ouvrant les fosses communes et en incinérant les corps. Un jour avant la libération de Cracovie, 178 femmes et 2 enfants furent envoyés à Auschwitz.

Mięczysław Pemper (1920-2011), de son diminutif Mietek, juif d’origine polonaise originaire de Cracovie, fut interné au camp de Płaszów en 1943 et se retrouva sous les ordres de Amon Göth. De cette façon il fit la connaissance de Oskar Schindler. C’est lui qui rédigea la fameuse liste de Schindler. Alors qu’il vivait en Allemagne depuis 1958, il ne révéla cette épisode de sa vie qu’en 1993 lors de la sortie du film de Steven Spielberg. Il participa comme témoin au procès de Amon Göth en 1946 à Cracovie.

1 : Amon Göth rejoignit le parti nazi dès l’adolescence. Il fut envoyé à Cracovie sous les ordres d’Odilo Globocnik en août 1942 et fut nommé en février 1943 à la construction et au commandement du camp de Płaszów. Il dirigea également la liquidation du ghetto de Tarnów et du camp de Szebnie en Basses-Carpathes. Il fut relevé de ses fonctions en septembre 1944 pour détournement de biens juifs et enrichissement personnel par la section économique de la SS mais ne put être jugé du fait de l’évolution de la guerre. Transféré en Allemagne à Bad Tölz, les médecins diagnostiquèrent des troubles mentaux. Il fut arrêté par les américains en mai 1945. Jugé à Cracovie en 1946 il fut exécuté par pendaison.
Amon Göth fit preuve d’une extrême cruauté lors tout au long de ses affectations et on lui impute la mort directe de plus de 500 juifs au camp de Płaszów. Son personnage a été mis en scène par Steven Spielberg dans la Liste de Schindler à travers l’acteur Ralph Fiennes.

2 : Alice Orlowski, haut gradée SS de nationalité allemande suivi un entrainement au camp de Ravensbrück puis fut nommée au camp de Majdanek près de Lublin. Elle fit preuve d’une brutalité extrême durant ses affectations. Durant la marche de la mort à laquelle elle participa entre Auschwitz et Loslau (Wodzisław Śląski en Silésie) elle fit preuve d’une étonnante humanité envers les prisonniers certainement sentant la fin de la guerre arriver et l’angoisse d’être jugée et condamnée pour ses actes. Elle fut capturée par l’Armée Rouge et extradée vers la Pologne où elle fut jugée lors du procès d’Auschwitz en 1947. Elle fut condamnée à perpétuité puis libérée en 1957. En 1975, elle fut de nouveau jugée en Allemagne lors du troisième procès de Majdanek et mouru lors de ce procès en 1976.

Année de la visite: 2004-2011
Remarques:
Un grand monument rappelle la présence du camp. Depuis la guerre, aucune construction n’a été menée sur toute l’ancienne surface du camp. Il ne reste plus aucune trace du camp qui a été démantelé par les allemands avant l’arrivée des russes. La villa où résidait Amon Göth est toujours visible. Seules quelques traces de l’ancien cimetière juif sont encore visibles.
Dès le 10 septembre 1939, le terrain de Płaszów fut déjà utilisé comme lieu d’exécution de citoyens polonais.

En 2006, le cinéaste James Moll a filmé le documentaire Inheritance (Mon père cet assassin) qui retrace la rencontre entre Monika Hertwig, la fille de Amon Göth (qu’elle n’a pas connu), et Helen Jonaz-Rosenweig (Helena) la servante juive du commandant Amon Göth sur les lieux même du camp et de la villa à Płaszów en bordure du camp où il logeait avec sa maitresse. Helen a été sauvée par Oskar Schindler.

Stella Müller-Madej qui a retracé son expérience du ghetto de Cracovie dans son témoignage Le livre de Stella a été internée au camp de Płaszów puis à l’usine de Brunnlitz de Schindler en Tchécoslovaquie dont elle nous restitue un témoignage fort (Voir dans la rubrique Livres).

Dans son film La liste de Schindler, Steven Spielberg a procédé à une impressionnante reconstitution du Camp de Płaszów ainsi que de la villa de Amon Goeth, non loin du camp original. Cette reconstitution a été réalisée sur le site de l’une des deux carrières où travaillaient les prisonniers pendant la guerre. Sur la carte Google Maps présentée plus bas, il est possible d’apercevoir l’une des routes réalisée avec les tombes juives et qui traversait le camp, comme dans le vrai camp (Visibilité en fonction des mises à jour aériennes effectuées par Google).

Autre lien à découvrir pour le site de Płaszów :
  Cimetière

Positionner la figurine sur la carte ci-dessous afin de visualiser en mode Street View.
Visiter le site Web de la ville de Płaszów