Présentation du quartier juif de la place Grzybowski

Warszawa (Nom allemand: Warschau)
Mazowieckie – (Voïvodie de Mazovie)
Adresse: Plac Grzybowski
Latitude: 52°14’9.68″N – Longitude: 21° 0’12.60″E

La place Grzybowski est aujourd’hui très connue à Varsovie, car c’est là que se déroule chaque année le Festival Singer de la Culture Juive en été. C’est également sur cette place que l’on trouve le Théâtre juif et à cent mètres de là, la synagogue Nożyk et le siège de la communauté juive de Varsovie. La place Grzybowski et ses environs formaient avant la guerre un quartier juif très vivant, au sud du grand quartier juif de Varsovie de Muranów que l’on appelait également le Quartier nord ou Nalewki du nom de l’une de ses artères principales.

Du village de Grzybów à la place Grzybowski

En 1650, le gouverneur de district de Varsovie Jan Grzybowski fonda à cet endroit un petit village auquel il donna le nom de Grzybów. Le lieu se trouvait à la croisée des chemins menant au sud vers le château Ujazdowski, au sud-ouest vers le village et la campagne de Służewiec et au nord vers la vieille ville de Varsovie. A ce croisement on créa une place qui servit de place de marché et ce jusqu’au début du XXème siècle. A l’origine, un projet d’aménagement de la place avait été conçu par l’architecte italien Giovanni Battista Gisleni mais il fut abandonné suite à l’invasion suédoise de 1655.
Vers la fin du XVIIème siècle, plusieurs demeures furent édifiées autour de la place dont le manoir Gutakowski qui était situé côté sud. Il s’agissait alors de l’une des plus vieilles places de Varsovie sur laquelle se déroulait 2 marchés hebdomadaires et 3 foires annuelles. On y pratiquait le commerce des bovins, du grain et de la bière, on dénombrait pas moins d’une dizaine de brasseries et 2 moulins dans les environs. Ce marché devint l’un des plus réputés autour de Varsovie.

Suite à leur expulsion de la vieille ville en 1527, les juifs s’étaient installés autour de Varsovie dans des villages qui devinrent plus tard des quartiers de la ville comme Muranów, Powązki, Leszno et donc à Grzybów. Ils étaient seulement autorisés à se rendre en ville lors des jours de marché.

Le bâtiment de la mairie comprenant un étage et surmonté d’un clocher fut édifiée en 1786 au milieu de la place d’après un projet de Karol Bogumił Schütz. Une statue représentant un aigle surmontait l’édifice. Durant l’insurrection de Tadeusz Kościuszko menée en 1794, on y stocka des armes.
Après la liquidation de la juridiction de Grzybów vers la fin du XVIIIème siècle lorsque le village fut intégré à la ville de Varsovie, le bâtiment cessa de fonctionner et fut vendu aux enchères en 1820. Il fut ensuite démoli en 1830 afin de libérer de l’espace sur la place qui devint alors entièrement dédiée aux activité du marché et où débordèrent également les activités de vente d’objets en métal de toutes sortes du nouveau bazar Pociejów de la rue Bagno.
La place Grzybowski devint le point de rencontre entre les classes ouvrières de la partie ouest de la ville avec les populations aisées des environs de Marszałkowska et du centre ville.
Durant la première moitié du XIXème siècle, on commença à construite des maisons de style néoclassiques autour de la place en remplacement des maisons en bois.

L’église de Tous les Saints (Wszystkich Świętych) fut édifiée entre 1861 et 1883 dans un style néo-renaissance d’après un projet de l’architecte Enrico Marconi sur des terrains de l’ancien manoir Gutakowski. Seule une dépendance de ce manoir située côté est de l’église survécu jusqu’à la dernière guerre mondiale.
L’imposant édifice, l’une les plus grandes églises de la ville, fut édifié durant trois phases qui s’étalèrent durant 22 ans. La physionomie de la place en fut complètement transformée.

Le développement du quartier juif

Il régnait dans le quartier une intense activité pas seulement autour du marché dont les étals étaient tenus très majoritairement par des juifs, mais aussi dans les rue avoisinantes où l’on trouvait de nombreux entrepôts, ateliers, boutiques et magasins ainsi que des quincailleries comme dans la rue Próźna et surtout la rue Bagno où se trouvait depuis la première moitié du XIXème siècle le grand marché Pociejów qui s’apparentait plus à un grand bazar et qui était animé essentiellement par des marchands juifs où l’on vendait de tout, essentiellement des objets de récupération, des meubles et tout ce qui pouvait tourner autour du métal.

La place Grzybowski au XVIIIème siècle avec la mairie au premier plan et le manoir Gutakowski en arrière plan.
La place Grzybowski au XVIIIème siècle avec la mairie au premier plan et le manoir Gutakowski en arrière plan.
La place Grzybowski en 1808
La place Grzybowski en 1808
L'église de Tous les Saints après la première phase de construction. Le petit bâtiment sur la gauche est  une dépendance de l'ancien manoir Gutakowski - Cliquer pour agrandir
L'église de Tous les Saints après la première phase de construction. Le petit bâtiment sur la gauche est une dépendance de l'ancien manoir Gutakowski – Cliquer pour agrandir
Au cours de la première moitié du XIXème siècle, on construisit de nouveaux immeubles d’un ou deux niveaux autour de la place, notamment l’immeuble Brenkina qui fut édifié en 1822 d’après un projet de l’architecte Fryderyk Albert Lessel et qui est toujours visible aujourd’hui coté ouest. Puis durant la seconde moitié du XIXème siècle jusqu’avant la première guerre mondiale, la physionomie architecturale de la place s’embellit avec la construction de nouveaux grands immeubles. La rue Próźna fut percée en 1879 et ouvrit un accès de la place Grzybowski vers l’avenue Marszałkowska. Au numéro 9 de la rue Próźna à l’angle de la place, Zalman Nożyk, le fondateur avec sa femme Rywka de la synagogue Nożyków et Naftali Perlman firent édifier en 1882 un bel immeuble de style néo-renaissance. En face, au numéro 14, un grand immeuble de style appartenant à Majer Wolanowski dont l’une des façades principales donnait sur la place fut édifié en 1899.
En 1911, au numéro 7 de la place fut bâti à côté de l’église de Tous les Saints un majestueux immeuble de style Art Nouveau. Ouvrirent là 3 quincailleries ainsi que l’atelier photographique de Abram Dębiner. Au numéro 1 de la place se trouvaient une fabrique d’objets métalliques et l’auberge Kielicki, au numéro 2 une fabrique de colle, au numéro 4 l’atelier d’ébénisterie de Ludwik Reink, au numéro 8 la papeterie de Daniel Finkelkraut, au numéro 10 on trouvait 6 boutiques d’articles en métal, la papeterie de Rosenbaum, l’épicerie des frères Flaum et la fabrique d’eau gazeuse de Majer Krotsztejn. Au numéro 12 se trouvaient la manufacture de porcelaine Wąchockier, les chambres d’hébergement de Aron Zakon, les accessoires de salles de bain de Ludwik Kwiatkowski et le Mikveh de Mośka Seidengarten*. Avant la première guerre mondiale, de nombreuses autres activités commerciales avaient été créées autour de la place Grzybowski comme les magasins de meubles Hertsberg, Augenblicht, Łaski et Lombard, la manufacture de galvanisation Teitelbaum et la fabrique de métal Rosenberg, les sociétés d’expéditions Baumber, Mayzl et Rosen, la bijouterie Ryftin, l’hôtel «Poznańki» au numéro 16, etc. Le secteur était à cette époque essentiellement habité par des juifs orthodoxes mais aussi par des juifs assimilés.
(*) Sources : Ulica Próźna i dzielnica żydowska w Warszawie publié par le Centre culturel autrichien de Varsovie et les Archives publiques de Varsovie.
La place Grzybowski au début du XXème siècle. A droite l'immeuble 6 place Grzybowski/14 rue Próźna - Cliquer pour agrandir
La place Grzybowski au début du XXème siècle. A droite l’immeuble 6 place Grzybowski/14 rue Próźna – Cliquer pour agrandir
Lors des événements de l’insurrection de 1863 menée contre le pouvoir russe, les troupes tsaristes exécutèrent en octobre 1863 des insurgés sur la place Grzybowski.
La place devint également un lieu de manifestation où se réunissaient des manifestants comme ceux de 1904 suite à l’appel lancé par le comité du Bund de Varsovie en signe de protestation contre la répression des travailleurs juifs de Białystok. Un événement tragique se produisit le 13 novembre 1904 sur la place Grzybowski. Une manifestation organisée par Stefan Okrzeja en signe de protestation contre une menace de mobilisation annoncée par les autorités russes dans le contexte de la guerre russo-japonaise fut matée dans le sang par les troupes tsaristes qui ouvrirent le feu.
En 1908, le tramway électrique fit son apparition place Grzybowski en remplacement du tramway hippomobile apparu dès 1880 et l’électricité alimenta les maisons du quartier. A cette époque, on procéda à d’importants travaux d’adducction d’eau autour de la place.
L’activité commerciale, diminua avec la liquidation du bazar Pociejów de la rue Bagno après la première guerre mondiale, cependant, durant l’entre-deux guerres, le centre de la place resta animé autour d’échoppes et étals où on vendait aussi de nombreux articles en métal.

La disparition du quartier juif

Durant la guerre, plusieurs immeubles furent détruits au cours des bombardements allemands de 1939. L’année suivante, dès janvier 1940 un contrôle fut mis en place pour l’accès vers la place Grzybowski puis la place et toutes les rues avoisinantes furent intégrées dès novembre 1940 dans la partie sud du ghetto de Varsovie appelée le petit ghetto. Les polonais qui habitaient le quartier reçurent l’ordre de quitter leur logement pour s’installer en dehors du ghetto. Quelques mois auparavant, durant le printemps 1940, des éléments extérieurs organisèrent un pogrom dans le quartier juif qui fut réprimé le troisième jour par la milice du Bund sur la place Grzybowski. Ce fut là la première action armée de résistance juive menée durant l’occupation.
Le mur du ghetto barrait l’entrée de la place du côté nord, rue Graniczna. Les prêtres de l’église de Tous les Saints purent rester sur place. Lors de l’un des nombreux redécoupages du ghetto dont celui intervenu en mars 1941, la partie est de la place Grzybowski et de la rue Bagno fut exclue du périmètre du ghetto. Lorsque le petit ghetto fut liquidé, sa population juive fut soit déplacée vers le grand ghetto situé au nord, soit déportée vers le camp d’extermination de Treblinka. Les prêtres de l’église reçurent l’ordre de quitter le secteur. Durant l’insurrection de 1944, de violents combats eurent lieu entre les insurgés et les troupes allemandes dans tout le quartier, notamment sur la place Grzybowski et dans la rue Próźna. Le 10 août 1944, l’église de Tous les Saints fut bombardée à trois reprises et en partie détruite. Le bataillon Kiliński de l’Armia Krajowa pris ses quartiers au numéro 6 de la place Grzybowski (14 rue Próźna) qui fut le théâtre de durs combats. Tous les immeubles furent plus ou moins endommagés et de nombreux furent détruits autour de la place Grzyboswki et le long de la rue Twarda.
Topologie de la place Grzybowski durant la première moitié du XXème siècle et le tracé du ghetto - Cliquer pour agrandir
Topologie de la place Grzybowski durant la première moitié du XXème siècle et le tracé du ghetto – Cliquer pour agrandir
Après la guerre, les immeubles encore debout ou moyennement endommagés furent reconstruits. Le projet de réaménagement du quartier pris forme dès le début des années 1960 et avec l’urbanisation menée dès les années 1970 ajoutée aux destruction de la guerre, le quartier et la place Grzybowski perdirent toute leur physionomie d’antan. La ligne de tramway ne fut pas reconstruite.

Aux numéros 6 et 12 de la place a été édifié entre 1966 et 1967 l’immeuble Esther Rachel Kamińska qui abrite le théâtre juif et la fondation Shalom dirigés par Gołda Tencer, ainsi que le siège de l’association culturelle juive de Pologne.
En 2009-2011, on procéda au réaménagement de la place Grzybowski.
Depuis 2003 se déroule chaque été le festival Singer de la Culture Juive qui débute avec la célébration du Shabbat sur la place.


Découvrir le grand bazar juif Pociejów de la rue Bagno.
Découvrir la rue Próźna
Localiser la place Grzybowski sur la carte du ghetto de Varsovie.