Présentation du quartier juif de Kazimierz

Kraków (Nom allemand: Krakau) (Nom yiddish: Kroke)  
Małopolskie – (Voïvodie de Petite Pologne) 
Adresse: ul. Szeroka 
 Latitude:  50° 3’7.75″N – Longitude:  19°56’53.94″E
Histoire:
La première communauté juive identifiée à Cracovie remonte à 1304, mais la présence de juifs est bien antérieure. En effet, la plus ancienne mention de Cracovie a été faite par un marchand voyageur juif andalou originaire du Califat de Cordoba (Courdoue), Ibrahim Ibn Jakub, qui vint jusqu’à Cracovie en 965 en passant par Prague alors qu’il se dirigeait plus à l’est vers Kiev.
La présence juive en Pologne remonte donc à une période très ancienne qui coïncide avec l’allégeance des souverains polonais au Pape et leur conversion au christianisme sous le règne de Mieszko 1er, premier Duc de Pologne de la dynastie Piast. Leur présence est attestée dans l’ancienne capitale de Gniezno dans des documents datant du XIème siècle et la première communauté se serait établie en 1085 dans la ville de Przemyśl dans le sud est de la Pologne, en Galicie.

Jusqu’au début du XIVème siècle, des communautés juives arrivèrent en Pologne afin de fuir les exactions qu’elles subissaient dans les royaumes de l’ouest notamment depuis la première Croisade. Durant cette première période, les juifs participèrent déjà de manière active au développement économique et commercial du pays. En 1264, les juifs résidents en Pologne peuvent se déplacer et travailler librement selon les termes de la charte de Kalisz édictée dès 1264.
Cependant, c’est sous le règne de Casimir III dit Casimir le Grand (Kazimierz Wielki) que les juifs acquirent de nombreux privilèges et libertés dans l’une des plus grandes périodes de prospérité et de tolérance pour leurs communautés. La légende veut que le roi Kazimierz tomba éperdument amoureux de la belle juive Esther à Kazimierz Dolny, l’une de ses résidences royales dans la région de Lublin, et que sa bienveillance envers les juifs soit née lors cette période. Toujours est-il que durant le XIVème siècle, les communautés juives se développèrent en Pologne avec l’afflux de juifs fuyant les persécutions de l’ouest et en Allemagne. Nombre d’entre-elles s’établirent dans le jeune royaume de Pologne qui devient alors un havre de paix, notamment après l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492. Si certains juifs s’établirent autour d’activités agricoles, la très grande majorité développa de nombreuses activités autour du commerce et de l’artisanat.

Les premières communautés juives s’installèrent dans la ville même de Cracovie où un cimetière juif fut établi du côté de la porte Szewska. C’est sous le règne du Roi Kazimierz Wielki que fut fondée en 1335 la bourgade de Kazimierz au sud de la ville de Cracovie, mais c’est sous le règne du Roi Jan Olbracht (Jean Albert1er Jagellon) que les juifs furent assignés à Kazimierz (oppidum iudaeorum). Kazimierz était alors un village fortifié entouré d’une haute muraille élevée en 1422 qui faisait partie intégrante du système de défense de la ville Royale de Cracovie. Quelques fragments de cette muraille médiévale sont aujourd’hui visibles à Kazimierz derrière la vieille synagogue, dans la petite cour de la synagogue Kupa et la synagogue Popper fut construite contre la muraille est.
A l’origine, plusieurs petits villages existaient au sud de Cracovie, dont notamment celui de Bawół qui était situé à proximité de l’actuelle place Szyroka le cœur du quartier juif actuel. C’est en 1340 que ce village fut intégré au nouveau faubourg de Kazimierz. La communauté juive s’organisa autour d’une représentation élue (Episcopus Judaeorum). Dès 1350 une synagogue, une mikveh et un cimetière sont établis.
Le village de Kazimierz est alors séparé de Cracovie par un méandre de la Vistule. Le faubourg de Kazimierz n’était pas seulement peuplé de juifs mais aussi d’une communauté chrétienne. Aussi les deux communautés vécurent longtemps en harmonie dans le même faubourg. Durant toute cette période, les juifs continuèrent à habiter à Cracovie. Au début du XVème siècle, un bâtiment du quartier juif de la ville fut affecté à l’université et devint une source de conflits durant longtemps entre les étudiants et les juifs. La communauté juive se développa et les grandes synagogues aujourd’hui visibles à Kazimierz furent édifiés dès le XVème siècle. Les juifs tissèrent d’importants liens commerciaux avec Breslau (Wrocław) à l’ouest, Dantzig (Gdańsk) au nord et Constantinople plus à l’est. Malgré cette période de développement et de relative paix en terre polonaise, les juifs de Cracovie furent la cible d’émeutes antisémites en 1454. Ils durent même évacuer la rue dans laquelle l’université chrétienne s’était installée.
A Kazimierz, la communauté se développe et s’agrandit, la place du marché (Circulus Judaeorum) et le cimetière juif sont mentionnés dès 1480 et la première yeshiva fut créée à la fin du XVème siècle.
Au début du XVIème siècle, des juifs en provenance de Bohème-Moravie s’installèrent à Kazimierz, mais ils rencontrèrent certaines difficultés d’intégration dues au désir de perpétuer leur style de vie et leurs coutumes au milieu de la culture juive polonaise, ce qui engendra certaines tensions entre les deux communautés. Durant le XVIème siècle, d’autres communautés juives arrivèrent à Kazimierz en provenance d’Allemagne et également des communautés sépharades en provenance d’Italie, d’Espagne et du Portugal. Ce qui engendra en 1553 une extension du quartier et l’édification d’une nouvelle synagogue. Un privilège fut accordé aux juifs en 1564 qui leur garanti qu’aucun chrétien de pouvait acheter de maison à Kazimierz. L’imprimerie hébraïque fut introduite à Cracovie en 1534 et les premiers ouvrages en hébreu furent publiés à cette période. En 1570, la population juive était estimée à 2060 âmes. En 1635, 67 nouvelles maisons furent construites lors de l’extension du quartier, notamment celle du célèbre marchand et financier Wolf Popper qui fit bâtir la synagogue du même nom. En 1644, on comptait 7 principales synagogues à Kazimierz dont celle du rabbin Mojzesz Isserle Remu (Synagogue Remuh).
Kazimierz eu a souffrir de lourdes dévastations lors de l’invasion suédoise au XVIIème siècle durant laquelle beaucoup de synagogues furent pillées. Également durant cette période, de nombreux juifs émigrèrent depuis l’Ukraine pour fuir les terribles massacres antisémites perpétrés par les troupes du cosaque Bogdan Chmielnicki et arrivèrent à Cracovie. En 1667, plus de 1000 juifs moururent des suites de l’épidémie de peste qui s’abattit sur le quartier qui fut momentanément vidé de ses habitants.
En 1775, on dénombrait 3500 juifs à Kazimierz et la communauté était propriétaire de 212 maisons. Durant cette période, Kazimierz passa sous l’autorité autrichienne qui imposa de nombreuses restrictions et contrôles du commerce à la population juive. Vers la fin du XVIIIème siècle on trouvait à Kazimierz 350 marchands et artisans, 45 banquiers et prêteurs sur gage, 52 marchands de textiles, 17 entrepreneurs, 18 aubergistes ainsi que des tailleurs, des boulangers ainsi que des fourreurs. C’est également à cette époque que le mouvement religieux hassidique se développa à Kazimierz.
Avec le développement de Cracovie, le faubourg de Kazimierz devint mitoyen et c’est à la fin du XVIIIème siècle qu’il fut transformé en quartier de la ville. En 1813, une grande inondation de la Vistule endommagea le quartier juif. C’est en 1822 que les murailles médiévales furent démantelées. Il fallu attendre 1860, lorsque Cracovie était sous juridiction autrichienne (suite aux partages de la Pologne) pour que l’interdiction faite aux juifs de s’installer hors de Kazimierz fut levée. C’est au XIXème siècle que fut comblé le méandre de la Vistule qui séparait depuis son établissement le faubourg de Kazimierz à Cracovie.
La communauté juive connu un fort développement lors du XIXème siècle période durant laquelle on construisit de nombreuses synagogues, yeshivas. La synagogue réformée Tempel fut édifiée en 1844 au nord de l’ancienne limite du faubourg historique. En 1900, la population juive s’élevait à 25 600 personnes, soit 28% de la population de Cracovie, et s’élevât à plus de 32 000 dix ans plus tard. Des actes antisémites se produisirent dès le début du XXème siècle dans un contexte de fortes tensions entre les communautés polonaises et allemandes, notamment lors de la première guerre mondiale et la montée du nationalisme polonais dans son long combat pour l’indépendance du pays. Durant l’entre-deux guerres, Cracovie devint un intense foyer de la vie politique juive. L’antisémitisme se développa fortement notamment auprès des organisations nationalistes de la jeunesse polonaise, ce qui se traduisit par des atteintes aux biens et aux personnes, notamment contre les étudiants et lycéens juifs ainsi que les commerçants. Parallèlement se répandirent les idées pour le renouveau national juif et le mouvement sioniste qui se développa depuis la fin du XIXème siècle. De nombreuses émeutes éclatèrent à Cracovie contre les juifs après la fin de la première guerre mondiale dans un difficile contexte économique et une stigmatisation de la population juive menée par certains mouvements extrêmes et nationalistes polonais comme Endecja (qui existe toujours). Durant cette période économique difficile aussi bien pour les juifs que pour les non juifs polonais, la population juive de Cracovie s’élevait à plus de 45 000 personnes en 1921 pour atteindre près de 60 000 peu avant la seconde guerre mondiale.

Jusqu’à l’entrée de la guerre en 1939, Cracovie fut durant des siècles un grand foyer de culture et de vie juive. Dès décembre 1939, un conseil juif (Judenrat) fut créé par les autorités allemandes avec à sa tête Artur Rosenzweig. En avril 1940, les juifs eurent 4 mois pour quitter la ville, seuls 15 000 juifs travaillant pour des entreprises ainsi que leur famille purent rester.
Le quartier juif de Kazimierz fut vidé de ses habitants par les nazis en mars 1941 lors de la création du ghetto juif dans le quartier polonais voisin de Podgórze. Les synagogues furent pillées et dévastées, les biens et les propriétés spoliées et la population polonaise qui avait été chassée de son quartier vint s’installer à Kazimierz. La très grande majorité de la population juive de Kazimierz disparu durant l’holocauste et quelques milliers de juifs revinrent s’installer dans le quartier à la fin de la guerre ainsi que de nombreux réfugiés juifs en provenance d’URSS. Cependant, des émeutes anti-juives éclatèrent en août 1945 et beaucoup d’entre-eux émigrèrent soit en Israël soit aux États-Unis. La présence juive périclita jusqu’au début des années 1980.
Depuis la chute du communisme, on assiste à une renaissance de l’ancien quartier juif et une réhabilitation de son riche patrimoine. Depuis le milieu des années 1990, un grand festival de la culture juive rassemble des juifs venus du monde entier et une population polonaise en quête de découverte de son passé juif et de son histoire ancestrale avec ses communautés juives à travers de très nombreuses manifestations, expositions, concerts et rencontres.

C’est donc dès le début de la guerre que s’interrompit brutalement plus de huit cents ans d’histoire juive à Cracovie et à Kazimierz. Cette tragique période sonna le glas de cette riche et foisonnante présence juive qui longtemps connue un développement harmonieux avant de faire face à une montée des nationalismes dans un contexte historique complexe à travers une Pologne écartelée et soumise à ses voisins autrichiens, prussiens puis allemands et russes.

Année de la visite: 2000-2011
Remarques:
Le quartier de Kazimierz est aujourd’hui l’un des lieux incontournables lorsqu’on visite Cracovie. Son riche patrimoine se concentre autour de la place Szeroka, le cœur historique de l’ancien faubourg juif. Mais de nombreux bâtiments liés à la culture juive passée peuvent être visités.
Au cours du tournage de son film La liste de Schindler, Steven Spielberg réalisa plusieurs séquences dans le quartier de Kazimierz pour illustrer le décor du ghetto de Cracovie, mais comme cela a été décrit à la page de Présentation du ghetto de Cracovie, le ghetto avait été établi dans le quartier voisin de Podgórze.

Le quartier de Kazimierz est devenu aujourd’hui un quartier animé et très fréquenté où aime à se retrouver la jeunesse de Cracovie autour des nombreux bars, cafés et boutiques qui ont vus le jour depuis une décennie.

Autres liens à découvrir pour le site de Kraków :
  Le cimetière juif Remuh
  Synagogue
  Ghetto
  La vieille synagogue (Stara synagoga)
  La synagogue Remuh
  La synagogue Haute (Wysoka synagoga)
  La synagogue Popper
  La synagogue Tempel
  La synagogue Izaak
  La synagogue Kupa
  Les autres synagogues
  Le nouveau cimetière juif
  Cimetière

Le faubourg de Kazimierz et la ville de Cracovie
Le faubourg de Kazimierz et la ville de Cracovie